Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour: Docteur en biologie, blogueur et chauffeur de taxi

Il est chauffeur de taxi à Singapour [en anglais comme tous les liens cités], blogueur, et titulaire d’un doctorat de l’Université de Stanford. Il est décrit comme le « chauffeur de taxi le plus instruit du monde » par les internautes de Singapour. Il s’appelle Mingjie Cai.

Le Dr. Cai a travaillé pendant 16 ans comme chercheur principal à l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire (IMCB) de l’ASTAR , à Singapour. Il a été licencié sans indemnités en 2007. En novembre 2008, après des recherches d’emploi infructueuses, il s’est décidé à devenir chauffeur de taxi. Il a commencé à bloguer il y a quatre mois. Son blog a attiré l'attention des blogueurs de Singapour, et des médias grand public.

Dr. Cai se présente ainsi sur son blog :

Probablement le seul chauffeur de taxi au monde titulaire d’un doctorat de Stanford et ayant de réelles références scientifiques, j'ai été contraint de quitter la recherche à l'apogée de ma carrière scientifique, et incapable de trouver un autre emploi pour des raisons que je qualifierais de « typiquement singapouriennes ». En conséquence, je suis au volant d’un taxi pour gagner ma vie et je raconte ce que je vis afin de rendre ce travail monotone un peu plus intéressant. J'espère que ces histoires vous intéresseront également.

Dr. Cai mentionne les circonstances qui l’ont forcé à devenir chauffeur de taxi :

Se retrouver chômeur à mon âge est peut-être le pire cauchemar qui puisse arriver à un homme ordinaire, sans parler de la perte d’une longue carrière … J'ai envoyé d'innombrables CV et lettres de candidature partout à Singapour, y compris aux universités, aux organismes gouvernementaux et aux entreprises privées. La plupart d'entre elles n'ont jamais répondu. Les quelques réponses que j’ai reçues ne se sont pas concrétisées. Plus tard, l'explosion de la crise financière mondiale a éteint mes derniers espoirs de retrouver un emploi de sitôt. En novembre 2008, j'ai finalement pris la décision de devenir chauffeur de taxi.

Sont relatés sur ce blog quelques uns des événements que j'ai vécus au volant du taxi. Ils sont réels et sont racontés le plus fidèlement possible … Le but de ce blog est de fournir aux lecteurs des témoignages directs de mon expérience de reconversion : de scientifique chevronné à chauffeur de taxi novice dans le Singapour d’aujourd'hui.

Mais est-ce que le Dr. Cai existe réellement ? Est-ce vraiment un scientifique ? Le blog Toward the Green (Vers le vert) a enquêté sur le parcours de M. Cai et confirme que le Dr Cai a publié plusieurs articles scientifiques.

Les faits semblent assez clairs : le Dr Cai existe, et sa carrière de biochimiste peut facilement être retracée entre 1989 et 2009. Il existe bel et bien une preuve qui semblerait suggérer qu'il a eu une brouille avec IMCB en 2007.

Alors, pourquoi le Dr Cai éprouve t-il des difficultés à retrouver un emploi dans un laboratoire de Recherche & Développement ? Ce domaine ne recrute pas beaucoup en ce moment. Les difficultés économiques ont pour résultat qu’il n’y a pas beaucoup d'entreprises pour embaucher des scientifiques professionnels. Les diplômes n’aident pas vraiment – cela fait un moment qu’il y a trop de chercheurs et trop peu d’emplois pour eux. Cela n'aide pas que beaucoup de gens aient le sentiment que la discrimination sévit également dans le domaine de la Recherche & du Développement. Dr Cai, qui a passé son doctorat vers 1990, a probablement la quarantaine, âge particulièrement critique pour trouver du travail, quel que soit le domaine d’expertise.

Dr Cai raconte bien son expérience de chauffeur de taxi. Cependant, pour quelqu'un comme moi, son expérience m’amène à mettre en garde quiconque envisagerait une carrière en Recherche & Développement, sans parler de ceux qui voudraient qu'elle se déroule à l’A*STAR de Singapour.

Rambling Librarian (Un bibliothécaire qui divague) décrit le Dr. Cai comme « la voix de facto de tous les chauffeurs de taxi de Singapour » :

… Il est probablement devenu très vite la voix de facto de tous les chauffeurs de taxi de Singapour. Sans avoir pensé le devenir, c’est un leader à sa manière.

Alvinology II admire le comportement du chauffeur de taxi-blogueur :

Le blog se lit comme un roman sur la vie d’un scientifique devenu chauffeur de taxi, en racontant soigneusement les observations étranges qu'il s’est faites dans la journée – les passagers qu’il a rencontrés, les transformations de notre société.

Toutefois, je le plains. C'est un gaspillage de capital humain quand toutes ces compétences et ces qualifications universitaires ne correspondent pas à l’emploi que la personne occupe. Ce ne serait certainement pas sain qu’une telle tendance se généralise à Singapour.

Mr Wang Says So (M. Wang a dit) apprécie le style de Monsieur Cai :

J'aime beaucoup son écriture. Il est honnête, attentif, authentique et reflète parfaitement la saveur locale. Ses billets me donnent presque envie de me mettre à la rédaction d’un livre de poésie.

Heyzanie's World (Le monde d’Heyzanie) pense que conduire un taxi n'est pas un travail dégradant, même pour quelqu'un qui a un doctorat de Stanford :

C’est un domaine où vous pouvez être indépendant ; s'il est bien géré, vous ne gagnez pas trop mal votre vie. Plus important encore, il vous donne une certaine flexibilité qui vous permet de vous occuper des autres aspects de la vie. Après tout, le Dr. Cai a passé sa vie à faire de la recherche dans des laboratoires qui appartenaient à d'autres. Cela lui fera du bien d’explorer et d'expérimenter sur sa propre vie, pour changer.

Personnellement, je pense que conduire un taxi ne doit pas considéré comme dégradant – même pas pour un chercheur reconnu – si l'on sait comment en tirer le meilleur parti.

Kent Ridge Common espère que les scientifiques pourront travailler dans un environnement où les meilleurs d'entre eux pourront s'épanouir :

L'expérience du Dr Cai ressemble à celle d’un poisson sorti de l'eau, ou plus exactement, mis dans un environnement marqué par la domination suffocante, les préjugés et l'arrogance. Il est bon pour une nation comme la nôtre que des gens rêvent de devenir des scientifiques renommés, mais d'abord et avant tout, nous devons créer un environnement qui permette aux meilleurs de s'épanouir. Si un tel environnement demeure étouffant, ces rêves ne dépasseront pas le stade de rêves.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site