Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

USA – Russie : Le nouveau départ reste à prendre

 

imgad-350x38

Paix et souveraineté, démocratie et droits de l'homme. Voilà quelques-unes des questions en jeu lorsque les présidents américain et russe, Barack Obama et Dmitri Medvedev se sont assis ensemble à Moscou au début de la semaine pour aborder l'ordre du jour d'un monde troublé, sur fond de récession mondiale et de changement climatique.

Même si les attentes d'une percée dans les relations américano-russes avaient été minimisées avant les rencontres de Barack Obama avec le Président Medvedev – et le Premier ministre Poutine – il était permis d'imaginer que les questions très concrètes à portée de main – le désarmement nucléaire, l'Afghanistan, l'Iran,la souveraineté, la démocratie etc. – allaient être largement débattues dans la blogosphère. Au contraire, les réactions au sommet de Moscou du 6 au 8 juillet des blogosphères russe et internationale créent une atmosphère de déception.

obama-nes

Barack Obama: Discours à la Nouvelle Ecole d'Economie – par Drugoi

En commençant par l'horizon moscovite, l'impression est précisément que la visite du président Obama a reçu un accueil tiède de la blogosphère russe, quel que soit le côté du spectre politique. Comme le relève [russe] l'utilisateur LJ taranoff , d'une façon générale, la plupart des gens n'ont guère fait attention à sa visite :

[…] Si quelqu'un comme Poutine arrive dans une ville, celle-ci ne manquera pas d'être nettoyée de fond en comble, embellie, repeinte et astiquée . [—] Et pourtant, quand Obama est arrivé à Moscou hier,c'était comme si – ni vu ni connu – cela passait inaperçu. […]

L'utilisateur LJ lamerkhav continue [russe] dans la même veine :

[…] Il n'y a pas si longtemps que l'Amérique était chère au coeur des Russes. L'attitude envers les USA ressemblait à celle d'une petite fille envers son idole. Les “cool States” faisaient figure d'idéal. A présent, les temps ont changé. L'attitude que j'ai rencontrée dans les média et les blogs me fait penser à un prétendant aigri, solitaire et vieilli, abandonné de tous. Je n'essaierai pas de juger pourquoi il en est ainsi. Apparemment, pas par amour non partagé, mais en général parce que telle est l'humeur. […]

Caractérisant l'essence même du sommet, l'utilisateur LJ Nevzlin évoque [russe] les sentiments renaissants de la Guerre Froide – désarmement et droits de l'homme – et perçoit des différences dans l'attitude d'Obama envers Medvedev et Poutine :

[…] Dans l'ensemble, c'était comme dans les temps plus froids à la table de conférence  – le sort des prisonniers politiques et le contrôle des armements. [—] Dès le début, Obama a classiquement divisé Medvedev et Poutine : un peu de louange et un peu de critique. Il a dit que Medvedev va de l'avant et que Poutine tire en arrière. […]

L'utilisateur LJ Yakushev poursuit avec [russe] les ramifications de politique intérieure du sommet, spéculant sur une division à l'américaine de Medvedev et Poutine en camps libéral et conservateur :

[…] Quelle était l'essence de la visite d'Obama à Moscou ? Je me l'imagine comme un signal donné par Obama à la partie libérale de l'élite russe de prendre l'offensive. Selon les apparences, Obama est venu pour s'engager dans la politique intérieure russe. Déjà avant la visite du président américain, il a clairement laissé entendre qui les USA soutiennent en Russie, ayant promis à Poutine de ne pas gêner sa progression ni celle de Medvedev. Comme aucune réponse officielle n'a suivi cette muflerie américaine ordinaire, on peut en conclure que le Kremlin est d'accord avec Obama. […]

Même la rencontre du Président Obama avec des représentants de l'opposition russe ne semble pas trouver grâce aux yeux des blogueurs russes. Ainsi, l'utilisateur LJ  v milov – un partisan de l'opposition -écrit [russe]:

[…] La rencontre d'Obama avec l'opposition a tourné à la farce. C'est une excellente chose que Nemtsov et Kasparov aient été invités de notre côté – mais c'était aussi la seule bonne nouvelle. Sur la liste figuraient également Mitrokhin, Gozman et Zyuganov. Le Départment d'Etat a un pied dans le passé. :) Plus sérieusement, une réunion avec une telle assistance est une gros bide pour ceux qui ont préparé la visite du côté américain. C'est l'opposition réelle qui doit participer à de telles rencontres; et non des personnages désespérants du passé. […]

Se tournant vers les questions très concrètes sur lesquelles Medvedev et Obama sont tombés d'accord dans le domaine de la politique de sécurité -comme par exemple la réduction des armes nucléaires et l'Afghanistan – l'utilisateur LJ  malkolms écrit [russe]:

[…] Comment est-ce possible de signer quoi que ce soit avec les USA (surtout en ce qui concerne des questions aussi importantes que l’accord START) quand les USA [XXX] régulièrement la Russie dans le [XXX]. A mon sens, c'est tout simplement dégradant de commencer le moindre dialogue avec les USA sans lever au préalable l'amendement Jackson-Vanik. [anglais ; NdT : datant de 1975, il refuse la clause de la nation la plus favorisée, en matière commerciale, aux pays n'ayant pas une économie de marché et ne permettant pas la libre émigration] Et surtout si la signature de tels documents est défavorable à la Russie. Les USA, une fois de plus, nous “enfoncent”, comme c'était toujours le cas sous Eltsine et Clinton. […]

Et le nouveau départ avec la Russie, alors ? L'utilisateur LJ optimist propose ses idées sur la crédibilité de la politique de Washington vis-à-vis de Moscou:

A mon avis, le mot “reset” (“nouveau départ”) ne veut rien dire en termes politiques réels. C'est une formule trompeuse, l'habituelle bulle de savon [—]. Il apparaît sur tous nos écrans et ne signifie rien de neuf, rien d'autre qu'un retour au passé, aux affaires comme d'habitude. Auparavant, nos relations avec les Américains étaient soit de confrontation soit de domination – de leur part, d'ailleurs. Alors, à quoi allons-nous retourner après une “remise à zéro ? [—] Ne seraient-ils pas en train de nous berner, comme d'habitude… […]

Ce qui émerge, de ces commentaires et d'autres similaires, c'est le peu de signification donnée au résultat du sommet américano-russe. C'est comme si on faisait juste semblant, alors que les vrais problèmes pendants paraissent sans conséquence. Ainsi, à en juger par les réactions des blogueurs russes, le sommet Obama-Medvedev 2009 de Moscou n'a guère pu être considéré comme une remise à zéro des relations américano-russes. La question est plutôt : était-ce même un rapprochement ?

obama_russia-edit

Illustrations, sauf indication contraire, de america.gov/ru.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site