Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Népal : Les défis de la prise en charge maternelle

La semaine dernière, deux visites de personnalités renommées ont ramené les défis de la prise en charge de la maternité au Népal au cœur du débat.  Geri Halliwell, membre de l'ancien groupe de pop britannique, les Spice Girls, s'est rendue au Népal afin d'attirer l'attention sur la situation catastrophique du système de prise en charge de santé des mamans.

Elle ne s'est pas contentée de visiter la capitale mais est aussi allée dans les campagnes pour en savoir plus sur ce problème et a lancé un appel pour un meilleur suivi des mères et des nouveaux-nés.

Perez Hilton, blogueur très célèbre d'Hollywood a rendu hommage [en anglais] à la mission accomplie par Géri Halliwell. Dans ce billet, il met l'accent sur les statistiques alarmantes de la mortalité maternelle au Népal.

“Selon les chiffres de l'ONU, 1 femme népalaise sur 31 décède après l'accouchement et ce à cause des conditions déplorables d'accouchement, de l'éloignement des lieux d'habitation et du nombre de prolapsus utérins (descente d'organes), qui touchent une mère sur 10 au Népal. ”

Geri Halliwell a été chaleureusement accueillie par les Népalais et leur gouvernement. Son échange avec le Premier Ministre Madhav Kumar Nepal a été analysé [en anglais] de près par les tabloïds. La chaîne télévisée indienne Star TV a tenté de présenter la bise protocolaire entre M. Nepal et Geri Halliwell comme “ambigüe”.

Les spectateurs ont vu cette “ambiguïté” d'un autre œil. Shulav83, du canal Youtube Star News commente ainsi [en anglais]:

“Pourquoi faire une montagne d'une taupinière…les médias indiens n'ont-ils rien d'autre à commenter ???”

La visite de deux jours de la Duchesse d'York Sarah Ferguson au Népal n'a  pas fait autant de vague. Elle s'est rendue dans le pays avec l’ Alliance du Ruban Blanc [en anglais] afin de défendre le suivi en maternité.

Sarah Sanyahumbi [en anglais], chef de la division népalaise de l'organisation britannique de développement international DFID, a publié un billet sur la visite de la Duchesse au Népal sur le blog de l'organisation. Sarah Sanyahumbi y explique que la prise en charge de la maternité au Népal n'est pas encore satisfaisante mais que les choses évoluent.

“…en dépit des défis à relever dans ce pays, il y a eu de réels progrès dans ce domaine et le nombre de femmes mourant lors de l'accouchement a été divisé de près de moitié. Malgré tout, toutes les quatre heures, une femme meurt au Népal, soit à cause de sa grossesse et/ou des complications de l'accouchement. De plus, 6 enfants sur 100 ne parviendront pas à l'âge de 5 ans…”.

Les chiffres élevés de la mortalité maternelle au Népal masquent un autre grave problème de santé chez les femmes népalaise, le prolapsus utérin ou descente d'organes. Dans cette affection, l'utérus sort du vagin. Dans la zone occidentale du Népal, environ 600 000 femmes souffrent de cette situation très douloureuse, qui se produit lorsqu'une femme retourne à des travaux manuels difficiles rapidement après un accouchement.

Voici une vidéo de Sudaron Karki sur ce problème, téléchargée sur la plateforme YouTube par l'utilisateur snowheadcouk, qui présente des récits de femmes souffrant de cette affection. (ATTENTION : CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER)

Les visites de Géri Halliwell et de la Duchesse d'York ont très certainement attiré l'attention du public sur les problèmes du suivi médical des mamans au Népal mais il faudra sûrement plus que la visite de quelques célébrités pour calmer les souffrances des mères népalaises qui sont touchées par des préjugés bien enracinés et un manque d'information.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site