Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

USA : Exploitation de la culture amérindienne, les huttes de sudation font deux victimes

Jeudi 10 octobre, 2 personnes sont décédées et 19 autres ont été admises à l’hôpital alors qu’elles séjournaient au Angel Valley Retreat Center, un complexe hôtelier renommé situé dans le district de Sedona, au centre de l’Arizona. Elles ont été victimes de malaises lors d’une séance de purification dans une hutte à sudation construite dans le cadre du programme « Chevalier spirituel » du prétendu expert James Arthur Ray [en anglais, comme tous les liens] .

Ce tragique événement a fait la une aux États-Unis où des experts du sujet et des Amérindiens ont critiqué la construction de la hutte, le nombre de participants et la durée de la séance.

James Ray

James Ray

James Ray est président et directeur exécutif de James Ray International. Il organise des séminaires sur la « création de richesse » qui peuvent coûter jusqu’à 10 000 dollars. Il a été interviewé dans le film New Age The Secret sorti en 2006, a été l’invité de l’émission d’Oprah Winfrey et a signé Harmonic Wealth, un best-seller sur la liste du New York Times.

Cet accident, qui n’est qu’un exemple de plus de l’exploitation constante de la culture des Amérindiens, a provoqué de nombreuses réactions au sein de la blogosphère, principalement aux États-Unis.

Lorsqu’elle raconte en détail son expérience d'une séance de purification dirigée par une Sioux, Lakota, dans les années 80, Gabrielle Daniels, alias blksista, écrit qu’elle a “photographié la hutte jusqu’à ce qu’on me dise de ne pas le faire parce que c’était quelque chose à ne pas partager avec des personnes extérieures au groupe”. Voici une vidéo sur YouTube expliquant comment construire une hutte de sudation.

ssblksista explique :

Une fois la hutte terminée, recouverte de peaux, de couvertures et de branches, et les pierres chauffées, certains se sont mis en shorts, d’autres en maillots de bain puis nous sommes entrés par petits groupes, six ou huit personnes à la fois. Je me suis assise et j'ai résisté à la vapeur et à la chaleur dégagée par les pierres jusqu'à ce qu'il soit temps de sortir. La différence avec un sauna traditionnel, où l'on peut jeter de l’eau parfumée à l'eucalyptus ou au goudron de pin sur les pierres, c’est qu’aucune essence n’est utilisée dans les huttes de sudation. Je suis restée à l’intérieur au moins 20 minutes ou une demi-heure. Comme tout le monde. Personne n'était forcé à rester plus longtemps qu'il le voulait. On nous demandait gentiment si tout allait bien pendant la séance, les gens répondaient simplement oui ou non, ou faisait un signe de la tête, c'est ce que j'ai fait…

Voici comment elle conclut:

… Les adeptes du New Age n'adoptent qu'une partie d'une culture, comme les personnes qui achètent des masques et des idoles d'une religion sans comprendre ce que représentent ces objets ou ce que signifient ces rituels. Ces comportements dénués de respect favorisent l’apparition de gourous autoritaires et souhaitant être vénérés. Les participants peuvent perdre toute motivation, avoir envie de tout quitter, être blessé ou pire, mourir. C'est la cruelle leçon à tirer de cette tragédie. Je peux juste espérer que cette fois les gens s'en souviendront.

Dans un billet publié sur Beyond Growth , un blog explorant l’avenir du développement personnel, Duff McDuffee essaye de résumer les leçons à retenir de cette catastrophe :

Nous pouvons tout d’abord conclure que tous les maîtres spirituels ou les gourous du développement personnels sont mauvais et qu'il vaudrait mieux les éviter. Nous pouvons aussi en déduire que James Arthur Ray est particulièrement avide et maléfique, que Law of Attraction et The Secret sont des inepties. Ces conclusions sont les seules qui peuvent être utiles…

On peut considérer ce désastre comme “le côté obscur du Secret”, qui n'est pas seulement le résultat d’une “pensée négative”, mais également celui de bonnes intentions positives ayant pris un très mauvais tour. Les intentions et pensées positives ne suffisent donc pas si elles mènent à des conséquences négatives. En fait, Ray lui même souligne que les résultats qu'une personne provoque dans sa vie sont les marques les plus importantes  de son progrès spirituel…

Est-ce qu'il se pourrait que le but de cet “Événement du chevalier spirituel” soit d’offrir la possibilité à M. Ray d'agir avec le sens de l'honneur d'un samouraï et d'endosser l'entière responsabilité, non seulement de la création du groupe de travail, mais aussi pour avoir évoqué le Chevalier?

