L’éducation fait la moue au Kazakhstan

Du 1er au 10 juin, des lycéens en fin de parcours au Kazakhstan se soumettaient au Test unifié national (Unified National Test, UNT) – leur premier examen mais aussi l’un des plus importants de leur vie. Comme l’écrit Zara, l’une de nos bloggeuses, le résultat moyen à l’examen a été de 74,9 points, soit 7 points de plus que l’année dernière. Le nombre de candidats ayant eu d’excellentes notes qui ont confirmé leurs connaissances est passé de 36% l’an dernier à 54,5%.

« Dans l’ensemble, les résultats de l’UNT dans tout le pays sont plus optimistes que ceux des années précédentes », remarque-t-elle.  [en russe, comme les liens suivants]

Sadenova donne ses propres calculs, basés sur les chiffres officiellement fournis et ses conclusions sont bien moins optimistes :

Une analyse des résultats de l’UNT pour l’année 2009 montre qu’un candidat sur sept n’a pas franchi le palier des 45 points, un sur neuf a obtenu plus de 100 points, et seul un sur 13.500 a obtenu le maximum de 125 points.

Et lord-fame d’évoquer les rumeurs de fraude durant l’examen. Les antisèches et téléphones portables utilisés par les lycéens ne sont rien à côté de ce qui suit :

300 dollars, c’est le prix que fixent au niveau local des personnels de l’éducation et leurs amis pour ne pas remarquer un téléphone portable dans les mains d’un élève passant l’examen. Ce prix est valable en province mais c’est plus cher à Almaty et Astana. En payant 1000 dollars, vous pouvez être sûr que votre enfant sera aidé par un professeur en cas de question difficile.

Egalement publié sur neweurasia.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site