Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : Le plagiat d'un blog est un délit

Des blogueurs saoudiens se rallient pour soutenir l’un des leurs, qui affirme qu’un journal a extrait de son blog des photos et un article sans son accord.

Ahmed Al Omran sur le blog Saudi Jeans [en anglais, comme tous les liens] se montre peu élogieux envers le journal accusé de plagiat :

Bien que le journal al-Yaum bénéficie depuis longtemps d’un monopole dans la province d’Ach-Charqiya, il demeure l’une des plus mauvaises publications du pays. Je suis né et j’ai grandi dans cette province et à l’époque je lisais Ashraq al-Awsat, al-Hayat et al-Watan mais pas al-Yaum.

L’aversion pour Al Omran s’est renforcée après que Saudi Aggie –en réalité prénommé Nathan – qui étudie à la toute nouvelle Université des Sciences et Technologies du Roi Abdallah (KAUST) a révélé que le journal avait utilisé ses photos et sa couverture des récentes élections étudiantes. Il publie une copie de la coupure de journal et interroge ses lecteurs :

Je ne peux pas y croire ! Regardez cet article récemment publié dans le journal saoudien Al Yaum. Ces photos vous disent quelque chose ? Et le texte ? Pour ceux qui ne lisent pas l’arabe, c’est la copie presque conforme de mon article intitulé « Élections » et publié sur mon blog le 7 octobre 2009. Cela ne peut pas être légal, même en Arabie Saoudite !

Plus loin, l’étudiant américain ajoute :

Si je me trouvais aux Etats-Unis, je porterais plainte contre Al Yaum pour violation de droits d’auteur. Si c’était le New York Times qui avait plagié mon blog, je serais riche à l’heure actuelle. Les droits de propriété intellectuelle relatifs aux opinions et aux photos publiées ont-ils la moindre valeur ici ?

Al Omran remarque :

Nathan envisage de les poursuivre en justice, ce qui serait génial, mais ils se trouvent sans doute déjà dans une situation suffisamment embarrassante.

Les commentateurs sur le blog de Nathan comprennent la détresse du blogueur.

Mazoo écrit :

Je suis désolé de ce qui t’arrive…
Mais c’est chose courante ici en Arabie Saoudite.

J’ai entendu parler de nombreux cas où l’œuvre de mes amis (notes, images et idées publiées sur leur blog) avait été volée par des journalistes paresseux. Ils s’en sont plaints et certains ont écrit aux rédacteurs en chef. Ces derniers ont parfois publié des excuses ou viré l’auteur du plagiat.

Al Hanouf, qui se présente comme étudiante en droit, veut que justice soit faite :

Si cet acte est considéré comme un délit informatique, alors le journaliste devrait être emprisonné pendant plus de six mois et vous verser au moins 250000 Riyals. Vous devriez aller voir un avocat et par pitié, ne mettez pas un terme à cette affaire en envoyant un mail au journal ! Il existe une loi et elle ne peut pas réparer les torts si nous faisons preuve de paresse pour régler ces problèmes !

Et Chiara de conseiller :

Je partage le dégoût pour le plagiat et la tactique répandue consistant à traduire et à plagier n’est guère meilleure. Vous pouvez protéger l’ensemble de votre blog en le déposant comme publication protégée par des droits d’auteur comme l’ont fait d’autres blogueurs et insérer votre nom dans les photos.

Suite à cela, Nathan écrit :

En Arabie Saoudite, la rumeur se répand comme la peste. Ce blog a accueilli des dizaines de milliers de nouveaux visiteurs en une seule semaine.[…]

Je suis venu en Arabie Saoudite pour créer des liens et non pour me faire des ennemis. Je suis venu étudier et faire de la recherche dans une université qui s’évertue de toutes ses forces à être l’une des meilleures universités de recherche au monde, pas pour que des individus ou des organisations me versent de l’argent.

Je veux que les gens assument leurs responsabilités. Ce qu’a fait Al Yaum était répréhensible, mais le ton de la discussion l’est également.

Et les derniers mots qu’il adresse à ses lecteurs sont les suivants :

Si vous souhaitez utiliser une partie de mon blog, merci de me le demander d’abord. Personne, y compris moi, n’apprécie les malentendus.

Utilisant un outil de traduction arabe-anglais, le journaliste incriminé a écrit à Nathan pour se justifier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site