Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Congo (RDC) : Pourquoi le Congo compte

Quel est le rapport entre les nouveaux médias électroniques et le conflit en République Démocratique du Congo ? Celui-ci : le marché noir des matières premières minérales nécessaires à la fabrication de nos téléphones portables, de nos ordinateurs, de nos lecteurs MP3 et de nos caméras numériques alimente aussi le conflit en finançant de nombreux  groupes armés. Cependant, ces mêmes technologies numériques jouent un rôle certain dans la prise de conscience internationale de ce conflit, qui n'est pas juste un point sur une planisphère, mais détermine la vie de personnes en République du Congo, qui tentent de survivre et de faire au mieux dans leur situation.

Prenez par exemple  cette vidéo sur des rapeurs congolais, qui montre comment les jeunes fuient la violence des rues dans la musique. La vidéo a été chargée sur Youtube par mikayali et a été présentée sur le blog Free Uganda. Dans cette vidéo, de jeunes rapeurs parlent de la lassitude des habitants devant la violence, des professeurs qui n'ont pas été payés depuis des années et qui sont en grève, des enfants qui grandissent dans les rues, sans scolarisation et perspective de travail. Ils se tournent vers le rap pour canaliser leur colère devant la situation qu'ils subissent, pour parler de la mort et de la faim, mais toujours avec des éclats d'humour, pour que le message soit reçu de façon positive, sans violence ou brutalité. Ils s'expriment en français ou dans leur langue, le lingala. Les interviews sont en français, avec des sous-titres anglais.

C'est cette volonté de survivre, de vivre et cet espoir de réussir qui décide aussi beaucoup de ceux qui passent au Congo de s'impliquer contre la situation actuelle et de faire connaître ce conflit au reste du monde, et d'envoyer aussi en retour le message que le monde ne s'en fiche pas. C'est par exemple le cas de Emily Troutman, qui a réalisé la vidéo suivante : Why Congo Matters (pourquoi le Congo compte). Elle écrit :

Après avoir passé un mois en République Démocratique du Congo, je me retrouve très souvent en train de citer des chiffres : 5,4 millions de morts,  2 000 viols par mois, 17 000 Casques bleus de l'ONU, une guerre qui a commencé il y a 15 ans (ou plus ?)….

Et soudain, le conflit semble énorme, insolvable, tragique et lointain. C'est tellement facile d'oublier que les chiffres sont des symboles, que derrière il y a de vraies personnes qui occupent un espace physique réel ; qui marchent sur les chemins de terre au tomber du jour et portent de l'eau depuis la rivière, exactement comme elles le faisaient quand j'étais là bas …

…Pour qu'un chiffre soit utile, il devrait avoir un cœur qui bat et un visage.  Il devrait contenir des noms et éveiller quelque chose en nous-même. Un chiffre devrait nous pousser à l'ouvrir, à lui donner une odeur (celle de la terre dans la jungle), une couleur (la poussière volcanique noire), un goût (papaye) et un son  (le ‘snap’ d'un haricot vert écossé).

Why Congo Matters de Emily Troutman sur Vimeo.

Que faire quand nos gadgets électroniques financent les conflits dans un pays déjà ravagé par la guerre ? Le projet  Enough a ouvert un compte sur YouTube pour organiser un concours où, par leurs vidéos,les internautes peuvent exiger des industries  électroniques de justifier la provenance des minéraux qu'elles utilisent et de s'assurer qu'ils sont  “conflict free” (qu'ils ne financent pas un conflit armé). Comme ils l'expliquent sur le site  :

“La plus grande partie des violences à l'est du Congo sont perpétrées par des groupes armés en lutte pour le contrôle de l'exploitation illicite des ressources minières,” dit le directeur du projet Enough (Assez), John Norris. “Ce sont les minéraux qui finissent dans nos appareils électroniques personnels comme les téléphones portables, les ordinateurs portables et les caméras numériques. Il est rien moins que normal d'utiliser quelque chose comme Youtube et l'immense créativité de ses utilisateurs pour se mobiliser pour mettre un terme à la plaie des conflits provoqués par les richesses minières.” Le projet Enough demande au secteur de l'électronique de s'engager à certifier que leurs produits soient ‘conflict free’ (ne proviennent pas des zones du conflit)  et qu'il soumette son circuit d'approvisionnements en matières premières à des audits indépendants.

Le gagnant du concours Come Clean 4 Congo vient d'être élu il y a quelques jours, et sera présent durant le festival du film d'Hollywood à la fin du mois d'octobre. Son nom est  Matthew Smith, il vit aux États-Unis et il s'est inspiré d'un récent séjour au Congo, durant lequel son groupe et lui-même ont découvert la guerre puis décidé de participer au concours Life Should be Free (La vie devrait être gratuite/libre).

Vous pouvez visionner les vidéos des autres participants en suivant ce lien puis en cliquant sur “gallery”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site