Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arménie : Les homophobes en appellent au meurtre

Même si l’homosexualité a été décriminalisée en Arménie en 2002, la société demeure largement intolérante et conservatrice dans ses valeurs [en anglais]. Naturellement, dans un pays où l’idéologie nationaliste est également assez répandue, les craintes que l’homophobie puisse devenir encore plus extrême semblent devenir réelles. Les blogs, qui fournissent aux militants de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) le moyen [en anglais] d’exprimer leurs inquiétudes, permettent d'exposer de telles craintes plus ouvertement qu’auparavant.

Ceci est tout particulièrement vrai lorsque, dans de nombreux cas, ce sont en fait les médias locaux et même certains mouvements de la société civile [en anglais] qui cherchent à promouvoir l’homophobie. Ces dernières semaines, le niveau d’intolérance dans les principaux médias en a alarmé beaucoup, un journal étant apparemment allé jusqu’à encourager les crimes haineux à l’encontre des membres de la communauté LGBT dans le pays.

Pink Armenia commente ces événements [en anglais].

A mon grand regret, j’ai encore récemment lu un article homophobe dans un journal arménien. […]

Je ne sais pas pourquoi mais presque tous les journalistes abordent principalement le sujet de l’homosexualité, je ne sais pas pourquoi, mais ils ne se souviennent jamais qu’il y a eu et qu’il y a encore parmi les homosexuels beaucoup de gens extraordinaires, ils insistent juste sur le fait que c’est immoral. La société est de toute évidence désinformée. […]

Je ne manquerai pas de mentionner que dans le dernier article que j’ai lu figurait un appel à maltraiter et même à tuer les homosexuels. Je pense que beaucoup approuveront le fait qu’une sanction appropriée soit appliquée à l’encontre de telles personnes.

Unzipped : Gay Armenia commente également ce qu’il perçoit littéralement comme étant un appel à éliminer les homosexuels dans le pays [en anglais].

Quand quelqu’un est homophobe, c’est déjà terrible. Mais quand cet homophobe préconise le meurtre, il franchit la ligne rouge.

Je dois admettre que je ne lis pas le tabloïd Iravunk. Si cela n’avait pas été par mes amis, je n’aurais pas du tout été au courant de tout ce tas d’ « articles » consacrés aux gays et publiés cette dernière semaine. […]

Le journaliste de Iravunk a ensuite  écrit : « Nous ne voulons pas que vous preniez cette histoire pour un appel au meurtre. Nous voulions juste la présenter. » De toute évidence, ils ont en réalité encouragé les meurtres de gays. […]

[…] Il y a assurément suffisamment de preuves permettant de poursuivre [le rédacteur] Galadjyan et son journal pour avoir incité au meurtre et à la haine.

Généralement, une haine va de pair avec une autre. Si l’on lit les articles de Iravunk, ils ne sont pas uniquement homophobes mais racistes et remplis de haine envers toute personne différente. […]

Une semaine plus tard, si ces inquiétudes pouvaient avoir été considérées exagérées par certains, le même blog rapporte qu’elles étaient bien réelles [en anglais].

Des ultranationalistes arméniens qui imitent les néonazis de Russie et d’autres pays se sont rassemblés sous le mouvement Hayrenik (terre patrie) et ont publié un article sur leur site internet qui menace de mort l’auteur arménien écrivant sous le nom de Dori An. Dori An est l’auteur d’une nouvelle parlant d’homosexualité qui a remporté un prix à Érevan. […]

Ils lancent au gouvernement arménien l’ultimatum suivant : “Ou vous réduisez Dori An au silence en utilisant des « moyens légaux », ou nous le ferons avec nos moyens et nos méthodes”. Le « message » est accompagné d’une image terroriste d’Al-Qaeda ou de sa pâle copie. […]

Ne parvenant à aucun « résultat » en combattant les ennemis externes et échouant sur tous les fronts, ces ultranationalistes essaient de se créer des « ennemis internes » pour justifier leur propre existence.

C’est une menace directe pour la vie de certaines personnes et de la liberté d’expression, à savoir les droits de l’homme que protège la constitution arménienne. Après tout, il s’agit bien d’un ultimatum de type terroriste lancé au gouvernement arménien, et les organismes chargés de faire appliquer la loi en Arménie devraient s’emparer de l’affaire et ouvrir une procédure.

Il reste à voir si les voix de ces blogueurs sont entendues par les autorités et si elles agiront pour empêcher que les homophobes en Arménie n’en viennent aux meurtres, avant qu’il ne soit trop tard.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site