Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

République Dominicaine : Les médecins en grève

Les médecins qui exercent dans les hôpitaux publics de toute la République Dominicaine sont en grève depuis une semaine. Ils réclament une augmentation de salaire, ce qui a été rejeté  à plusieurs occasions par le gouvernement, prétextant la crise économique mondiale. Même si certains Dominicains trouvent leurs revendications légitimes, d'autres pensent que les médecins qui travaillent dans les services de santé publics doivent être tenus  responsables, parce que leur mobilisation a des répercussions négatives sur les familles les plus modestes du pays, et parce que la qualité des services pourrait être améliorée.

L’Association médicale dominicaine (CMD, Colegio Médico Dominicano) réunit les professionnels de la santé de tout le pays. Ils travaillent sous  l'autorité du Secrétariat de la santé publique, qui est devenu une association en 1941. Le CMD, qui existe depuis plus d'un siècle, a initié de nombreuses grèves, souvent à cause de problèmes de salaire. La grève la plus récente semble être arrivée dans une impasse, comme le décrit Joan Guerrero de Duarte 101 [en espagnol, comme tous les sites cités] :

Y mientras se siguen sacando los trapitos de los funcionarios públicos en todos los medios, los médicos y el resto de empleados del sector salud se quedarán de brazos cruzados, porque el mismísimo secretario de Salud Pública abrio su boca y dijo «no hay dinero para aumento». Lo curioso es que llevan más de dos años con ese pataleo de aumento salarial y el Colegio Médico Dominicano ha hecho de todo en ese tiempo para que atiendan a su llamado. Pero, seguirán así, de brazos cruzados.

Alors que la mauvaise gestion des fonctionnaires est révélée par tous les médias, les médecins et le reste des employés du secteur de la santé restent les bras croisés,  parce que le secrétaire d'état à la santé publique a ouvert la bouche et a dit ” il n'y pas d'argent pour une augmentation”. Le plus curieux est que les médecins demandent une augmentation de salaire depuis plus de deux ans et que  l'Association médicale dominicaine a tout fait pour qu'on le leur accorde. Mais ils restent les bras croisés.

Un des arguments utilisés est tiré de la comparaison des salaires des médecins avec ceux des sénateurs, des députés et d'autres employés du gouvernement, qui s'élèvent souvent à plus de 90 000 pesos par mois (environ 1800 euros). Le directeur d'un hôpital public, lui, gagne à peu près 30 000 pesos par mois (environ 590 euros).

Cependant, l'idée de comparer les salaires n'est pas partagée par tous, comme par exemple la blogueuse Paolah de Ahi é Que Prende, qui écrit que d'autres corps de professions sentent qu'ils sont sous-payés, mais n'ont pour autant pas recours à ce type d'actions de revendication.
Certains patients se demandent même si ce ne sont pas eux qui devraient manifester contre le travail de certains médecins, qui ne feraient pas toutes leurs heures de travail. On se plaint déjà du fait que tous ne sont pas présents dans leurs bureaux parce qu'ils doivent travailler dans un ou plusieurs cabinets privés. C'est une des raisons pour lesquelles les médecins des hôpitaux publics n'ont pas le soutien total du public, et c'est pourquoi le gouvernement a rejeté leur demande d'augmentation de salaire.

Si les usagers ne soutiennent pas complètement la cause des médecins, c'est aussi à cause de Waldo Ariel Suero, qui représente l'association et que beaucoup considèrent comme trop combatif. Il est impliqué dans cette lutte depuis plus de dix ans, et il a obtenu quelques victoires. Le Diario Dominicano décrit le docteur Suero de cette façon :

El doctor Waldo Ariel Suero desde que asumió la presidencia del Colegio Medico Dominicano, ha mostrado una actitud temeraria e irreflexiva que lo coloca ante la opinión publica nacional como una persona obstinada, tozuda, obsesionada, inmadura e incapaz de entender y determinar lo que se denomina “el sentido de la oportunidad” que debe tener presente cualquier persona que dirija o gestione una institución con la historia y la trayectoria de la que agrupa a los profesionales de la medicina.

