Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hongrie : Une “Station de réduction de smog pour centre-ville”

La semaine dernière, une étrange structure a fait son apparition sur la place Blaha Lujza à Budapest . L'oeuvre de Téreltérítés Munkacsoport (‘Groupe de Travail Espace Déviant’) était liée au festival artistique de l'espace public de la capitale, appelé Placcc [en anglais]. La structure – “ Station de réduction du smog pour centre ville” – a été créée selon les plans de Richard Buckminster Fuller, et a réuni plusieurs idées sur l'environnement urbain.

András Földes du blog Képgyár  (‘Image Factory – Fabrique de l'image’, en hongrois) raconte :

L'igloo lumineux monté sur la place Blaha Lujza donnait à voir qu'il était l'oeuvre de jeunes artistes and architectes, de plus il purifie l'air chargé de smog par des moyens biologiques. Ce qui est un noble but, après tout l'air pollué c'est mauvais, et l'air pur est très sain. Pourtant, l'euphorie autour de la structure futuriste était de prime abord étonnante. […]

Selon le site internet du festival Placcc [en anglais] :

Bien que le groupe comprenne de futurs architectes, ils ont estimé qu'il était important d'approcher l'espace sous d'autres aspects, et non du seul et exclusif point de vue architectural, c'est pourquoi ils explorent la relation homme-espace à travers l'art dans l'espace public. Le point de départ de l'oeuvre qu'ils réalisent pour le Festival PLACCC est la conviction que nous ne sommes pas de simples observateurs de cet espace, mais que nous pouvons le modeler activement et participer à sa transformation.

Cette photo, prise par Rozmy, montre l'intérieur de l'igloo en plastique, où se produisait le filtrage par les algues :

4009750998_3f77533c78

András Földes a interrogé le responsable de Téreltérítés Munkacsoport sur le fonctionnement de ce ‘réducteur de smog':

[…] Le chef du projet et professeur [d'université] Antal Lakner a expliqué avec enthousiasme les principes de fonctionnement du bio-catalyseur de filtrage par les algues, ajoutant à chaque phrase que ce dispositif marchait vraiment, que ce n'était pas seulement un objet d'art.

“Ici, un artiste, un architecte, un biologiste et un technicien ont collaboré pour résoudre un problème existant,” a dit M. Lakner, un casque de chantier estampillé Algues Hongroises sur la tête. “Un véhicule de détection est venu ici et a prouvé que la plantation produisait une quantité significative d'oxygène,” a-t-il indiqué en couvant du regard la bulle de verre s'affairant à la production silencieuse d'oxygène.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site