Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Appel à une réaction sévère et indignation face aux partis-pris des médias

Avec le déploiement de milliers de policiers anti-émeutes, Urumqi, la capitale de la province du Xinjiang, a retrouvé un calme tout relatif et pour ses habitants, la vie reprend peu à peu son cours [en chinois ; billet d'origine publié le 10/7]. Les violences qui ont fait 156 morts ces derniers jours [192 selon le dernier bilan officiel] semblent être terminées, mais à travers le pays, les images de tueries continuent de hanter les esprits.

Bien que les médias officiels ne cessent d'appeler à l'unité nationale et à la solidarité interethnique, les images et la couverture médiatique des émeutes qui avaient été proposées à la plupart des Chinois ne laissent voir rien d'autre que des crimes haineux dirigés contre des Chinois d'ethnie Han par des groupes de Ouighours. Furieux de voir que de nombreux innocents ont été tués, les internautes chinois appellent à une réaction sévère face à ceux qu'ils considèrent comme étant une attaque terroriste.

Kukumusic relate ce qu'un ami d'Urumqi lui a raconté. Il ne dit pas avoir vu de soi-disant “manifestation pacifique” de Ouighours mais uniquement des bouchers sanguinaires.

早上起来终于联系到了一个在乌市的哥们儿,很高兴他还活着(不是开玩笑),后来说到了乌市的现况,他跟我说了点那边动乱的细节,和现在网上论坛里报道的有些不同,一起说出来吧。
维族人在大街上见到汉族人就上去割喉,分成7、8人一组,杀了汉人后,5秒钟就散开,走在路上,常看见躺着很多具尸体。
暴乱的维族人都是生活在贫困线下的维族,据说被境外收买后,实施暴动行为。有一些维族人已经到了丧心病狂的地步,有直接把人从天桥上往下扔,更狠的是有些维族普通老百姓也受到牵连,也被他们错打。

Ce matin, j'ai enfin réussi à contacter mon ami à Urumqi. J'étais content de le savoir en vie (sans rigoler). Nous avons parlé des émeutes, et il m'a raconté de nombreux détails qui contrastaient avec ce que j'avais pu voir sur Internet. Des bandes de Ouighours se ruaient sur tous les Chinois Han qu'ils croisaient et s'y prenaient à 7 ou 8 pour leur trancher la gorge. Après le meurtre, ils se dispersaient en 5 secondes. En marchant dans la rue, ils voyait des cadavres joncher les trottoirs.
Les émeutiers sont les Ouighours les plus démunis. Il paraît qu'ils ont été manipulés par des organisations basées à l'étranger pour commettre ces actes effroyables. Certains Ouighours étaient même au bord de l'hystérie, il y en avait qui jetaient les gens directement d'un pont. Et pire encore, des Ouighours se sont mis à massacrer d'autres Ouighours par erreur.

Sur EastSouthWestNorth.com, de nombreux témoignages ont été traduits en anglais et s'accompagnent de photos sanglantes. La plupart des blessés, à en juger par leur apparence, sont des Chinois Han.

Beaucoup d'internautes se sont insurgés face à ces meurtres violents. Sur le Net, ceux qui appellent à une réaction sévère sont donc majoritaires. Et certains estiment même que la réponse du gouvernement était trop molle.

lgf5156 (YY无罪) a écrit :

我刚才和在乌鲁木齐工作的弟弟通了电话,感觉乌市汉人对政府的所作所为非常不满
认为
1 政府没有很好的保护他们,不相信政府。恐怖分子杀人时,打砸抢时没有武警(这个可能是政府对事件估计不足),等汉族人上街游行时,又是直升机,又是武警,催泪瓦斯,政府指挥镇压汉族人。
2 单位里本来很荣恰的民族关系变得很紧张。只要看到屠杀的汉族人,永远不会对维族有好感了。这是一个非常严重的问题。也非常难以解决。

Je viens juste d'appeler mon frère qui travaille à Urumqi. On pouvait sentir que les Chinois Han étaient très mécontents de l'attitude des autorités pendant les émeutes.
1. Ils n'ont pas été bien protégés. Ils ne font plus confiance au gouvernement. Quand les terroristes tuaient et pillaient, pas l'ombre d'un policier (peut-être les autorités ont-elles sous-évalué la situation). Mais quand les Chinois Han sont descendus dans la rue, il y avait des hélicoptères, des policiers anti-émeutes et des gaz lacrymogène pour les arrêter.
2. La relation interethnique harmonieuse de notre entreprise est devenue très tendue. Après avoir assisté à ce massacre de Chinois Han, plus personne ne fera preuve de gentillesse à l'égard des Ouighours. Ce problème est grave et je n'y vois aucune solution.

