Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afghanistan : Kaboul, côté ménagerie

Tim Lynch, un  contractant américain de sécurité en Afghanistan travaillait avec les gardes de sécurité, à présent renvoyés, de l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul. Il affirme [les liens sont en anglais] :

Le problème avec les forces de sécurité actuelles, c'est qu'elles ont un contrat de merde. Oubliez les sommes d'argent que publient les journaux – ce chiffre vaut pour cinq années d'exécution à plein régime, ce qui est irréalisable. La société Armor Group North America perd beaucoup d'argent dans cette affaire et ils vont en perdre encore beaucoup plus. Quelques sociétés m'ont engagé comme consultant sur leurs offres en 2006, et ma réponse était toujours la même : ne soumissionnez pas, parce que si vous gagnez vous allez perdre de l'argent. Il y avait des conditions dans le contrat qui ne pouvaient pas être satisfaites.

Même si les contrats occidentaux pour l'ambassade paraissent léonins, il demeure une curieuse impression d'excès dans une grande partie de Kaboul. Hameesha raconte comment l'organisation pour laquelle elle travaille est en quête d'un nouvel immeuble de bureaux hors des quartiers riches et m'as-tu-vus de la capitale, et à quel point certains de ces bâtiments sont incroyables :

Une autre [maison] était meublée avec des chefs d'oeuvres de miniatures buzkashi et persanes et d'ébénisterie nouristani, mais le propriétaire répugnait à la louer pour des bureaux, il la voyait plutôt comme une résidence d'ambassadeur. Toutes les maisons étaient proposées avec en prestations de base des pelouses impeccables, des roseraies et des magnolias opulents, des fenêtres à double vitrage (isolation idéale pour les hivers de Kaboul), des installations internet complètes ou pour le moins un câblage de toutes les pièces, abondance de places de parking, et les omniprésentes barrières de barbelés au-dessus des murs, l'une avait une alarme anti-incendie automatisée, des sprinklers (du jamais vu à Kaboul) le chauffage central et des thermostats d'ambiance.

Le côté décadent de Kaboul crée un contraste brutal avec la vie courante dans d'autres parties du pays. Kabul Perspective note que dans le sud de l'Afghanistan, la campage de lutte anti-drogue est un échec :

La plupart des cultures de pavots se trouvent dans cinq provinces méridionales frappées par l'insurrection, où les taliban défient les ordres du gouvernement afghan, faisant un retour en force après avoir été délogés par les forces conduites par les Américains. Plus de 50% de la production totale est précisément cultivée dans la province de Helmand, le coeur de la place-forte militaire des taliban.

De même, Danger Room note qu'à Kandahar, un coup de filet anti-drogue a pêché un peu plus qu'un peu de stupéfiants, peut-être même un trafiquant ou deux :

L'opération, qui a eu lieu le 18 juillet dans le district d'Argestan de la province de Kandahar, a eu pour effet l'arrestation du Commandant de la Police des Frontières Shar Shahin. L'opération a reçu le coup d'envoi après que Shahin a été attiré à l'aérodrome de Kandahar, où il a été mis en état d'arrestation en même temps que cinq gardes du corps. Une fois la mission déclenchée, un détachement spécial composé d'une équipe de conseil et de soutien à l'étranger du DEA et des membres de l'Unité nationale d'Interdiction afghane s'est mis en route vers son objectif, un enclos suspecté d'être utilisé comme lieu de stockage de drogue.

La situation reste tendue à Kandahar. Alex Strick van Linschoten, un des seuls auteurs indépendants à vivre à plein temps à Kandahar, écrit sur son fil Twitter que, des semaines après les violences électorales dans la ville, il y a toujours des fusillades entre les forces occidentales et les militants locaux. Il a même mis en ligne une vidéo :

Les difficultés ne sont pas circonscrites au sud du pays. Du côté est de Kaboul, le numéro deux des services de renseignements du pays, le Dr. Abdullah, a été tué par un kamikaze dans la province de Laghman. Tim Lynch a mis en ligne des photos des suites de l'attentat de Mehtar Lam.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site