Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Le pique-nique impie du ramadan agite la blogosphère

Dimanche 13 septembre, un groupe de jeunes Marocains s'est rassemblé devant la gare de Mohammedia. Ils avaient décidé de manger en public : un pique-nique qui en d'autres circonstances n'aurait guère attiré l'attention. Sauf que cette fois, c'est le ramadan — le mois saint musulman, pendant lequel les fidèles sont supposés observer le jeûne de l'aube au crépuscule. Manger en public pendant le ramadan est souvent ressenti comme un acte inconvenant et irrespectueux susceptible de provoquer la colère de ceux qui en sont témoins. En outre il est punissable d'un emprisonnement pouvant atteindre six mois et de lourdes amendes. Par conséquent, ceux qui ont pris part à la manifestation ont été appréhendés par des policiers qui ont procédé à leur interrogation et à l'arrestation de certains d'entre eux. Quelques jours après, une vague d'arrestation de membres du groupe a été rapportée dans les villes marocaines.
Le rassemblement était une réponse à un appel lancé par un groupe d'abord apparu sur Facebook sous le nom de MALI? (soit Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles et dont l'acronyme signifie littéralement “Et moi ?”). Les participants à cette action auraient voulu manifester en faveur de l'abrogation de l'article 222 du code pénal marocain qui dispose que “toute personne notoirement affiliée à l'Islam, qui rompt ostensiblement le jeûne en public durant le ramadan est puni d'un emprisonnement d'un à six mois et d'une amende.”

L'affaire a allumé un débat passionné, souvent échauffé, parfois injurieux et tranchant dans la blogosphère marocaine et sur les réseaux sociaux. Tandis que la majorité paraît condamner l'action des non-observants, certains ont soulevé la question de la liberté de conscience dans une société musulmane.

Sur Facebook s'est créé un groupe de solidarité avec les non-observants emprisonnés. Voici son préambule  :

La répression policière que subissent ces militants s'accompagne de menaces de mort quotidiennes de la part de barbus-fascistes qui eux bizarrement ne sont pas poursuivis. Ce laxisme n'est autre qu'une façon d'encourager ces personnes à commettre des actes haineux. Il n'y a qu'à lire la déclaration de la très gouvernementale agence de presse marocaine pour s'en rendre compte.
Le but de ce groupe est de soutenir les militants de MALI, et de réaffirmer notre attachement à la liberté de culte, il ne s'agit pas d'inciter les gens à ne pas jeuner, chacun fait ce qu'il veut.

Chaouki Najib, créateur d'un groupe Facebook [arabe, français] appelé “Jeûneurs et non jeûneurs, nous sommes tous Marocains” a adressé une lettre aux membres de son groupe, dénonçant les menaces contre les manifestants de MALI :

تعرض اعضاء من الحركة البديلة للدفاع عن الحريات الفردية لتهديدات بالقتل عبر
رسائل بريدية. و نشير ان تبني الدولة الى سياسة مغازلة المتطرفين الاسلاميين من خلال اصدارها لبلاغ يدين الصحافية زينب الغزوي التي تعتبر عضوة بالحركة هو تحريض مبطن للغوغاء من الاسلاميين و المحافضين و تهديد مباشر لحياة الصحافية
[…] نحمل الدولة كل المسؤولية ،في حالة تعرض اي عضو من حركة مالي الي أي مكروه.

Les membres de MALI ont reçu des menaces de mort par e-mail. L'adoption par l'État d'une politique de charme à l'égard des extrémistes islamistes par la publication d'un communiqué condamnant la journaliste Zineb El Ghazoui, co-fondatrice du mouvement, est un encouragement tacite pour les islamistes et les conservateurs et une menace direct contre la vie de la journaliste […] L'Etat portera l'entière responsabilité au cas où il arriverait malheur à un membre quelconque du mouvement MALI.

