Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Contrôle, harcèlement et détention de cyber-activistes

Plusieurs raisons et facteurs ont contribué à l'émergence des médias électroniques en Égypte. Par exemple, la suppression de différents médias, tels que les journaux, les chaines de TV et les stations de radio, les procédures compliquées pour fonder de nouveaux médias, la censure des contenus  avant leur publication, les différentes formes de répression visant les journalistes, les marges très étroites de liberté parmi d'autres nombreuses raisons.

Tout en continuant de tenter de contrôler les médias traditionnels, le gouvernement égyptien n'a pas pris en considération la naissance des médias électroniques et n'a pas réalisé qu'ils allaient être utilisés par les citoyens égyptiens. Et certainement, le gouvernement n'était pas prêt à faire face à ces outils, jusqu'à ce que les jeunes activistes, spécialement les blogueurs, aient commencé à débattre de toute sorte d'abus, de détentions, de répressions et de tortures sur leurs blogs personnels et comptes twitter, contribuant à la prise de conscience des violations des droits humains par le gouvernement égyptien, soulevant un large débat et attirant l'attention de la communauté internationale.

C'est alors que le gouvernement a commencé et généralisé la répression non seulement contre les activistes de la société civile, mais aussi contre les cyberactivistes, en visant les blogueurs.

Jusqu'à présent, le gouvernement n'avait pas censuré clairement ou détruit un blog égyptien, mais il a arrêté un certain nombre de blogueurs à cause de leur cyberactivisme. Voici quelques exemples de personnes détenues à cause de leur cyberactivisme:
  • Mus'ad Abu Fagr, blogueur – 2007.
  • Karim El Beheiry, blogueur – 2008.
  • Esraa Abdel Fatah, Mouvement du 6 avril  – 2008.
  • Ahmed Maher, Mouvement du 6 avril   – 2008.
  • Mohamed Adel,blogueur  – 2008.
  • Diaa Gad, blogueur – 2009.
  • Le gouvernement égyptien est aussi en train d'affiner sa bataille contre les activistes en ligne en les arrêtant à l'Aéroport international du Caire comme les blogueurs Abdel Rahman Ayyash et Magdy Saad, qui y ont été détenus pendant six jours.  Parfois, les forces de sécurité confisquent les outils personnels des blogueurs, comme dans le cas du blogueur Wael Abbas (30 juin 2009) quand son ordinateur portable a été confisqué.

    Il faut remarquer qu'un rapport publié par l'ONG Hisham Mubarak Center for Law (HMCL) [Centre Hisham Mubarak pour le droit] a fourni des preuves de la détention et de la persécution de 43 utilisateurs d'internet en 2008.

    Il est évident que le gouvernement égyptien s'efforce sérieusement  désormais de contrôler tant les médias en ligne que traditionnels.

    Commentez

    Merci de... S'identifier »

    Règles de modération des commentaires

    • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
    • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

    Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
    * = required field
    Non merci, je veux accéder au site