Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cameroun: Les blogueurs réagissent au discours du Président Obama au Ghana

Le Président des Etats-Unis Barack Obama a délivré un discours au Ghana qui pourrait être considéré comme celui de sa politique africaine. Les Camerounais d'ici et de la diaspora ont réagi sur la blogosphère aux mots prononcés par le dirigeant américain d'origine africaine.

Le discours a été publié dans son intégralité par Up Station Mount Club qui est le magasin tout-en-un naissant des blogueurs camerounais anglophones.  Les commentaires donnent l'impression d'une appréciation positive du brillant discours mais d'une méfiance de la réthorique [en anglais comme tous les blogs cités].

Augustine S, une Camerounaise basée au Canada semble apprécier l'attaque directe du discours contre la corruption et la mauvaise gouvernance mais elle voulait plus que ça :

Discours bien fait. Il a été au-dessus de toutes les attentes. Il a insisté sur la corruption et la mauvaise gouvernance, c'est ce que je voulais entendre. Les dirigeants africains étouffent les progrès de leurs propres nations. J'espère que son administration ira loin dans la dénonciation des dirigeants africains corrompus, en les punissant par le gel de leurs avoirs et l'interdiction de voyager pour eux et les membres de leurs familles. M. Obama est le genre de dirigeants dont on a besoin dans ce monde.

Encore au sujet de la dénonciation de la corruption et du détournement de fonds par les dirigeants africains, Oyez a des conseils à donner aux dirigeants occidentaux comme M. Obama: Juste deux choses sont encore nécessaires, et on ira loin :

1) Refuser aux dirigeants africains, à leurs familles et a leurs lieutenants le droit d'ouvrir des comptes dans des banques étrangères et de posséder des propriétés à l'étranger de n'importe quelle nature.
2) Refuser aux dirigeants africains des soins médicaux de toute nature en dehors de l'Afrique.

Ce sont les deux seules choses que nous demandons à l'Occident de faire, nous prendrons soin du reste.

Un commentaire donné par Nnokko Johnson emmène le discours de M. Obama jusqu'aux portes du Cameroun en rappelant que le Président de ce pays, Paul Biya,qui est au pouvoir depuis 1982 et qui en 2008 a supervisé la modification de la constitution en vue d'annuler la limitation des mandats présidentiels:

L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, mais d'institutions fortes. M. Biya, s'il vous plaît prenez note de cette phrase et apprenez-le, nous ne voulons pas vous chasser mais nous avons besoin d'institutions fortes, s'il vous plait, s'il vous plait ….

Cependant, à la lecture de plusieurs commentaires publiés on pourrait conclure que les Camerounais considèrent le discours de M. Obama comme “un beau discours” qui ne va pas résoudre leurs problèmes. Emmanuel dit:

Coup de circuit. Des discours, des discours, des discours, toute cette vieille merde, et morbide pour finir.
Il faut deux partenaires pour danser le tango. Et les Africains sont stupides d’ écouter des discours sur la corruption de la part du leader de l'hégémonie financière, morale et de la corruption politique; il a fallu deux partenaires pour organiser la traite des exclaves, le colonialisme, et maintenant pour l'ère du “partenatiat”.
Sachez que ce discours sur le “partenariat” est un leurre. Seulement des égaux effectifs, pas des égaux théoriques peuvent établir des accords de partenariats.

Reex ajoute:

La même rhétorique…. Je me demande quand les gens vont arrêter de croire et commencer à agir…. Nous n'avons pas besoin de discours sur l'espoir et des engagements – ils sont utiles pour anesthésier les populations, que leurs problèmes seront résolus – qu'elles doivent espérer des solutions. Quand la crise financière a frappé les USA, le Président a dit quelque chose de similaire sur la capacité des Américains à prendre leurs responsabilités… Alors que la plupart des Américains ne contrôlent même pas leur situation financière, ils sont encore moins responsables de l'écroulement financier, qui a été provoqué par une clique de banquiers gloutons….
Oui, les discours de M. Obama sont bien écrits par un nombre impressionnant de collaborateurs capables de faire un travail formidable. Qu'attendons-nous d'autre de lui ? Des discours du fond du coeur sur les réalités de notre monde actuel?

L'opinion en vogue semble être que c'est aux Africains de résoudre leurs problèmes. Comme le dit Reex :

… laissez-nous, Africains, élaborer nos solutions. Nous pourrions après tout inviter M. Obama à partager du maïs grillé et des arachides au coin du feu et débattre de politique sur le terrain -ni des trucs d’Ivy League [NdT : le groupe de huit universités anciennes du Nord-Est des USA, considérées comme élitistes] ni l'habituelle langue de bois pratiquée par le monde occidental, ces discours peuvent être mis de côté pour d'autres occasions, quand chaque estomac affamé en Afrique aura été rempli!

Un commentaire d'un visiteur appelé Isat est moins diplomatique :

Ce que nous pouvons vraiment retenir comme souvenir ce sont ces mots: “Le futur de l”Afrique est aux mains des Africains.”
Notez bien: M. Obama n'est pas un Africain. Son grand-père qui a fait la cuisine pour les Britanniques et son père étaient Africains. Il est Américain et les intérets de son pays sont prioritaires – peu importe le nombre de chansons que nous composerons à sa gloire. Man wey yi get ear make yi hear.[Ce qui veut dire en pidgin camerounais  : Pour une personne intelligente un mot suffit].

Up Station Mountain Club (La station au-dessus de la montagne), un blog collectif publie aussi un billet – Barack Obama in Africa: “Beyond Yes We Can”, yes we must (Barack Obama en Afrique: “Au dela du Oui, nous pouvons”, Oui nous devons), par le blogueur camerounais Aloysius Agendia, dans lequel il exhorte les Africains à faire un changement:

Oui, l'Afrique peut se révolter contre les dirigeants trompeurs actuels et leurs affaires louches qui ont appauvri le continent. Au delà du oui, nous pouvons, oui nous devons réaliser les changements nécessaires pour aller de l'avant.

Ce blog aussi donne une saveur rythmique à cette visite comme cette vidéo d'un musicien camerounais saluant M. Obama le jour de sa prestation de serment publiée ici. La chanson a été réalisée par Tata Kingue juste avant la prestation de serment de M. Obama, en janvier 2009 et Gef's Outlook en avait alors assuré une brève traduction.

Barack Obama Cameroon Song (Barack Obama une chanson camerounaise).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site