Depuis que le docteur Waldo Ariel Suero préside l'Association médicale dominicaine, il a fait preuve d'une attitude téméraire et irréfléchie et l'opinion publique du pays  le voit comme quelqu'un d'obstiné,  têtu, obsessionnel, immature et incapable de comprendre et de déterminer ce qu'on appelle le “sens de l'opportunité”, une qualité que doit posséder quiconque  gère une institution avec l'histoire et la tradition de celle qui regroupe les professionnels de la santé.

Depuis avril 2008, les médecins ont participé à plus de cinquante grèves et arrêts de travail, ce qui a eu un effet direct sur une grande partie de la population, et en particulier sur les Dominicains les plus pauvres, qui n'ont pas les moyens financiers d'aller se faire soigner dans les cliniques privées. Les docteurs grévistes sont devenus la cible de critiques et sont souvent accusés de décès survenant à l'hôpital, qu'ils en soient réellement responsables ou non. Par exemple, un jeune homme est mort à l'hôpital Fransisco Moscoso Puello après qu'on lui ait tiré dessus lors  d'un cambriolage, et  sa mère, de desespoir, s'en est pris aux médecins, qui étaient en grève depuis six jours, en leur lançant des pierres. Lía approuve ce que la mère du jeune a fait, et, commentant l'affaire sur El Caribe, écrit : “Tous ceux qui vont à l'hôpital devrait faire la même chose, leur lancer des pierres pour qu'ils se mettent à courir, à cause de leur indifference.”

Pedro a également pris part à la discussion et critique les médecins :

Eso es lo que deja el negocio de Ariel Suero y la Salud. El pueblo no es tonto. Recuerden que la gran mayoría de estos médicos estudiaron casi gratis en la UASD y ahora quieren vivir como reyes dando la espalda al pueblo pobre. El responsable de esa muerte es Ariel Suero por abusador.

C'est le résultat de ce que font Ariel Suero et de la Santé publique.  Le peuple n'est pas idiot. Souvenez-vous que la grande majorité de ces médecins n'ont quasiment rien payé pour faire leurs études à l'UASD (Université Autonome de Saint Domingue), et maintenant ils veulent vivre comme des rois en tournant le dos aux pauvres. Ariel Suero est responsable de cette mort.

Les manifestations continuent, et récemment quelques incidents ont eu lieu, lorsque le CMD a occupé le quartier général du Ministère du travail. On a dû employer la force pour faire partir les médecins et les infirmières. De plus, les médecins ont fait une grève de la faim dans la cathédrale San Felipe à Puerto Plata, à la plus grande consternation du Cardinal Nicolás de Jesús López Rodriguez. Ce genre d'actions sont déroutantes pour ceux qui les observent de l'extérieur. Paolah de Ahi é Que Prende se demande si le CMD est “une association médicale ou un syndicat”. Elle s'interroge :  si chaque corps de métier insatisfait de son salaire arrêtait ses activités, que se passserait-il ?
Cependant, certains pensent que la situation actuelle est la faute du gouvernement. Gustavo résume le sentiment de beaucoup de Dominicains dans la section des commentaires de l'article de El Caribe :

Quisiera saber si de alguna forma estos medicos son responsables por la muerte de este muchacho y quiza mucho mas, si el gob. o los medicos deberian ir a la carcel por este abuso contra la humanidad, esto lo que da es verguenza y asco, ya basta.

Je voudrais savoir si ces médecins sont responsables de la mort de ce garçon et peut-être de bien d'autres choses, si ce sont les médecins ou le gouvernement qui  devraient aller en prison pour la façon dont ils traitent l'humanité, c'est ce qui est honteux et écoeurant, ça suffit maintenant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site