Naoufel se demande [en arabe] si cette affaire ne révèle pas un aspect du deux poids, deux mesures, à l'intérieur de la société marocaine :

الحكاية غريبة..اعرف أنها لو وقعت في بلد كالسعودية لنفذ فيهم حد الردة مثلا..عقوبة السجن أو التعنيف تظل هينة مقارنة مع ما كان سينتظرهم في بلاد أخرى أقل تسامحا..و مع ذلك ففي المغرب يمكنك أن تتجول في ساعة الظهر يوم الجمعة بكل حرية..تجلس في المقهى، تدخن سيجارة أو أي شيء..يمكنك أن تزور بارا بالليل أو حتى مرقص..الصلاة غير مهمة..يؤذن المؤذن ما شاء الله له أن يفعل ثم لا تجد في المسجد احد، لكنك في المقابل لن تستطيع أبدا الجهر بإفطار شهر رمضان..ستصبح زنديقا أو ما شابه في نظر الكل ..حتى بالنسبة لزائر البار و تارك الصلاة…
أخيرا، أنا لا أدافع عن مالي..أنا مع حرية التعبير، من حق أي واحد أن يفعل ما شاء..أن أصوم أو لا أصوم أمر يخصني وحدي لكني في المقابل سأحترم صيام أمي و أسرتي و المجتمع..باختصار أريد أن أقول..أنا أتضامن مع مالي و أيضا مع من جرحت أحاسيسه..لكني بالمناسبة لا اعترف بأي ثوابت..
Cette histoire est un peu bizarre .. Je sais que si ça s'était passé dans un pays comme l'Arabie Saoudite les manifestants auraient subi le châtiment pour apostasie… une peine de prison ou de l'intimidation restent insignifiantes en comparaison de ce qui leur serait arrivé dans d'autres pays moins tolérants… Néanmoins, au Maroc vous pouvez vous promener librement pendant les prières du vendredi… vous asseoir dans un café, fumer une cigarette ou ce que vous voulez… vous pouvez aller au bar ou même dans une discothèque… les prières ne sont pas importantes … Le muezzin peut appeler à la prière sans qu'on trouve personne à la mosquée, mais vous ne pouvez jamais rompre publiquement le jeûne [avant le crépuscule] pendant le ramadan.. on vous considérerait comme un hérétique ou équivalent aux yeux de tous… même pour les piliers de bar et ceux qui ne prient jamais…
Finalement, je ne défends pas le MALI .. Je suis pour la liberté d'expression, le droit des gens à faire ce qu'ils veulent … Que je jeûne ou pas, c'est moi que ça concerne, et moi seul. En échange, je respecte l'observance de ma mère de ma famille et de toute la communauté … En bref, ce que je veux dire, c'est que je m'identifie au MALI, ainsi qu'à ceux qui ont pu se sentir offensés… mais je ne reconnais aucun principe qui ne puisse être remis en question…

Ce sentiment d'hypocrisie moralisatrice est partagé par Jillian C. York sur son blog. Elle écrit [en anglais] :

Voilà ce qui m'inquiète : il y a aussi un large pan de la société qui boit, et fait d'autres choses qui sont haram, mais qui condamne les manifestants pour manque de respect de l'Islam. Une telle attitude met en lumière quelque chose que j'ai constaté au Maroc : c'est-à-dire que le ramadan paraît faire de chacun un expert de l'Islam, et un grand musulman. Nombre de ceux qui peuvent ignorer la religion tout au long de l'année vont au minimum jeûner (ou faire semblant de jeûner, même devant leur famille), et vont souvent plus loin, sermonnant leurs amis qui ne jeûnent pas ou les réprimandant de ne pas aller à la mosquée. Si vous croyez que j'exagère, j'ai observé cela moi-même bien souvent. En août, je sortais en boîte à Marrakech avec des amis marocains, à boire et danser; dès que commençait le ramadan, j'étais le mouton noir.

Beaucoup, comme Amar Al Khalfi [arabe], qui blogue sur Nebrass Ash'ababont perçu un complot dans l'action des manifestants non-jeûneurs :

تجرأت حثالة معدودة من الشباب في المغرب على الإفطار الجماعي في نهار رمضان علانية، في محاولة للاستهزاء بالشعائر الدينية الإسلامية واستفزازا لمشاعر الصائمين في محاولات يائسة لاختراق الهوية الإسلامية للمجتمع المغربي، وخلق الفتنة، وزعزعة الأمن الروحي للمغاربة، بدعوى الحريات العامة والفردية.
Un petit groupe de jeunes racailles (sic) ont osé rompre le jeûne en public pendant le ramadan, dans une tentative de ridiculiser les rituels religieux musulmans et en une évidente provocation contre les sentiments des observants du jeûne, en une vaine tentative de pénétrer l'identité islamique de la société marocaine, et de créer la discorde et l'insécurité morale, sous prétexte de libertés publiques et individuelles.

