Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge-Thaïlande : La dispute continue autour du temple de Preah Vihear

Le temple antique de Preah Vihear, qui, selon l’UNESCO, date du XIe siècle et est dédié à Shiva, se trouve à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande. L'appartenance exacte de Preah Vihear est une source de contestation entre ces deux pays voisins. En 1962, la Cour internationale de justice, se prononçant à la demande du gouvernement cambodgien, avait émis l'avis que le temple se trouvait sur le territoire cambodgien. En juillet 2007, l'UNESCO avait indiqué le temple comme site faisant partie du Patrimoine mondial, à cause de son “complexe architectural unique”.

Photo de paniek sur Flickr.

Two boys sit in the Temple.

Deux garçons dans le Temple. Photo de paniek surFlickr.

Depuis son inscription par l'UNESCO en 2008, des affrontements ont eu lieu dans la région entre des militaires cambodgiens et thaïlandais. Cependant, d'après le journal The Mirror, plusieurs officiels du gouvernement cambodgien ont nié que l'inscription par l'UNESCO soit à l'origine des affrontements. La Thaïlande exige que l'UNESCO révise l'inscription de manière à ce que le Temple soit géré conjointement par la Thaïlande et le Cambodge.  Le journal  The Mirror remarque :

Sur la base des documents pertinents de l'UNESCO, mentionnés ici point par point, nous apportons des informations complémentaires concernant les procédures du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO et l'inscription du site du Temple sacré de Preah Vihear, qui a provoqué les affrontements militaires, la perte de vies humaines des deux côtés, et un brusque déclin du tourisme – tous ces faits ont été relatés dans le Mirror au cours de l'année écoulée.

Malheureusement, et à notre surprise – malgré la grande émotion suscitée par l'inscription de Preah Vihear – la presse du Cambodge n'a pas beaucoup publié sur les arguments délicats, légaux et contractuels, à la base de l'inscription comme site du Patrimoine mondial et les obligations futures du gouvernement cambodgien.

Mais si la presse cambodgienne ne rend pas compte des inplications de cette inscription, le gouvernement cambodgien est, quant à lui, bien conscient de la désignation de l'UNESCO. Le gouvernement cambodgien a récemment célébré le premier anniversaire de la signature par des danses et des discours. Des photos de l'événement sont disponibles sur les blogs  Monkgol's blog et Khmerization.

Une vidéo des festivités est aussi disponible.

L'animosité entre les deux pays s'est traduite en ligne aussi, comme le remarque Kounila Keo dans son billet intitulé “I Love Khmer vs. I Love Thailand” [J'aime les Khmers contre J'aime la Thaïlande] concernant les sites web concurrents ilovethailand.org et ilovekhmer.org.

Le blog Details are Sketchy, avec des commentaires de ThaRum, rapporte que le site ilovethailand.org est bloqué au Cambodge, mais il n'est pas clair qui censure le site.

Comme les hostilités continuent,  Sopheap Chak accuse l’Association of Southeast Asian Nations [Association des Etats du Sud-est asiatique ou ASEAN]  de ne pas remplir son mandat pour “promouvoir la paix et la stabilité régionale.” Dans un éditorial publié par l'agence UPI Asia, Chak écrit que la passivité de l'ASEAN dans l'affaire sur Preah Vihear est inacceptable. Chak écrit : “Il semble que l'ASEAN est tout simplement insignifiante lorsqu'il s'agit de la sécurité des états membres …et que le manque d'action signifiera que l'ASEAN ne peut pas continuer à être considérée comme une institution régionale de premier plan.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site