Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kenya : Discussion entre blogueurs sur la première union gay au Kenya

Un couple gay kenyan a scandalisé l’opinion en décidant de conclure une union civile. La nation tout entière s’est écriée : « C’est dégoûtant, ce n’est pas bien. » Charles et Daniel ont officialisé leur union le 17 octobre à Londres. Les Kenyans ont protesté et exprimé leur dégoût puis ont pris part à un débat animé durant toute la semaine. The Daily Nation [en anglais, comme les autres liens], un des principaux journaux kenyans  a publié cette histoire le lendemain même ainsi que les photos de l’évènement :

Deux hommes sont devenus samedi le premier couple gay kenyan à s’être marié à Londres. Charles Ngengi, 40 ans et son époux, Daniel Chege Gichia, 39 ans, sont devenus des partenaires civils en vertu de la loi d’union civile controversée qui est entrée en vigueur au Royaume-Uni en 2005, permettant à des individus de même sexe de voir leur union légalement reconnue.
Le couple s’est marié lors d’une cérémonie d’union civile qui s’est tenue à la mairie d’Islington, au nord de Londres, à 11h30, heure britannique. Cette loi définit une union civile comme un mariage légal entre deux personnes gays ou lesbiennes, et tout couple qui contracte une union civile obtient le nouveau statut légal de partenaires civils, au lieu du statut traditionnel de mari et femme.

Tamaku, bloggueur sur The Diary of a Gay Kenyan (journal intime d’un Kenyan gay) a été le premier à exprimer son enthousiasme face à cette transition que connaît le Kenya et cette histoire que les journaux ont relatée:

Je suis ravi qu’un mariage gay célébré à Londres entre deux Kenyans ait fait la une de la presse nationale. Nous souhaitons à ce couple chanceux beaucoup de bonheur dans ce nouveau chapitre de leur vie commune. George et moi envisageons de faire la même chose, pour consolider notre engagement mutuel – même si ces unions ne sont pas reconnues ici. Nous n’en sommes qu’aux prémisses mais nous sommes déterminés à ce qu’une cérémonie d’échange des alliances et des vœux ait lieu devant nos amis proches et notre famille. Je serai habillé en blanc bien entendu. Ne le répétez-pas mais Tamaku n’est pas né de la dernière pluie, à moins que vous ne soyez vous-même une nonne. Lol !

Nous espérons que vous accepterez notre invitation lorsque le moment viendra. Ce soir, nous sommes tous deux très heureux de lever nos verres à la santé des jeunes mariés.

Donn, un blogueur gay qui publie un blog de photos, écrit qu’il connaît et a entendu parler de nombreux couples gays kenyans qui ont officialisé leur union et il s’interroge sur ce déchaînement à leur encontre. Il ajoute que des couples gays se sont mariés dans divers pays où le mariage homosexuel est légal :

Les deux hommes gays mentionnés ci-dessus, qui se sont mariés au Royaume-Uni samedi dernier…ont ouvert les yeux de nombreux Kenyans. La nouvelle de ce mariage a été diffusée sur les ondes durant tout le weekend… Je suis sûr qu’à présent le pays tout entier en est informé…puisque cela a été un sujet brûlant sur presque chaque radio. En ce qui me concerne, ils ne sont pas les premiers… Je connais beaucoup d’autres couples gays kenyans qui se sont mariés en Espagne, au Canada, en Afrique du Sud et également au Royaume-Uni.

De nombreux blogueurs n’ont pas apprécié la manière dont l’histoire a été traitée. Ils ont reproché aux journalistes d’être partiaux, avides de ragots, de célébrité, de profit personnel et de compensation financière. Les journalistes ont surveillé la maison de la famille des jeunes mariés et ont campé devant l’entrée, dans l’espoir que les parents ne s’expriment sur le fait que leur fils épouse un homme. La famille a été harcelée par des visiteurs qui venaient sans cesse chez eux par curiosité :

Tout le monde au Kenya est avide de quelque chose et maintenant les journalistes s’y mettent. Ces gens sont avides d’histoires. Ils guettent le moindre mouvement susceptible de faire la une des journaux. Si vous pensez que Mohamed Ali de KTN était le seul journaliste à Murang’a qui attendait d’interviewer les parents des jeunes mariés, vous vous trompez. Il n’était pas seul. En fait, des journalistes campent apparemment devant la maison de Charles, l’époux supposé, dans l’attente d’interviewer la mère sur le fait que son fils a des relations sexuelles avec un homme. Ils sont allés montrer aux parents les photos du mariage et la mère a été choquée au plus haut point. Elle en est restée muette, ne parle plus, ne mange plus. Quant au père, il noie son chagrin dans l’alcool et n’est pas redevenu sobre depuis mais on l’a entendu dire qu’il attendait le marié.

Selon le site internet misterseed, le jeune marié a donné une interview par téléphone, confiant qu’ils étaient mécontents de la manière dont ils ont été représentés par les médias kenyans. Ils ont le sentiment que les journalistes sont allés trop loin. Ils se demandent pourquoi ils ont mêlé la famille à « cela », mais ils espèrent toujours que les lois vont changer au Kenya et qu’ils se marieront une seconde fois chez eux :

Conversation téléphonique entre M. Seed et M. Chege et Ngengi, le couple gay qui s’est marié à Londres le samedi 17 octobre 2009. « Bonjour Ngengi, comment allez-vous ? », a demandé M. Seed le jeudi après-midi (22 octobre). « Je vais bien M. Seed, même si je suis déçu que les médias kenyans aient dépassé les bornes en rendant visite à nos parents à Murang’a pour les interviewer. Nous savons que les chaînes KTN et Nation ont diffusé cette histoire mercredi soir. Comment peuvent-ils aller voir nos parents à cause de notre situation ? Les parents et la famille n’ont rien à voir avec cela. Nous n’avons pas commis de meurtre. La loi permet cela au Royaume-Uni. Dites-leur de faire en sorte que les assassins soient envoyés à La Haye plutôt que de se focaliser sur nous. Nous sommes innocents. En plus, nous sommes en lune de miel et ils ne devraient pas essayer de gâcher ce moment. Vous savez M. Seed, la loi au Kenya va bientôt changer et il se pourrait bien qu’on décide d’y aller pour se marier une seconde fois. » M. Ngengi a conclu sur une pointe d’humour.

A la radio, des disc-jockeys ont incité leurs auditeurs à participer au débat, provoquant leur rage, et certains ont appelé et qualifié cette union de “non africaine”, de primaire et d’inique :

Ce qui est intéressant c’est que cela faisait l’objet d’une discussion ce matin sur Kiss 100 et le gars embauché comme comédien -très mauvais comédien d’ailleurs- a utilisé les adjectifs « immoral, dégoûtant, grossier et non africain. » Il a ajouté qu’il jetterait son frère du quatrième étage s’il venait lui dire qu’il était gay. Il a également dit que les gays devraient être brûlés. Véridique ! D’autres auditeurs ont dit que les gays n’avaient pas leur place dans notre culture et ont de nouveau utilisé le terme « non africain ». Mais qu’est-ce que cela signifie ?

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site