Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Sina Vann, rescapée de l'esclavage sexuel, récompensée pour son action

Sina Vann avait 13 ans quand elle quitta quelques temps le Vietnam pour le Cambodge, où elle pensait être venue pour les vacances. Au lieu de cela, elle fut vendue en tant qu'esclave sexuelle et passa les deux années suivantes dans une maison close. C'est Somaly Mam, activiste anti-esclavagiste et représentante d'une fondation qui porte son nom, qui la libéra en organisant une descente dans l'établissement où était retenue Sina Vann. Aujourd'hui, Vann est elle-même devenue activiste [tous les liens sont en anglais, sauf mention contraire] pour la Fondation Somaly Mam, portant secours aux rescapés de l'esclavage ainsi qu'à ceux et celles qui travaillent encore en maison de passe.

Sina Vann a reçu pour l'ensemble de son travail le prix Frederick Douglass qui “récompense l'immense courage de l'esprit humain et met en avant le fait que de nombreux survivants de l'esclavage moderne se décident à aider d'autres victimes à se libérer de leur condition.”

Vous en saurez plus sur l'histoire de Vann en regardant cette vidéo:

La lauréate du prix Frederick Douglass 2009 – Sina Vann de Libérez les esclaves sur Vimeo.

Les Nations Unies ont récemment prolongé d'un an  le mandat du Conseil des droits de l'homme [en français]  au Cambodge. Selon le Mirror, le Rapporteur spécial des Nations Unies a expliqué à la Commission des droits de l'Homme qu'il :

“…s'inquiète de la situation des droits de l'Homme au Cambodge. Selon son rapport, le respect de la loi au Cambodge est faible…Il fait aussi mention du cas de Mu Sochua, parlementaire du parti Sam Rainsy, le plus grand parti d'opposition du pays ; elle a en effet été injustement condamnée par un tribunal  – contrôlé par le parti gouvernemental du peuple cambodgien – pour une seule raison : elle avait osé protester contre les puissants au Cambodge”.

D'autres militants pressent le Rapporteur spécial de ne pas oublier les femmes et les enfants toujours victimes d'esclavage sexuel au Cambodge, en faisant remarquer que cela doit rester une priorité, même si d'autres atteintes aux droits fondamentaux, comme la liberté d'expression, existent.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site