Samthor, une parmi la douzaine de personnes qui ont commenté ce billet, écrit:

La grande leçon spirituelle est que « non, c’est non ». On ne peut pas récupérer les cérémonies les plus sacrées d’une culture à laquelle on n’appartient pas, les mélanger à tout ce qu’on veut et en faire du commerce, sans qu’il y ait de conséquences. Depuis des dizaines d’années, les Amérindiens essayent de prévenir la population blanche des escroqueries qu’entraîne le vol de leur culture et de leurs cérémonies. Personne ne les a écoutés, les gens ont préféré se laisser appâter par les promesses des gourous prônant le New Age et des chamans de pacotille. Et le résultat est qu’ils se font avoir sans arrêt et sont mis en danger.

Il communique un lien (dernière mise à jour date de juin 2008) où est publiée une liste de personnes qui ont trouvé la mort dans des situations semblables à celle de Sedona.

S’il vous plait, souvenez-vous de ces victimes dans vos prières et ne laissez pas ces morts tomber dans l’oubli. Tous étaient humains et aucun ne méritait de mourir de cette façon. Pendant des milliers d’années, personne n’est mort dans une hutte de sudation. On en a fait un commerce et sept personnes, pour ce qu’on en sait, sont mortes en l’espace de 28 ans.

Sur le même blog, Don't Pay To Pray, “un blog dédié aux imposteurs, aux charlatans, à ces beaux-parleurs qui ne prient pas, mais exploitent les gens crédules et avides”, on peut trouver une longue liste de liens vers des ressources utiles liées aux Amérindiens.

Dans le courrier des lecteurs publié dans The Arizona Republic website et intitulé « Gagner de l’argent sur le dos de la culture amérindienne », Karen Ramirez écrit :

Je suis de la nation des Dakota et je trouve amusant qu’autant de personnes se sentent obligées de se faire de l’argent en utilisant les traditions liées à ma culture. Monsieur Ray, je vous suggère de cesser des pratiques dont vous ne savez rien, comme le démontre le fait que vous demander une rémunération à vos adeptes, ce qui est contraire aux pratiques des Amérindiens.

Après la tragédie de Sedona, James Ray a publié les tweets suivants :

JamesARay: je passe le week-end en prières et médiations pour tous ceux qui vivent ces moments difficiles : et je vous demande de faire la même chose.JamesAray : J'offre aussi mes prières les plus intenses pour une rapide convalescence de ceux qui sont malades. Il y a plus de questions que de réponses en ce moment.

Plus tôt, mais toujours durant la rencontre de Sedona, il avait publié d’autres tweets (effacés depuis, mais toujours disponibles après une recherche) :

JamesARAy : est toujours en Guerrier spirituel…pour que quelque chose de nouveau vive, quelque chose doit d'abord mourir. Qu'est-ce qui doit mourir en vous afin qu'une nouvelle vie émerge ?JamesARay: Jour 5 du Guerrier Spirituel. Le Guerrier Spirituel a vaincu la mort et n'a donc pas d'ennemis, pas de peurs, dans cette vie ou dans la prochaine.

Selon les dernières nouvelles, « les autorités locales n’ont pas reçu de demande d’autorisation ou de permis pour construire une structure temporaire au Angel Valley Retreat Center », et il semblerait que « le personnel du complexe ait clairement dit à M. Ray que construire la hutte était une mauvaise idée et qu’entasser autant de personnes dans un espace aussi restreint pouvait être dangereux ». Lors de son apparition à un séminaire prévu de longue date en Californie, James Ray a dit, en larmes, : « Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé. Nous allons le découvrir », ajoutant qu’il avait engagé des détectives privés.

La police poursuit son enquête afin de déterminer si des charges doivent être retenues contre James Ray et ses collaborateurs.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site