Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Azerbaïdjan : Un militant de la jeunesse et un blogueur connu en prison après un procès à huis-clos

Dans ce qui pourrait être la première affaire d'agression et de détention d'un blogueur éminent au Sud du Caucase, deux jeunes militants ont été emprisonnés hier pour deux mois de détention provisoire à la suite de ce qui est considéré par beaucoup comme une parodie de justice.

Alors qu'on lui avait refusé l'accès à l'audience tenue à huis clos, une ligne de mise à jour de statut Facebook a rapporté que le Médiateur allemand des Droits de l'homme, qui se trouvait par coïncidence à Bakou au même moment, a considéré que la procédure avait été menée en violation des engagements internationaux de l'Azerbaïdjan.

facebook

Le médiateur allemand a mentionné trois points au juge principal du tribunal, Gulzar Rzayeva : “1. Ceci est à l'évidence une provocation politique et elle sera diffusée dans la communauté internationale, 2. Les prisonniers n'ont pas reçu de soins médicaux appropriés, 3. Le procès à huis clos est contraire à la Convention européenne des droits de l'homme et à la liberté politique”.

Le soir où Emin Milli and Adnan Hajizada avaient été agressés puis arrêtés par la police, l'auteur pour l'Azerbaïdjan de Global Voices Online Azerbaijan author Ali S. Novruzov a informé les lecteurs de l'affaire. Radio Free Europe / Radio Liberty (RFE/RL) ont aussi rapporté l'incident [en anglais, comme tous les liens suivants].

Emin Milli est connu pour être un critique du gouvernement très actif sur les réseaux sociaux comme Facebook. Hajizada est l'un des fondateurs du mouvement de jeunesse OL, qui met en exergue les problèmes sociaux des jeunes à l'aide de vidéos qui rencontrent un grand succès sur Youtube et les sites de réseaux sociaux.

La militante des droits de l'homme Leyla Yunus a déclaré que la façon dont ces militants ont été agressés puis arrêtés l'amène à la conclusion que l'ensemble de l'incident pourrait avoir été monté par les services spéciaux et la police. Elle a cité le cas de Qanimat Zahid, rédacteur en chef du journal “Azadliq”, qui a été condamné à quatre ans de prison pour hooliganisme après avoir été agressé par un inconnu.

Les ambassadeurs des Etats-Unis, d'Allemagne et de Norvège ont exprimé leur inquiétude, et aussi l'espoir que les autorités puniront ceux qui ont agressé les militants et libèreront Milli and Hajizada.

Considérés par beaucoup comme deux des mouvements de jeunesse les plus en vue, OL! tout comme le réseau AN ont abondamment utilisé les nouveaux outils de médias que sont les blogs, les sites de réseaux sociaux et YouTube pour promouvoir la non-violence, la modernité, la tolérance et la démocratie en Azerbaïdjan.

Nous sommes convaincus que, pour assurer un avenir sain, l'Azerbaïdjan a besoin d'une jeunesse qui pense librement, bien éduquée et compétente. La jeunesse devrait aussi assumer la responsabilité de l'avenir de l'Etat et de l'indépendance. […] Le mouvement “OL!” est un mouvement de jeunes qui, quels que soient leur nationalité, langue, religion et sexe, aspirent à un développement durable et total de l'Azerbaïdjan.

Les jeunes militants et leurs amis étaient déjà apparus sur les écrans-radars lors d'une manifestation de protestation dispersée par la police en mai pendant laquelle Mili avait aussi été détenu en compagnie de plusieurs autres. Bien-sûr, le jour du procès, RFE/RL s'est demandée si ce n'était pas une partie de cette activité qui avait attiré l'attention des autorités.

Nous avons parlé hier de l'arrestation de deux jeunes militants azerbaïdjanais. La vidéo ci-dessus, réalisée et distribuée par les mouvements de jeunesse OL et AN, est le genre de chose qui leur a probablement attiré des ennuis.

Le chef d'OL, Adnan Hajizade, est l'une des deux personnes arrêtées.

