Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Durga Puja : Une fille visite sa famille

D'après la légende, le puissant démon Mahisasura apaisa un jour les dieux par de sévères pénitences [en anglais]. Lorsque les dieux satisfaits lui offrirent une récompense, il demanda l'immortalité. Sa requête ayant essuyé un refus, il imagina un stratagème et demanda à ce qu'il ne puisse être tué que par une femme sur le champ de bataille. Son idée était qu'une femme ne serait jamais capable d'égaler sa force physique, et qu'ainsi, en pratique, il deviendrait effectivement immortel. Avec cette assurance, Mahisasura se mit à faire des ravages dans les cieux et sur terre.

Vaincus au combat, les dieux unirent leurs énergies divines et créèrent Shakti (l'énergie féminine primordiale et cosmique), une déesse aux manifestations diverses, dont l'une était Durga. Dotée des armes que lui donnèrent les dieux, Durga partit en guerre, chevauchant un lion. Une bataille longue et féroce s'ensuivit, dans laquelle le démon Mahisasura fut finalement tué. C'est pourquoi la déesse Durga est célébrée comme “Mahisasura-mardini” (celle qui a tué Mahisasura). Elle est la Déesse-Mère, la force suprême qui défait toutes les forces du mal.

La déesse Durga tue Mahisasura. Photo Aparna Ray

La déesse Durga tue Mahisasura. Photo Aparna Ray

A l'origine, cette fête hindoue de l'Inde était célébrée au printemps. Mais, de nos jours, les festivités d'automne l'emportent largement sur la puja originelle de la Devi (NdT : une puja est une cérémonie d'offrande et d'adoration de la divinité). La fête d'automne, selon l'épopée du Ramayana, a débuté lorsque Ram a fait allégeance à la déesse avant de se lancer dans la bataille avec le roi des démons Ravana pour sauver son épouse Sita, enlevée par Ravana. Comme c'était là une invocation intempestive de la déesse, la Puja de Durga menée par Ram est aussi appelée “akalbodhan” (culte prématuré/ intempestif).

Suivant l'exemple donné par Ram, la Durga Puja a lieu de nos jours partout pour une durée qui va de 5 jours (Durga Puja) à 10 jours (Navaratri – où sont vénérées 9 formes de Shakti) à travers différents Etats de l'Inde.

Si le récit à la base de la Durga Puja reste le même, les Bengalis [en anglais] ont une vision un petit peu plus personnalisée des Pujas (ou ‘Pujo’ dans la prononciation en bengali). Durga passe pour être la fille du Bengale et durant ces 5 jours elle rend visite à la maison de ses parents accompagnée de ses 4 enfants (GaneshLakshmiSaraswati,Karttikeya) et de 2 amies proches. Fait à noter, son époux Shiva ne l'accompagne habituellement pas dans son voyage. Il reste seul, et laisse sa femme et ses enfants visiter la Terre et se faire choyer par leur famille bengalie.

Durga puja idol at a South Kolkata pandal. Photo by Aparna Ray

Effigies de Durga puja à un pandal au sud de Calcutta. Photo Aparna Ray

Kolkata Musing nous dit pourquoi il trouve que la Durga Puja de cette ville mérite d'être appelée ‘unique’ [les blogs cités sont en anglais].

Ce qui est unique dans la Durga Puja de Calcutta, c'est la quête de créativité, le besoin insatiable de créer du neuf. Et c'est pour cette raison que je trouverai toujours que la Durga Puja de Calcutta est insurpassable.

La créativité saute aux yeux, année après année, dans les motifs de Puja – ‘les thèmes’ exprimés dans le dessin du pandal (NdT : temple temporaire construit pour vénérer la déesse, souvent en bambou et orné de tissus) et la décoration de la protima de Durga (l'effigie de Durga). Il y a aussi de nombreux prix décernés chaque année aux pujas novatrices, créatives, respectueuses de l'environnement (un critère relativement nouveau parmi les paramètres d'évaluation) prenant également en compte la sécurité de l'assistance.

Saurabh Dhanuka écrit sur son blog:

[…] la Durga Puja est la quintessence de toutes les passions d'un Bengali, la culture, l'amour, les émotions, la chaleur conviviale, la joie suprême de la fête. Ils éprouvent un grand plaisir à rivaliser dans la fabrication des pandal.

Voici quelques thèmes de Pujo de cette année.

Le thème népalais – Appréciée par l'Office du tourisme népalais et le consulat général de ce pays, cette puja du sud de Calcutta reflétait l'art et l'architecture du Népal dans toute leur splendeur, depuis le pandal, une réplique du temple de Yakshewar Mahadev à Bhaktapur, jusqu'à l'effigie de Durga inspirée par la divinité népalaise à quatre têtes Taleju Bhavani.

