Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc: Après la censure, la mainmise sur les médias indépendants

 

Ce dessin humoristique a fait le tour de la blogosphère

Ce dessin humoristique a fait le tour de la blogosphère

Le Ministère marocain de l'Intérieur a décidé de poursuivre en justice le quotidien arabophone Akhbar Al Youm, pour avoir publié un dessin  humoristique caricaturant le Prince Moulay Ismail, tout juste marié. Dans une déclaration officielle, le Ministère a qualifié la caricature de “criant manque de respect envers un membre de la famille royale”.  De plus, dans cette déclaration figure une remarque sur l'utilisation particulière de l'étoile de David dans la caricature, soulignant que “ceci soulève de nombreuses questions quant aux insinuations des personnes qui en sont à l'origine et laisse entrevoir des penchants antisémites évidents”.

 

Le blogueur Analitikis pense que le Maroc a perdu son sens de l'humour, mais s'interroge sur le journaliste qui a dit n'avoir cherché à représenter que l'étoile aux cinq branches du drapeau marocain. Voilà ce qu'en dit le blogueur [en anglais]:

Tout cet épisode était évidemment l'occasion rêvée pour le Ministère de l'Intérieur d'interdire l'un des rares journaux  indépendants du pays…Bien que je soutienne la liberté d'expression du journaliste, je m'interroge tout de même sur sa récente déclaration selon laquelle, malgré la confusion avec l'étoile de David, il s'agissait juste d'une bonne vieille étoile marocaine. Alors, j'ai décidé d'utiliser mes compétences limitées avec le logiciel de retouches photo Photoshop, afin de vérifier la sincérité de ce témoignage…Je vous laisse en juger par vous-mêmes.  

Le blogueur a donc essayé de recréer l'étoile aux cinq branches, ce qui s'est avéré impossible…

Le blogueur Analitikis remet au premier plan les pointes de létoile

Le blogueur Analitikis remet au premier plan les pointes de l'étoile

…et en a conclu ceci: “Je me demande si les origines allemandes de l'épouse du Prince ne seraient pas liées à cette histoire …”

Le blogueur de A Moroccan About the World Around Him, analyse la situation et  partage son opinion [en anglais ]:

La question des médias indépendants devient de plus en plus sensible pour le gouvernement marocain, car ceux-ci abordent des sujets considérés comme tabous. Le fait que le gouvernement tire à boulets rouges tant au niveau judiciaire que politique sur les journalistes indépendants et les artistes ainsi que les journaux et magazines pour lesquels ils travaillent, contredit sa position de promotion et de protection de la liberté d'expression et de la presse. Certains observateurs ont fait remarquer que le gouvernement tire les ficelles de ces attaques ad hominem en coulisses, gangrénant par là-même les médias indépendants.

Lorsque l'on connait les circonstances de la séparation entre Bouachrine et Nini, co-fondateurs du journal Al Masae, ce dernier va s'amuser comme un fou de cette affaire.

Entre Nous Marocains a rédigé un billet très détaillé évaluant la situation, dans lequel on trouve deux vidéos. Voici la conclusion du blogueur [en français]:

Durant deux mois, la censure de Telquel, Nichane, Le Monde et les interrogatoires de plusieurs journalistes (Al Ayam, Al Michaal, Al Jarida Al Oula) mais le meilleur pour la fin, la fin d’une époque de censure et d’interrogatoires, et le début d’une époque de saisie de biens. La caricature n’a pas suscitée tout l’intérêt qu’elle suscitera dans les prochains jours. Est-ce que par cette saisie, le ministère empêchera la publication de caricatures, articles sur le Roi ou sur les princes et princesses ?! Ni les censures, ni les interdictions, ni les gros montants de dommages et intérêts n’ont empêchés la publication de tels articles ! Il faut bien penser à une solution qui arrange LES DEUX PARTIES, pas seulement UNE ou AUCUNE comme le cas d’Akhbar Al Youm.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site