Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Romance en bord de mer

Un professeur de littérature anglaise de la petite ville méditerranéenne de Tartous et une écrivaine syrio-canadienne en visite dans son pays d’origine échangent des regards dans un café nommé Sea Breeze (brise maritime). C’est ainsi que Mariyah [en anglais, comme tous les liens] et Abu Fares ont choisi de débuter leur histoire et d’accrocher leurs lecteurs.

Un grondement sourd dans mon estomac interrompit ma rêverie éveillée tandis que l’effluve d’épices et de fruits de mer vint me titiller les narines. J’avais l’impression de ne pas avoir mangé depuis des jours. Je regardai de nouveau par la fenêtre et remarquai la serveuse adossée d’un air nonchalant près de ce qui semblait être la porte de la cuisine. Elle était plongée dans un livre mais, comme dotée d’un sixième sens, elle croisa mon regard posé sur elle l’espace de quelques secondes. Comprenant la situation, elle me sourit et s’approcha de ma table.
« Vous avez faim ?
– Oh, oui ! Vous avez un menu ?
– Pas ici. Mais je vais vous dire ce qui a été préparé aujourd’hui.

“Oh mon dieu”, me dis-je, et je lui souris à mon tour, attendant avec enthousiasme sa description du dîner.

L’histoire commence aussi simplement que cela. Les deux auteurs, qui écrivent à tour de rôle chaque semaine, sont partis de . Nous faisons la connaissance de Yasmina, ancienne étudiante du professeur Youssef et serveuse au café Sea Breeze, et Yazan, le cuisinier nonchalant, tout ceci dans le cadre du sublime bord de mer de Tartous et sous la plume exquise d’Abu Fares et de Mariyah.

Tandis que Yasmina se présentait, mon regard fut attiré par une autre femme. D’un geste délicat, elle prit un petit poisson chaud par la queue, le trempa doucement dans un bol de sauce, l’approcha de ses lèvres, souffla dessus pour le refroidir puis l’avala tout entier avec la tête, les arêtes et la queue comme le ferait un vrai gourmet. Elle ferma les yeux et fut plongée dans l’extase. Puis… puis avec l’autre main, elle tira sur une mèche de cheveux qui lui venait dans les yeux et la ramena derrière l’oreille. Ce fut précisément la manière dont elle tira sur ses cheveux qui me laissa totalement sans défense.

Nous en sommes pour l’instant à la Partie 16 mais assurez-vous de commencer par le commencement.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site