Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taïwan : Quel avenir pour les peuples aborigènes après le typhon Morakot ?

Le typhon Morakot s'est abattu sur Taïwan du 7 au 9 août, déclenchant les pires inondations depuis 50 ans dans le sud de l'île, et provoquant des glissements de terrain qui ont enseveli les villages montagnards et les habitats tribaux isolés. Afin d'accélérer la reconstruction après la catastrophe, le Yuan législatif a adopté en urgence le 27 août un dispositif budgétaire exceptionnel. Toutefois, le dispositif autorise l'administration à tous niveaux à imposer des relocalisations obligatoires de villages ou d'habitats tribaux, de zones vulnérables aux inondations et aux glissements de terrain vers des zones plus sûres. Pour les peuples aborigènes, la localisation géographique et la communauté tribale sont cruciales pour la préservation de leur culture et de leur tradition, et beaucoup redoutent que la “politique de relogement obligatoire” les rende plus vulnérables à l'avenir.

Foyers sous la boue

imagelight a visité le village de Mashia et raconte :

橋樑房屋無一倖免,全被土石流吞噬…村裡像是剛戰爭過一樣…還有二十幾名村民被埋在土石堆裡。

Les ponts et les bâtiments ont tous été engloutis par la coulée de boue… Le village ressemble à un champ de bataille… Plus de vingt personnes ont été ensevelies dans la boue.

由於道路不通,電力一直無法恢復…晚餐五點多就開始吃了,就是怕天色暗了夾不到菜…現在要清理道路,就是希望可以將山上的水果運送到山下去賣,順道帶幾部發電機回來。

Les routes étant toujours coupées par la boue, il n'y a pas d'électricité… Les villageois sont obligés de dîner à 5 heures de l'après-midi, sinon ils doivent manger dans le noir après le coucher du soleil… A présent les habitants essaient de nettoyer les routes pour pouvoir vendre leurs fruits au marché et rapporter des générateurs en échange.

A la suite du typhon, beaucoup de gens d'autres villages aborigènes moins affectés apportent de la nourriture et des générateurs à travers la montagne à ces villages isolés. Comme le rapporte Judie :

遠從宜蘭、桃園、新竹來的泰雅族勇士(包括女性),以最簡單的提袋(ka-chi-a)綁上綿繩和塑膠水管當背包,揹著重重的民生物資,徒步越過已不成路的土石堆,進入鄒族部落。這樣的行動持續超過兩個禮拜。

Les Atayal (y compris les femmes) de Yilan, Taoyuan et Hsinzu portent depuis deux semaines ces lourdes provisions dans des sacs à dos fait de simples sacs, de cordes de coton, et de tubes de plastique. Ils traversent les montagnes à pied pour se rendre dans les villages Tsou.

Les autorités demandent aux survivants d'évacuer, mais de nombreux villageois préfèrent rester dans les villages. Gaea explique leurs raisons.

居民不願下山「是擔心政府之後就不開路,我們就回不了家」…「下了山,我們就不是『居 民』,而是『難民』。」三民國中教師葉一萱指出,原住民離開部落,幾乎不受任何法律保障。

Ces habitants choisissent de rester au parce qu'ils craignent que ‘s'[ils] quittent le village, [ils] ne pourront plus y retourner.'…'Une fois que nous avons quitté notre village, nous ne sommes plus considérés comme “résidents”, nous devenons des “réfugiés.”‘ Un professeur au collège de Sanming junior a indiqué qu'il n'y a aucune loi protégeant les droits et les propriétés des aborigènes une fois qu'ils ont quitté leurs villages.

Culture et réseau social

Outre les dommages matériels, le typhon a aussi détruit le patrimoine culturel des aborigènes. Airportman indique que dans le village de Hsiaoliin,

平埔族聚落幾乎覆滅,他們辛苦活化起來的大滿族文化、夜祭、公廨都淹沒在泥土裡。

La tribu Siraya est presque disparue ; à présent tout est enseveli dans la boue : les temples, la culture de la tribu Daman et la cérémonie nocturne que la tribu s'efforçait de faire revivre depuis quelques dizaines d'années.

Qui plus est, concernant les aborigènes qui ont été évacués, gaea dit qu'ils deviendront plus vulnérables.

必須面對部落分散的狀況,對原住民來說,等同另一種毀滅。

On les a forcés à s'installer dans différents endroits. ce genre d'arrangement est dévastateur pour les populations aborigènes.

Déplacement de villages et Dispositif de rétablissement post-catastrophe

Coolloud, un site de média citoyen, a débattu du dispositif de rétablissement :《莫拉克風災重建條例》:

中央政府、縣市政府得就災區安全堪慮或違法濫建之土地,劃定特定區域,限制居住或限期強迫遷居、遷村。金惠雯批評,此條文無限擴張政府權力,完全沒有原住民參與遷村決策的機制

Les administrations centrale et locales ont le pouvoir de décider de l'utilisation des terrains dans la zone de catastrophe. Elles peuvent évacuer les habitants de force ou déménager tout le village vers une autre région. Hui-Wen Jin a contesté que la réglementation confère aux autorités un pouvoir illimité et exclue la population aborigène du processus de décision.

gaea rapporte que, avant l'adoption du dispositif,

災區部落的代表與民間社團前往立院靜坐抗議…要求「強制遷村」應拿掉,以及「應取得部落同意」的訴求。

Des représentants des survivants et quelques associations civiles ont protesté devant le Yuan Législatif… ils ont demandé à la législature de remplacer le principe de  ‘relocalisation forcée de village’ par ‘relocalisation de village avec consensus.’

coolloud discute la possibilité d'atteindre un consensus:

金惠雯說,遷村議題一定要回到原住民「傳統領域」的概念,讓原住民保有傳統領域,再由原民住他們選擇安居適合的遷村地址。

Hui-Wen Jin a dit que la discussion sur la relocalisation de village devrait être fondée sur le concept de ‘territoire traditionnel’ selon la culture aborigène. Les aborigènes devraient jouir de leur droits à revendiquer leur territoire traditionnel et de décider de leur projet d'installation.

Le gouvernement a un plan de crédit immobilier pour les survivants, mais kikisweets estime qu'il reste beaucoup de problèmes pour que les survivants puissent reconstruire leurs maisons.

貸款的申請期限僅僅只有一年,意味著在一年內必須要決定該在哪居住。部落的族人依舊希望能夠返回家鄉居住,然而面對消失的土地以及外界專業學者的建議,原地重建的機會渺茫,不得不向外另尋住所…嘉蘭真正需要的是實際的經濟援助,以及未來安置上的專業規劃與建議,家園失去了,族人之間的聯繫與文化是不能失去的。

La date limite pour solliciter ce crédit est dans un an à dater de maintenant, ce qui signifie que les survivants doivent décider cette année de l'endroit où ils veulent s'installer. Même si les aborigènes ne veulent pas être déplacés, certaines des tribus ont été ensevelies dans la boue et selon l'avis des experts, il leur est impossible d'y retourner. C'est inévitable, ils devront s'installer ailleurs… Ce dont la tribu Chialan a besoin, c'est d'un soutien financier et de conseils professionnels sur la future relocalisation de la tribu. Ils ont déjà perdu leur pays natal, il ne faut pas qu'ils perdent leur culture et les relations qui unissent les membres de la tribu. 

時間一天天的過去,族人們究竟該何去何從?

Jour après jour, le temps passe. Quel sera l'avenir pour les aborigènes?

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site