Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Medellin célèbre son festival des fleurs

Chaque année au mois d’août, la ville de Medellin en Colombie se transforme en un festival de fleurs [en anglais], dans tous les sens du terme. Des activités culturelles ont lieu dans les parcs et musées de la ville et de nombreux orchestres se donnent en concert aux alentours de Medellin. Un défilé de vieilles voitures compose également le programme des événements appréciés par les habitants et les visiteurs. Cependant, l’une des attractions principales est le défilé des silleteros (porteurs de fleurs), des paysans qui se déplacent dans toute la ville pour présenter la diversité des fleurs colombiennes.

Photo des créations florales de Jota Estrada utilisée sous licence Creative Commons

Photo des créations florales de Jota Estrada utilisée sous licence Creative Commons

Les présentations florales sont des travaux d’art créés par les porteurs eux-mêmes et sont devenues le symbole du Festival des fleurs [en espagnol]. Au cours des derniers jours du festival, près de 500 présentations florales défilent dans la ville sur les épaules des porteurs, montrant ainsi la diversité de couleurs et de tailles de ces fleurs cultivées par les paysans de Santa Elena, municipalité située à moins d’une heure de Medellín.

Lors de l'édition 2009 du Festival des fleurs qui s’est déroulée du 31 juillet au 9 août, les internautes du monde entier ont pu suivre l’événement sur son blog officiel. Sur le site, les organisateurs révèlent le programme du festival, les événements à ne pas rater, des informations sur l’assistance et la sécurité, ainsi que la qualité des hôtels disponibles [en espagnol].

Photo d'un Silletero avec sa création florale de Felimartinez

Les organisateurs du festival reconnaissent aussi sur le blog que quelques détails pouvaient être améliorés [en espagnol] comme par exemple le prix élevé des excursions, qui de ce fait n'ont pas obtenu grand succès.

Il y avait aussi un manque de rigueur dans l’organisation des évènements : même si les chiffres témoignent du succès du festival, cette année est marquée d’une « tâche noire » : la nuit des porteurs à Santa Elena, et le désordre pendant le défilé des vieilles voitures.

Le blogueur Xady de Expresate dénonce la perturbation du trafic dans la ville, causée par la fermeture des principales avenues pour rendre l’accès plus pratique aux milliers d’habitants de Medellin [en espagnol], aux autres Colombiens et aux visiteurs étrangers, qui eux ont apprécié l’abondance des événements :

Pour mettre en place ces événements, la mairie de la ville ainsi que le ministère des transports ont choisi de fermer des routes habituellement très fréquentées par les gens qui ne se rendent pas au festival. Cela a été source d’embouteillages, et a provoqué un engouement pour les transports publics, comme le métro, qui est le moyen le plus rapide pour se déplacer lorsqu’il y a de tels problèmes dans les rues.

En outre, avec le défilé des porteurs, des mules et les bars, il y a souvent beaucoup de bagarres dues, devinez à qui, aux femmes ou simplement à l’alcool. C’est le revers de la médaille du Festival des fleurs.

Avec ses bons et mauvais côtés, le Festival des fleurs cherche à réunir les habitants de la ville autour d’une tradition qui existe depuis 1957 et l’exode des paysans vers Medellín, venus avec leurs fleurs sur le dos pour les vendre.

Ici, quelques aperçus de l'édition 2009 du Festival des fleurs, dans une vidéo réalisée par les organisateurs du festival :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site