- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Afrique du Sud : La Muppet séropositive d'1 Rue Sésame sensibilise au VIH/SIDA

Catégories: Amérique du Nord, Afrique du Sud, Etats-Unis, Arts et Culture, Education, Jeunesse, Santé

Alors que l'émission enfantine Sesame Street [1] [en anglais] (1 rue Sésame [2] en version française) fête son 40e anniversaire ce mois, avec la première de sa nouvelle saison hier, une Muppet mignonne et câline dans son édition sud-africaine continue à aider à combattre et sensibiliser au VIH/sida.

Bien qu'on voie Sesame Street dans plus de 140 pays [3] [en anglais, comme tous les liens], chaque version aborde des problèmes locaux et a des Muppets différents. La Muppet jaune d'or Kami [4] a fait ses débuts sur la coproduction sud-africaine de Sesame Street, sous le nom de Takalani Sesame [5], en 2002 en réponse au problème de VIH/sida dans le pays. Première Muppet séropositive du monde, elle aide à informer les enfants sur la maladie et fait face aux problèmes liés au fait d'être séropositif ou séropositve. Le prénom Kami est dérivé [6] du mot tswana “Kamogelo,” qui signifie “acceptation.” Sunshinestar110, écrivant sur le blog U Don't Like My Opinion…That's Fine! nous en dit plus [7] sur Kami :

“Kami est une orpheline séropositive et affectueuse de 5 ans en bonne santé qui est un peu timide mais prompte à participer quand elle est approchée d'une façon amicale, Elle en sait long aussi sur le VIH, elle a perdu sa mère de la maladie. Quand Kami a été dévoilée, avec sa crinière brune et portant un gilet, elle s'est promenée dans la Rue Sésame et s'est demandé si les riverains et riveraines voudraient jouer avec elle. Elle n'a pas eu besoin de s'inquiéter parce que les autres Muppets l'ont accueillie avec enthousiasme.”

Kami a été introduite pour aider le grand nombre d'enfants en Afrique du Sud qui font face à la crise du VIH/sida. On pense que l'Afrique du Sud a le plus grand nombre de personnes qui sont infectées par le VIH au monde — environ 5,7 millions [8] personnes. À peu près à 280 000 des personnes infectées sont des enfants de 14 ans et moins et 1,4 millions d'enfants dans le pays sont orphelins à cause du sida. Aux complications physiques d'avoir le VIH, s'ajoutent le stigmate et le tabou accompagnant la maladie, ce qui augmente la difficulté de recevoir le traitement et le soutien adéquats. Takalani Sesame, qui comporte chacune des 11 langues officielles d'Afrique du Sud, essaie d'aider des enfants à prendre quelques-uns de ces problèmes à bras le corps par l'intermédiaire de Kami.

Cependant, la controverse a été forte quand Kami a été incorporée à la série, en particulier aux États-Unis, puisque beaucoup ont été révoltés qu'une émission pour les jeunes enfants présente un personnage séropositif. Haven on Earth analyse [9] le débat :

Bien qu'on ait rapporté que l'arrivée de Kami sur Sesame Street en Afrique du Sud était bien accueillie (j'ai bien du mal à accepter cela comme un fait à cause du niveau encore élevé de déni là-bas), il y a eu un véritable tollé ici aux États-Unis. Je me souviens d'avoir lu quelque chose là-dessus (c'est pour ça que j'étais tellement contente de trouver réellement une émission diffusée pendant que j'étais en Afrique du Sud – il ne me serait pas venu à l'idée de la chercher). Apparemment un groupe d'élus républicains du Congrès a envoyé une lettre à la présidente de PBS (Public Broadcasting Service) qui diffuse Sesame Street. La lettre a protesté que les projets d'introduire un personnage séropositif similaire aux États-Unis en temps voulu étaient inconvenants, étant donné l'âge de l'audience. Ils ont suggéré qu'une telle mesure pourrait menacer le financement public de PBS [Public Broadcasting Service].”

Kami n'a jamais paru sur la version américaine de Sesame Street, quoiqu'elle se soit avérée être un personnage très apprécié sur Takalani Sesame et ailleurs. En 2003, l'UNICEF l'a nommée [10] “Championne pour les enfants” mondiale. Dans cette vidéo [11], elle se joint à l'ancien président des États-Unis Bill Clinton pour transmettre un message sur le VIH/sida. Jamie, bloguant sur No day but today…, énumère [12] les autres succès de Kami.

“Puisque la plupart des enfants sud-africains connaissent quelqu'un qui a le sida, le personnage est devenu un héros national, très aimé des gens du pays. Kami est apparue aux Nations unies et à la Banque mondiale et a été interviewée par Katie Couric. Elle a aussi été nommée ambassadrice de l'UNICEF pour les enfants et a paru dans des séquences de Takalani à côté de Desmond Tutu et de Nelson Mandela.”

Malgré le succès de Kami, certains blogueurs persistent à croire qu'elle n'est pas un personnage approprié pour la version américaine de Sesame Street. Emily Meyer, bloguant pour son programme d'études spécialisées, dit [13] :

“Quoiqu'il soit important que les Américains soient au courant du VIH/sida et de la gravité de ces maladies, je pense qu'en parler aux gosses de deux et trois ans est un peu extrême. De si jeunes enfants probablement ne comprendraient pas le VIH ni ses effets. Si Kami devait être présentée aux États-Unis comme une façon de diffuser de la connaissance et de combattre le sida, je ne pense pas que les résultats voulus se produiraient…Les gosses en Amérique ne sont pas contraints de gérer le problème du VIH/sida à un si jeune âge. Je pense que le moment approprié pour que les gosses en Amérique apprennent la gravité du VIH est quand ils sont plus âgés, environ dix ou onze ans ou quand l'élève devient actif ou active sexuellement”

Quand même, plusieurs blogueurs, tel que celle-ci écrivant sur [14] Muppets and History, considèrent Kami comme un autre exemple de comment Sesame Street a repoussé les frontières. Certains déclarent leur amour [15] pour la Muppet et le message qu'elle apporte aux enfants. Et d'autres encore pensent qu'elle devrait être présentée sur les autres versions de Sesame Street. Sur son blog personnel, Steisha Pintado dit [16] :

“Elle démontre aux enfants qu'on peut sans problème serrer dans ses bras quelqu'un qui est séropositif, et elle explique quoi faire quand il a une coupure sur son doigt ou si vous avez un coupure sur le vôtre. Elle enseigne à sa jeune audience ce qu'est supporter la maladie et la perte… Même si on ne fait jamais mention des rapports sexuels en parlant de la maladie de Kami, certaines personnes ont dit qu'avoir un personnage séropositif serait inconvenant pour une jeune audience. Une législature a même soutenu que Sesame Workshop perdrait son financement public s'il diffusait une émission avec un tel personnage dans notre pays. Il est si choquant d'entendre ces mots. Les parents passent de moins en moins temps avec leurs enfants, et laissent la télévision les éduquer de plus en plus. Donc manifestement beaucoup de parents n'apprennent pas à leurs enfants à traiter des sujets délicats de conscience et de tolérance. Des parents ont déjà accepté que Sesame Workshop introduise la tolérance pour les handicapés et les malades, et aussi pour ceux qui sont d'une race ou d'une religion différente. En quoi ceci est-il différent ?”