Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afghanistan : Réflexions sur la bataille de Kamdesh

L'attaque de grande ampleur contre une base américaine au Nouristan le weekend dernier a amené de nombreux blogueurs à reconsidérer leur position sur le conflit.

K, un formateur tactique incorporé dans les Marines de retour depuis peu (il a travaillé avec l'armée nationale afghane), fait remarquer que l'attaque elle-même n'était pas une fatalité [tous les liens sont en anglais].

Il y a de quoi désespérer à nous voir perdre autant d'hommes en une seule bataille, mais je persiste à affirmer qu'avec une sélection du terrain et une tactique d'unités correcte, ce genre de chose n'arrivera pas. Si vous construisez un petit poste avancé dans une zone où les insurgés vous surplombent pour vous tirer dessus, avec peu voire aucune position de soutien pour vous venir en aide, alors cette position ne peut s'attendre qu'à des ennuis. A Kunar, nous avions des postes d'observation plus loin dans les collines, ou même tout au sommet dans certains cas, et d'autres positions de soutien mutuel, précisément pour empêcher des insurgés ou autres de réussir à nous encercler et à nous tirer dessus d'en haut.

Tim Lynch pense qu'il pourrait y avoir quelque chose de louche en germe dans la riposte américaine :

Si mes informations sont exactes, cette affaire comporte une “non-vérité” dite par un colonel – et c'est le genre de chose qui me donne vraiment du souci. Je me fais du souci parce que je sais ce qui est arrivé à notre corps expéditionnaire au Vietnam et ça me détruirait de les voir encore une fois dans ma vie tenus en si faible estime et même dans un mépris total par l'opinion américaine.

A la fin de cet engagement, les Pedros sont arrivés par les airs et ont extrait tous les Américains et Afghans de Keating complètement détruit dans les combats. Cependant un colonel de l'armée U.S. cité dans l'article du New York Times a dit que “les forces américaines contrôlent toujours l'enceinte, qu'elles partagent avec les forces de sécurité afghanes.”

Registan.net remarque que la bataille de Kamdesh se situe dans un vaste contexte social.

Kamdesh est un endroit où il est tellement dangereux et difficile de travailler [parce que] les postes avancés les plus éloignés ne peuvent être ravitaillés que par hélicoptère—et même eux essuient des tirs d'armes légères pendant les rotations d'approvisionnement. Le défi de la gestion de la violence dans la zone, c'est qu'alors une grande partie est le fait d'outsiders comme al Qaïda, la plupart des combattants du HiG sont en réalité des gens du cru—une dynamique très similaire à celle du sud de la province de Kapisa, où beaucoup de militants du HiG dans la région sont des locaux soit payés pour attaquer les forces américaines soit qui le font par simple fierté pour le rôle du HiG dans la défaite de l'Union Soviétique.

Enfin, le blog Canada-Afghanistan relève que l'objectif de cette attaque pourrait avoir été psychologique :

Ce qui m'est venu à l'idée, c'est que les talibans sont probablement en train d'orchestrer ces attaques dans le cadre d'un plan de propagande et d'action psychologique. Les Américains ont déjà annoncé leur retrait de ces postes avancés exposés au Nouristan; grâce à des attaques comme celle-ci, les talibans vont revendiquer le retrait comme une victoire militaire et morale.

On n'a sans doute pas fini d'en entendre parler.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site