Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Trinité-et-Tobago : “Sommes-nous vraiment indépendants ?”

Aujourd'hui est le 47ème anniversaire de l'indépendance de Trinité-et-Tobago mais quelques blogueurs se demandent si les citoyens de la république des ‘îles jumelles’ comprennent réellement ce que signifie la souveraineté…

Keith Francis [en anglais, comme tous les liens] partage une expérience vécue dans un club d'achat en gros pour membres, où une cliente avait demandé à voir un chef de rayon parce qu'elle avait été “empêchée” de se garer à un endroit particulier dans le parking, et que l'homme en question avait laissé “un nègre” se garer devant elle. Keith, stupéfait par l'ensemble de la conversation, demande :

1. Qu'est-ce que la f…   race a à faire avec la situation ? Y aurait-il une différence si quelqu'un d'un “type différent ” prenait l'emplacement qu'elle voulait ?
2. Jusqu'où allait-elle pousser son ignorance ? Allait-elle répéter ce qu'elle avait dit si énergiquement, peut-être enhardie par ma propre incapacité à répondre ?
3. Combien de gens allaient être silencieusement d'accord avec elle, alors qu'elle déclamait avec extravagance dans l'enceinte du magasin Pricesmart ?
4. Combien de gens aurait-elle incité à répondre de cette façon et avec la plus grande grossièreté ?

5. Par le ciel, qu'apprenait-elle à son petit enfant ?

Ma petite amie a laissé entendre que la femme n'était sans aucun doute qu'une personne, et qu'il y en avait beaucoup plus dans le pays qui n'était pas comme cette bornée. Mais le fait que la femme s'était sentie assez à l'aise pour se comporter de la sorte et aussi effrontément, par ailleurs, n'est pas un bon signe :  elle se sent assez courageuse pour dire de telles choses tout haut, sans peur des reproches et réprimandes.

Il continue:

Quarante-sept années ont passé et cette attitude honteuse, sale, existe encore dans une société que nous avons commercialisé comme cosmopolite, callaloo et belle… Quarante-sept années après que la même absurdité, basée sur la race,  qui est supposée avoir failli diviser le pays en le fendant en deux territoires physiques distincts… Presque trente ans après que la même manière de penser ait provoqué un appel  au remodelage, à ce cri séparatiste… Et même, plus récemment, nous avons eu des gens qui crient haut et fort   ‘Race ! ‘ au lieu de ‘Fichu criminel ! ‘ ou ‘Incompétent ! ‘ ou encore ‘Vous avez tort et vous n'avez pas un pied sur lequel tenir ! ‘

Peut-être que j'ai manqué ma propre occasion de la remettre à  sa place, de lui expliquer que son attitude était  méprisable et scandaleuse. Mais pourquoi  devrais-je, de nos jours, réprimander une femme qui semblait être raisonnablement intelligente et est par ailleurs membre respectable de la classe moyenne aisée du pays?  Ce genre de mise au point n'est certainement pas nécessaire aujourd'hui dans une population éclairée où l'éducation et les opportunités sont, au moins théoriquement, accessibles à tous…On serait en droit de l'espérer, n'est-ce pas?

Mauvaise Langue, de son côté, s'attriste en ces termes:

Nous avons beaucoup à offrir au monde, cependant, nous sommes partout assombris par les crimes, un gouvernement corrompu et un Premier ministre incompétent.

… pendant que Woman of Colour décide que :

Je pourrais faire un commentaire au sujet de TOUS les défis auxquels la société fait face mais je ne le ferais pas… Nous avons des politiciens de l'opposition ainsi que de grands animateurs compétents d'émissions de radio pour le faire.

Aujourd'hui, je vais célébrer un événement important dans notre histoire et je vous invite à faire de même. Même si vous n'êtes pas un ressortissant de la Trinité.

KnowProSE.com, en revanche, n'est pas d'accord. Il a eu recours à l'usage d'un explétif après quelques heures frustrantes passées dans un embouteillage, et a été  prié de “se détendre”. Il raconte dans son “Message du jour de l'Indépendance” :

À un certain point, vous êtes supposés vous fâcher. À un certain point, vous êtes supposés dire que quelque chose est stupide. À un certain point, vous ne devriez pas être détendu. Mais trop souvent, les gens acceptent les choses telles qu'elles sont. A l'agence de la Banque de la République médiocrement conçue, avec une seule voie d'entrée et sortie, les gens qui sortent d'une entrée et bloquent la circulation, ou s'arrêtent au milieu de la route pour faire un brin de conversation ou prendre quelqu'un (au lieu de se ranger sur le côté), il y a tellement de niveaux d'idiotie que quelqu'un devrait dire quelque chose.

Si ce n'est pas vous, qui ? Si ce n'est pas maintenant, quand ? ‘Vous détendre’ ? Avec les choses telles qu'elles sont dans ce pays, je pense que les gens doivent se fâcher. Cette attitude a pondu un gouvernement qui ne peut pas s'occuper du crime mais semble être résolu à s'occuper de la manière dont il est perçu. Cette attitude permet aux meurtres, viols, enlèvements et tant d'autres crimes d'avoir lieu sans être réprimés par les autorités. Et les autorités elles-mêmes ? Elles aussi, elles ‘se détendent’, au détriment des citoyens pour lesquels elles prétendent travailler.

Keith Francis conclut :

Avons-nous grandi depuis ces jours grisants de 1962 ? Est-ce que nous sommes vraiment et vraiment indépendant, ou…ne sommes-[nous] pas encore prêt pour l'autodétermination ?

Heureux 47e anniversaire, Trinité-et-Tobago.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site