Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : La police anti-émeutes disperse un rassemblement de l'opposition

Une centaine de manifestants se sont réunis pour un rassemblement non autorisé de l'opposition au centre de Moscou vendredi (31 juillet). A 18 heures, des centaines de policiers anti-émeute ont dispersé le rassemblement, interpellant 47 personnes, dont certains seraient des journalistes et des passants.

L'utilisateur LJ zyalt a publié un photo-reportage succinct mais sur le vif (en russe) de la manifestation (35 photos). Voici des extraits de ce qu'il a écrit :

[…] Une fois de plus la police a dispersé un rassemblement de l'opposition  – non autorisé, une fois de plus – place Triumfalnaïa.

[…] A ce moment, des jeunes gars sont apparus, ils ont enlevé leurs masques à gaz avec un peu d'hésitation, se sont couvert le visage avec des foulards – en gros, ils se préparaient. […] Certains d'entre eux ont été rapidement interpellés. […] Sentant que le spectacle avait commencé, la police, anti-émeute et agents en civil ont commencé à arrêter tous les jeunes à l'air suspect. […] Ils ont jeté tout le monde au sol et ont essayé de les traîner dans le panier à salade. Les opposants ont résisté désespérément.

[…] Comme d'habitude, cependant, il y avait vingt photographes pour un opposant.

[…] Vers 18 h 20, ils ont commencé à malmener les photographes. […]

[…] Par walkie-talkie, ils ont appelé des renforts, pour refouler tous les journalistes à l'intérieur de la station de métro. […] Nous sommes tous entrés joyeusement dans le hall. […] Ils nous ont enfermés. […] Malheureusement, personne ne savait quoi faire d'une foule de journalistes à l'intérieur de la station de métro, alors tout le monde est sorti par l'autre entrée.

[…] Ensuite les filles sont arrivées. […] Elles aussi criaient à propos de la liberté de parole et des fascistes. Elles ont été rapidement interpellées.

[…] A la fin de la fête, les chemises bleues [la police] ont largement dépassé en nombre les journalistes et les opposants. […]

[…] Tout à fait comme d'habitude.

L'utilisateur LJ leosat pense (en russe) que l'opposition russe est dans une impasse :

Ce n'est pas la première fois que la Marche des Opposants se précipite contre un mur sourd de police anti-émeute. Il n'y a aucune raison de s'attendre à ce que le régime change son attitude vis-à-vis des Marches. Et pourquoi le feraient-ils, si [leur approche actuelle] est efficace ? De plus, le nombre des contestataires est en diminution et le soutien qu'ils obtiennent s'affaiblit (il me semble). […]

L'utilisatrice LJ  karimova, qui a assisté au rassemblement, voit quant à elle des changements certains (en russe) – en pire :

Aujourd'hui, je n'ai pas simplement scandé, j'ai hurlé comme une folle. Lorsque quelque chose d'aussi sauvage se passe juste sous vos yeux, il est impossible de ne pas hurler. Ça fait longtemps que je n'ai pas participé à des rassemblements, et je m'attendais pas à ce que cela ressemble à ça dans la Russie de 2009. […] Je pleure en me rappelant 2005. Ce qui me choque le plus, ce sont les hommes en civil. […] Les unités anti-émeute et les flics pourchassaient les gens en tous sens, comme du bétail, brutalement. Deux jeunes policiers m'ont cependant prise par les bras non sans une douceur particulière, et m'ont poussée de côté : «Chère mademoiselle, s'il vous plaît, allez-vous en, ce n'est pas de notre faute si vous n'êtes pas autorisée à vous tenir ici.» De façon générale, j'étais moralement prête à finir dans un poste de police aujourd'hui. La prochaine fois j'arriverai jusque là, je crois, parce que je resterai sur la place jusqu'à la fin, [merde], et je hurlerai. Vous voulez savoir contre quoi je manifeste ? Contre cette atmosphère insupportablement confinée, si vous voyez ce que je veux dire.

L'utilisateur LJ oleg_kozyrev identifie (en russe) ce qui pourrait être considéré comme un changement en mieux – pour conclure son billet de façon pessimiste, faisant écho à karimova:

[…] C'est une bonne chose que les hommes en gris [la police] demandent aux photographes d'effacer plus souvent leurs visages à présent – ils ont compris qu'Internet a la mémoire longue, et, qui sait, il pourrait y avoir des [lustrations] un jour.

La mauvaise nouvelle, c'est que sur la quasi-cinquantaine de personnes arrêtées, 5 ont été hospitalisées […]. Cruel, même pour l'ère poutinienne.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site