Dans cette vidéo, des membres d'OL se moquent du gouvernement qui “gaspille” l'argent du pétrole. Après que des médias locaux ont rapporté que l'Azerbaïdjan avait importé deux ânes de l'étranger à $41.000 chacun (29.400€), l'un des ânes tient une conférence de presse :

Les réactions sont promptement apparues en ligne. Faisant usage de Facebook et Twitter, des mises à jour sur leur détention et le procès à venir ont fait leur apparition sur Internet.

az_tweet

Les représentants des organisations internationales et des ambassades au commissariat, exigeant que l'avocat puisse avoir accès, #AzeriYouthDetained      

Les ambassades US, Suisse, Fr, Allemande, Norvégienne, l'OSCE, le Conseil de l'Europe, les défenseurs des droits de l'homme, la presse seront là – Veuillez informer les autres. Merci !

Les parents d'Emin tristes et déçus

Le médiateur allemand est là et on ne le laisse pas entrer !

Wouah, le procès n'a pas encore commencé, tragi-comédie !

Les gens rassemblés devant le bâtiment du tribunal ont chanté l'hymne national d'Azerbaïdjan

Les gens ne veulent pas s'en aller. Les défenseurs des droits de l'homme demandent aux gens de s'en aller, les jeunes désobéissent.

Des réflexions personnelles sur l'incident sont aussi parues sur les blogs. Fighting windmills? Take a pill. (“En guerre contre les moulins à vent? Ça se soigne”)  était particulièrement en colère.

Il y a deux jours, je traînais à une soirée sur la terrasse, donnée par notre ami, à boire du vin, bavarder avec mes amis, profitant du beau temps et de la vie en général. “J'aime Bakou en été ”, disais-je. Et je me sentais vraiment heureuse de vivre dans cette ville, pour la première fois depuis longtemps.

Aujourd'hui, tout paraît différent. Le temps est morne, les arbres sont trop verts, les gens sont insignifiants et deux de mes amis proches sont passés à tabac, détenus et accusés dans une affaire à l'évidence montée de toutes pièces.

Sept heures devant les stations de police, trois heures de sommeil accrochée à mon ordinateur, la colère qui hurle en moi.

[…]

Il y a quatre ans, j'étais choquée en apprenant d'un ami des histoires semblables d'injustices au Turkménistan. Aujourd'hui, ce sont mes pires cauchemars qui se réalisent, se battre pour la liberté de deux Azerbaïdjanais parmi les meilleurs, dont je suis fière qu'ils soient mes amis.

Je suis épuisée, inquiète et en colère.
Ne me demandez plus si j'aime Bakou en été.

Flying Carpets and Broken Pipelines (“Tapis volants et pipelines cassés”) a ressenti le même désespoir, surtout quand la sentence a été prononcée. Mais le blogueur relève aussi l'effet qu'a eu l'affaire sur de nombreux jeunes en Azerbaïdjan.

Ce billet n'a pas de titre. Il n'a pas de sujet non plus. Ce billet parle simplement de ma frustration et de ma déception. Ce billet parle du découragement et de tout le reste qui est négatif et que je peux pas exprimer par des mots, parce que, parfois, les mots manquent ! Et pour finir, ce billet est sur l'indignation et la colère contre ce qui est arrivé aujourd'hui ! Adnan et Emin ont été condamnés à deux mois de prison pour hooliganisme !!!

[…]

Qu'est-il arrivé à mon pays ? Pourquoi l'Azerbaïdjan est-il devenu un endroit où on ment, où il n'y a pas de confiance, où la corruption est telle, que lorsqu'on fait la queue, on commence automatiquement à se demander combien il faudra payer pour que la file d'attente avance ??! Pourquoi n'y a-t-il pas plus de justice ?!

[…]

En ce moment, je vérifie facebook et les mises à jour que j'ai manquées pendant ces quelques heures où je n'ai pas eu de connexion à Internet. Je vois de la tristesse et de la rage, mais surtout je ne vois aucun espoir ! Certains billets sont remplis de colère, d'autres, de haine, et d'autres encore sont des paroles de soutien à Emin and Adnan !

Une page Facebook  a été créée en soutien à Emin Milli et Adnan Hajizada. Il y a aussi une pétition qui peut être signée en ligne iciOL! a un compte YouTube  ici. Des mises à jour sur l'affaire figurent aussi sur le blog d’OL!.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site