Le mal qu'ont causé ces émeutes, aussi bien pour les Ouighours que les Chinois Han, va sans doute perdurer. Personne, en effet, n'oubliera les scènes de guerre et les atrocités auxquelles on a pu assister à Urumqi.

Un journaliste a raconté ce qu'il a vu après avoir interviewé des femmes Ouighour qui manifestaient pour leurs maris et leurs fils disparus qui auraient été arrêtés :

当记者结束採访赛马场维族妇女示威后,约过了20分钟,好不容易找到的士返回酒店,车子刚行驶约10分 钟途经大湾北路时,经验丰富的汉族的士司机感觉前面气氛不对,急忙停车说,不能再走这条路了。记者不解其意,问他「为什麽不走?」仅过了1分钟,就见前面 许多行人像避雨一样慌张跑过来,有人边跑边喊,「快跑呀,前面又有事了!」循声望去,只见眼前100米路面已被大批维族人封锁,随即传来玻璃破碎声。的士 司机见状急忙掉头,四周汽车纷纷转向,一时间交通秩序大乱。Mitbbs.com
记者从未经历如此紧张场面,只见路上行人朝同一个方向奔跑….车子至一个交叉路口刚要转弯,车后忽有女人拼命拍打车尾,急呼「帮帮忙,我跑不动了」,好心的司机停车让她上车,
一行人脱险后,记者反问司机﹕「刚才情景好像在伊拉克打仗,要这样紧张吗?」司机回答说,「你没经历过当时惨景,那些维族暴徒连妇女小孩都不放过,被他们撞到能有好结果吗?」

20 minutes après l'interview, je réussis enfin à trouver un taxi pour retourner à l'hôtel. 10 minutes plus tard, alors que nous étions sur la route Dawan Nord, l'expérimenté chauffeur Han trouva que quelque chose ne tournait pas rond. Il arrêta la voiture et me dit : “On ne peut pas passer par là”. Et la minute suivante, le temps de lui demander pourquoi, je vis une foule courir vers nous comme si un orage nous arrivait dessus. Il y en avait qui criaient : “Vite ! Il se passe quelque chose devant !” Je me suis alors tourné vers cette direction. À 100m de nous, une bande de Ouighours avait bloqué la route. J'entendis alors des vitres se briser. Le chauffeur de taxi fit demi-tour sans plus attendre avec les autres voitures. En un clin d'oeil, la circulation était devenue chaotique.
Je n'avais jamais assisté à une scène aussi tendue. Tout le monde courait dans la même direction. Au moment où notre taxi entamait son virage, une femme vint se coller à la vitre en criant : “À l'aide ! Je n'arrive plus à courir !” Nous nous arrêtâmes pour la laisser entrer.
Une fois en sécurité, je demandai en chauffeur : “J'avais l'impression d'être sur le champ de bataille en Irak, c'était vraiment nécessaire d'être aussi nerveux ?” Le chauffeur me répondit : “Tu ne peux pas savoir. Ces bandes de Ouighours n'épargneraient pas même les femmes et les enfants. S'ils t'attrapent, c'en est fait de toi.”

Et beaucoup de Chinois Han sont déçus de voir que les efforts déployés pour rétablir l'ordre ont été perçus par les médias occidentaux comme une “répression”, et les émeutes comme des “manifestations pacifiques’.
空气稀薄 s'insurge :

其实,为了维护民族团结,防止仇恨加剧,中国媒体的报道已经非常“不客观”了,那些血淋淋,惨不忍睹的镜头只有在海外媒体和互联网论坛上才可以见到,无耻的德国媒体竟然说中国政府用宣传propaganda来煽动汉人对维族人的仇恨。
如果是警方武力镇压造成所谓的维族“和平抗议者”大量伤亡,图片呢?视频呢?截至此刻,有哪家外媒,有哪个境外疆独组织能提供哪怕一张(段)这种性质的图片和视频?

En fait, afin de maintenir l'harmonie ethnique et empêcher la haine, les médias chinois sont beaucoup trop mesurés. Ces images sanglantes et choquantes ne sont diffusées que dans les médias étrangers et sur Internet. Mais les médias allemands ont affirmé sans vergogne que le gouvernement chinois faisait appel à la propagande pour attiser la haine des Han envers les Ouïghours.
Si la répression policière a fait tellement de victimes parmi ces “manifestants pacifiques”, alors où sont les photos ? et les vidéos ? Jusqu'ici, les médias occidentaux et les séparatistes basés à l'étranger disposent-ils de ce type de documents pour le prouver ?