Durga idol inspired by the Nepalese deity Taleju Bhawani. Originally uploaded by Anil m, used under Creative Commons Licence

Effigie de Durga inspirée par la divinité népalaise Taleju Bhawani. Photo publiée par by Anil m, et utilisée sous licence Creative Commons

Crédit photo : Anil m.

Le thème égyptien – Hiéroglyphes, images, sculptures, art et architecture d'Egypte ont aussi été présents à Calcutta dans cette puja comme on peut le voir ci-après : 

Thème égyptien à un pandal au sud de Calcutta. Photo Aparna Ray

Thème égyptien sur un pandal au sud de Calcutta. Photo Aparna Ray

Décoration de pandal - thème égyptien. Photo Aparna Ray

Décoration de pandal – thème égyptien. Photo Aparna Ray

L'environnement et le changement climatique comme thèmes de puja  – C'était réconfortant de voir que cette année de nombreux organisateurs de puja ont choisi les questions environnementales et climatiques pour thème de leur puja. Des formes artistiques innovantes et créatives ont exploré ces questions, visant à sensibiliser les visiteurs à l'environnement. Un exemple :

A board outside a puja pandal explains issues such as global warming and the need for recycling resources

Un panneau à l'extérieur d'un pandal de puja explique des questions comme le réchauffement climatique et la nécessité du recyclage des ressources

Tandis qu'à l'intérieur, des paquets en papier peints à la main remplacent les matériaux décoratifs traditionnels, pour faire passer le message.

Peinture sur des emballages en papier. Photo Aparna Ray

Peinture sur des emballages en papier. Photo Aparna Ray

Et il y en avait encore beaucoup d'autres, disséminés dans la ville et l'Etat.

A côté des pandals et des effigies, il y avait des illuminations décoratives qui faisaient scintiller la ville la nuit. Les gens se déversaient par milliers dans la rue pour fêter les jours et les nuits en mangeant et buvant, et en faisant du ‘saute-pandal’ (aller d'une puja à une autre).

Lumières décoratives à lentrée dun puja pandal. Photo Aparna Ray

Lumières décoratives à l'entrée d'un puja pandal. Photo Aparna Ray

Et bien sûr, beaucoup d'illuminations comportaient aussi un message, à caractère social ou écologique.

Sauvez la vie sur terre - plantez un arbre. Photo Aparna Ray

Sauvez la vie sur terre – plantez un arbre. Photo Aparna Ray

Les 5 jours de festivités se sont terminées par Dashami, le jour de l'immersion. C'est le jour où la déesse retourne au domicile conjugal dans l'Himalaya. Mais pas avant que les femmes mariées ne lui fassent leurs adieux affectueux ainsi qu'à sa famille avec des cadeaux, des sucreries et des quantités de vermillon pour une vie conjugale longue et heureuse.

Adieu et à lannée prochaine. Photo Aparna Ray

Adieu et à l'année prochaine. Photo Aparna Ray

Ce qui est suivi de la ‘sindoor khela’ (la cérémonie du vermillon), un rituel par lequel les femmes mariées se badigeonnent réciproquement du sindoor (traditionellement, le sindoor ou vermillon sur le front et la raie dans les cheveux sont le signe distinctif de la femme mariée hindoue) et partagent sucreries, plaisanteries et rires.

Sindoor Khela. Photo Avik@firstdays, reproduite avec son autorisation

Sindoor Khela. Photo Avik@firstdays, reproduite avec son autorisation

Crédit photo : Avik@firstdays.

Pour finir, toutes les effigies sont emportées vers les lacs et fleuves pour être immergées. Le pandal est démonté et la vie normale reprend, dans l'attente par les Bengalis de l'année prochaine. Après l'immersion, c'est de nouveau le moment de rencontrer et saluer les amis, la famille, les proches et tous ceux qui sont chers, avec Vijaya Dashami, la fête qui commémore la victoire de Ram sur Ravana [en anglais].

La puja de Durga n'est pas seulement fêtée dans tout le pays, mais elle est aussi célébrée par les Bengalis dans le monde entierVoici des photos de l'éditeur de Global Voices pour l'Asie du Sud, Rezwan, de fêtes de puja à Dhaka au Bangladesh. De même, Dithi met en ligne des instantanés de célébrations de puja à Genève. A Zurich, les festivités de Durga puja ont réuni la communauté bengalie, comme c'est le cas depuis six ans. Nul doute que nombre de lecteurs auront connaissance d'une Durga puja célébrée dans votre coin du monde. Car partout où il y a des Bengalis, la Durga puja ne peut guère être loin.

Vous trouverez davantage de photos de Durga puja 2009 ici. Pour les lecteurs qui souhaiteraient en savoir plus sur la Durga Puja, ce site est d'une lecture intéressante [en anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site