A travers la blogosphère on assiste à une rafale d'attaques contre les membres de MALI, allant des insultes aux commentaires haineux. Parmi ceux-ci, cet extrait par H'med Lehmani [arabe] sur le site internet d'informations régional Oujda City :

خرج علينا مجموعة من الفاشلين تتزعمهم امرأة… يريدون أن يفطروا في رمضان أمام الناس حتى يشعروا أن لهم حقوقا وحتى يقولوا بأن في المغرب ديمقراطية ، ولكن نست تلك الفاشلة قضية مهمة كان عليها أن تراجع فيها كتب الفلسفة والقانون – إن كانت تعرف مثل هذه الكتب – أن الديمقراطية لا تعني حماية حقوق الفاشلين في الحياة إذ لا قيمة لفاشل حتى يكون له حق أصلا
Et puis est venu ce groupe de losers (sic) conduit par une femme … Ils disent qu'ils veulent rompre leur jeûne de ramadan devant tout le monde pour avoir l'impression qu'il ont des droits et pouvoir dire qu'il y a la démocratie au Maroc, mais elle (la femme), la loseuse, a oublié de consulter les livres de philosophie et de droit – si elle a la moindre idée de ce genre de livres- et de comprendre que la démocratie n'est pas faite pour protéger les ratés, car le loser ne mérite aucun droit.

P.S.: L'article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, dont le Maroc est signataire, dispose que…

Chacun a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit inclut la liberté de changer de religion ou de croyances, et la liberté, seul ou en communauté avec d'autres, ainsi qu'en public ou en privé, de manifester sa religion ou ses croyances par l'enseignement, la pratique, le culte et l'observance.

4 commentaires

  • Fatima

    Bonjour,
    L’article 222 code pénal marocain interdit de manger en publique pendant le jour de ramadan mais il n’est jamais appliqué, comme beaucoup d’autre loi, cette interdiction a été instauré par le général Lyautey , il a été établi pour protéger les non musulmans et ne pas provoquer la colère de certains musulmans, je lance un défi si vous trouver une seule personne qui été emprisonné parce qu’elle manger pendant le jour de ramadan, on peut voire des marocains qui fumes ou qui manges, on peut aussi voire les alcoolique se promener mandant le jour de ramadan on les voit dans les coins de rues dans les villes et personne ne leurs dit rien, on respect aussi les européens qui viennent au Maroc pendant le moi sacré, les restaurants sont ouvert le jour, des serveurs musulmans qui jeunent servent les autres sans aucun problème. je ne comprends pas pourquoi ces gens défendent une cause qui n’a pas de sens. j’aurais aimé qu’il défendent le droits de l’enfance et d’interdire le travail des petites filles comme bonne dans les maisons des riches, ou de défendre les pauvres qui n’arrivent plus manger à leur faim ou la liberté de l’expression ou les détenus politiques… en fin beaucoup de cause utiles.

  • momo

    des loosers sans scrupule je sais pas mais pour moi ce mouvement veut juste se faire remarquer
    a mon avis il leur faudra une tres bonne fessee …et les morveux on est dans un pays musulman ….
    bande d’ignorants un peu de respect il ya eu un peu de liberte de trop ce qui a cause cela at par l’intermediaire l’apparition de tels mouvements
    l’annee derniere un groupe homo qui a manifeste a marrakech ou je ne sais plus ou et mnt une bande d anti jeûne

  • xenon

    Besoin d’une mise à jour !
    Ils sont libres, et ont été seulement interrogés.
    Pas de quoi fouetter un chat.
    affaire montée en épingle inutilement!

  • Mouna

    si tous ceux qui font Ramadan parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement et tous ceux qui le «mangent» en cachette affichaient franchement leurs convictions, cela ferait bien plus que «six agitateurs» à clouer au pilori sur la place publique.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site