Sur Youtube. en réaction à une vidéo intitulée 新疆万人抗议 呼吁国际关注 (Des milliers de manifestants au Xinjiang demandent l'attention de la communauté internationale), ahuich a écrit :

放你妈的狗屁!有计划的镇压!
维吾尔人屠杀了154人,重伤800人,是冲突,是示威。武警前 来维持秩序,就是有计划的镇压

Une répression planifiée ? N'importe quoi !
Quand les Ouighours tuent 154 personnes et en blessent 800 autres, ce sont des antagonismes et des manifestations. Mais quand la police vient rétablir l'ordre, c'est de la répression planifiée !

Dugles a commenté :

如果政府机关枪扫射了。拿我做梦都偷着笑。可怜的中国政府,什么 事都不做也照样被人扣屎盆子。既然这样,为什么不痛痛快快的干呢 !!!

Si le gouvernement ouvrait le feu à la mitrailleuse, je ne pourrais m'empêcher de sourire dans mes rêves. Mais pauvre gouvernement, même quand il ne fait rien, il se fait condamner. Alors autant leur tirer dessus une bonne fois pour toutes !!

Dans le New York Times, une série de photos des émeutes suscite également la controverse pour les stéréotypes qu'elle véhicule et sa déformation des faits. Cette photo de Nir Elias/Reuters, qui montre un homme allongé sur un lit et qui a pour légende : ‘Ouighours blessés dans un hôpital de la ville pendant une visite organisée par les autorités pour la presse lundi” a ainsi été ridiculisée par Chin:

是啊,这照片明明是里面的名字明明是汉人,到了注解的时候变成维族了

Le nom sur la pancarte indique pourtant bien que c'est un Han. Mais dans la légende, il est devenu un Ouighour.

walala ajoute :

构图的idea就是: 先拍军警, 再拍维族, 拍伤者/血之类, 也放个维族在照片里. 总之
要旨是暗示军警打维族.

L'idée des photographes est : d'abord la police, puis des Ouighours, puis des blessés en sang avec quelques Ouighours. En tout cas, il faut insinuer que la police tabasse les Ouighours.

Radio Free Asia est également critiquée pour avoir utilisé de façon erronée une photo des émeutes de Shishou pour illustrer les événements au Xinjiang. Le plus intéressant est que Rebiya Kadeer, que le Parti communiste accuse d'avoir fomenté les troubles, a utilisé exactement la même photo lors d'une interview pour décrire la situation à Urumqi. Les informations relatives à cette bourde sont consultables à la fin de cette page [en anglais] sur EastSouthWestNorth.

Les rencontres imprévues de journalistes avec une foule de femmes ouighoures, qui pleuraient la disparition de leurs maris arrêtés par les autorités, sont également considérées comme douteuses. Ces femmes se sont vues consacrer des articles dans plusieurs grands journaux occidentaux.

Un journaliste du Quotidien Wenhui raconte ce qui s'est passé :

在成功吸引众多记者的注意后,这些维族妇女又分成几群,对记者、特别是外国记者,声泪俱下地用维语哭喊。她们当中,每几个 人裡便会有一名懂汉语的维族妇女负责用中文作现场翻译,这让记者们很容易地明白其哭诉的主要内容是:她们的丈夫、儿子或父亲,昨晚被警察抓走了、打死了。 但当被问及到底有多少人昨晚被抓或死亡时,这些维族妇女却又不断变换「口径」:最初向外媒记者说有100人,之后又改口说300人,最后又称有上千人。

记者注意到,在一些中国记者用普通话向这些妇女提问时,她们会用中文回答说听不懂,但面对外国记者的镜头,她们马上用流利的汉语大声哭诉,并不断有人晕倒。如果发现外国记者没注意到这些「细节」,还会有人主动上前,拉外国记者们去拍。

Après avoir attiré l'attention des journalistes, les femmes ouighoures se sont divisées en plusieurs groupes pour fondre en larmes devant les reporters, et en particulier devant les reporters étrangers. Parmi elles, il y avait dans chaque groupe une femme qui s'occupait de traduire leurs propos en chinois pour que les journalistes puissent comprendre facilement ce qu'elles racontaient. À savoir que leurs maris, leurs fils, et leurs père avaient été enlevés et battus à mort la nuit dernière. Mais quand on leur demandait combien il y avait eu de morts ou d'arrestations, leurs chiffres changeaient constamment. D'abord, c'était 100, puis 300, puis finalement plus de 1000.
J'ai constaté que quand des journalistes chinois les interviewaient en chinois, elles disaient ne pas parler le chinois. Mais devant des caméras étrangères, elles se mettaient tout d'un coup à s'apitoyer dans un chinois parfait. Certaines d'entre elles se sont même mises à s'évanouir. Si les journalistes étrangers ne prêtaient pas attention à ces “détails”, il y avait toujours quelqu'un pour les prendre par la manche afin qu'ils filment ces scènes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site