Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malawi : Encore un inventeur de génie qui a dû abandonner l'école

Pendant que William Kamkwamba achevait la semaine passée sa tournée de haut niveau aux États-Unis pour la promotion de son livre auto-biographique récemment publié, écrit avec la participation de Bryan Mealer, une autre histoire ayant de frappants points communs avec celle du génie de Kamkwamba, couvait au Malawi. Mais cet fois-ci, l'histoire a été découverte à la suite d'une arrestation et d'une peine de prison, ternissant la réputation du système juridique et de l'autorité régulatrice des communications de Malawi, par ailleurs bien considérés[tous les liens sont en anglais].

Gabriel Kondesi, 21 ans, a été arrêté le 14 octobre par la police du Malawi pour posséder et faire fonctionner une station de radio dans le village de Soza, dans le district méridional de Mulanje, sans la licence de l'Autorité de régulation des Communications du Malawi (MACRA). Vendredi 16 octobre, le Magistrat de second degré de Mulanje Aristotle Lameck Mkwapatira a ordonné à Kondesi de payer une amende de MK 50,000 (239 €), ou de purger 10 mois en prison, d'après un article publié le 20 octobre par le journaliste Lucas Bottoman dans The Daily Times. Incapable de payer l'amende, Kondesi a été mis sous les verrous, et la nouvelle a mis les médias en ébullition.

Interview de Kondesi. Photo Jack Mcbrams

Interview de Kondesi. Photo Jack Mcbrams

L'histoire a laissé pantois les Malawiens, sur le net et hors du net, ils ont exprimé leur choc et leur colère sur les blogs, listservs, forums et chats, aussi que sur les autres média sociaux comme facebook. Lundi 19 octobre Kondesi a été libéré après que sa famille et d'autres défenseurs de sa cause ont levé les fonds nécessaires pour payer l'amende. La famille a dù vendre sa télé, un lecteur de DVD, des sacs de ciment, et a aussi emprunté de l'argent à d'autres villageois, d'après le Nyasatimes, The Nation, et The Sunday Times. Entre temps des détails de l'histoire ont commencé à sortir, et un groupe facebook a été créé par Daud Suleman, pour exprimer son soutien à Kondesi et pour faire sensibiliser à “ce que les jeunes Africains peuvent atteindre à travers l'application de technologies nécessaires”. Le groupe comptait déjà 380 membres le vendredi suivant (30 oct.).

Ce qu'on sait pour le moment, c'est que Kondesi a abandonné l'école quand il était dans la 7ème année (Ndt : l'équivalent de la 5e française), et que depuis, il opère sa station de radio Pachikweza, faite de gadgets rudimentaires incluant ” une vieux radio-cassette, un Nokia 1110, des condensateurs, deux antennes de radio, et des transistors” d'après Clifton Kawanga sur The Sunday Times. Kawanga écrit que Kondesi employait jusqu'à 10 jeunes, qu'il payait quand il avait de l'argent. Les auditeurs dans la communauté payent MK20 (aprox. $0.007) pour la lecture de messages, et MK50 (aprox. $o,003) pour des messages publicitaires. Kawanga ajoute que MACRA fait payer 100 € les licences de radios communautaires.

Les journaux du Malawi diffèrent sur les fréquences de diffusion de Pachikweza, l'un disant que c'était sur 98.5 FM et un autre journal disant que c'était 105.1. On pouvait capter la station de radio bien au-delà du village, au delà de la frontière nationale jusqu'à l'intérieur du Mozambique.

Il s'est aussi avéré que Kondesi s'était rendu dans les bureaux de MACRA en 2007, mais personne ne l'y avait aidé. The Nation le cite disant : ” Je suis allé à Blantyre il y a deux ans, et le gens de MACRA ont dit qu’ils allaient me contacter par l'intermédiaire du Commissaire de district de Mulanje, mais je n'ai rien eu jusqu'à présent”.

Immédiatement après la publication de l’histoire, le blogueur Clement Nthambazale Nyirenda a écrit dans son blog:

Ce mec est un génie, pourquoi le condamner à la prison alors qu'il ne savait pas que ce qu'il faisait était mal ? Une condamnation avec sursis aurait mieux valu.
Ceci étant dit, je voudrais demander son immédiate libération de la prison. Voilà le type de jeunes qu'on devrait appuyer pour nous assurer que leur esprit d'innovation est suffisamment encouragé pour le bien du pays et du reste du monde

Un autre blogueur à réagir a été Joe Mlenga, qui a appelé Kondesi un génie, écrivant dans son blog:

Je suis content de savoir que ses soutiens et sa famille ont réussi à payer l'amende de 50 mille kwacha imposée par la cour pour sa radio sans licence, Je fait appel à la communauté des radiophonique et à la fraternité des entreprises pour qu'ils aident ce jeune homme à réaliser son rêve d'opérer une station de radio. Qui sait quelle sera la prochaine innovation que nous apportera Gabriel si on lui donne les ressources nécessaires.

D'autres Malawiens ont exprimé leur soutien de diverses façons, dont Gosel Kazako, Directeur de Zodiak Broadcasting Station, qui a versé de l'argent pour rembourser la famille de la perte encourue en levant les fonds pour payer l'amende de Kondesi. M. Kazako a été cité par Nyasatimes disant : ” Comme diffuseur de radio, il faut appuyer nos confrères quand ils ont des problèmes. Je ne suis pas vraiment compétent pour dire si les tribunaux devraient accorder des peines avec sursis, mais en tant qu'homme de radio, je suis là pour apprécier que ce jeune homme est un génie”.

D'après le groupe facebook, “ en soutien à la station de radio Pachikweza”, de nouveaux soutiens d'autres Malawiens ont afflué, beaucoup de gens s'inspirant de la réussite de William Kamkwamba, qui lui aussi a dù abandonner l'école avant que son génie puisse se donner libre cours. Eddi Mombera a écrit sur la page du groupe que l'école secondaire privée Kaphuka, une des écoles secondaires d'élite privées du Malawi, “a offert à Kondesi une bourse pour toute son éducation secondaire”, promettant de le financer jusqu'à l'Université Polytechnique du Malawi, l'école d'ingénieurs la plus importante du Malawi. Un article de Lucas Bottoman dans The Daily Times du 30 octobre cite le père de Kondesi, Jonas Kondesi, et le Directeur des écoles privées Kaphuka, Mr. Jackson Kaphuka, confirmant l'octroi de la bourse.

Mombera a ajouté plus tard sur la page de facebook :

Il y a un petit groupe de gens, auquel j'appartiens qui s'occupent de PME dans le pays. On a eu une rencontre à Btown cette semaine et on était tellement bouleversés par l'arrestation de ce jeune qu'on a contribué avec plus de Mk 100,000 (env. $714) pour sa libération mais quand on ait su qu’il avait été libéré, on a décidé d'investir l'argent pour qu'il puisse retourner à l'école.

Mercredi 28 octobre, Caroline Kandiero a rapporté dans The Daily Times que MACRA avait entre-temps donné à Kondesi une licence gratuite et avait promis aussi de mettre à disposition de la station de radio jusqu'à MK 10 millions (env. $ 71500) en infrastructure et matériaux. L'article cite le directeur général de MACRA Mike Kuntiya disant, ” Nous ne pensons pas dépenser plus de K 10millions, mais nous devons aussi visiter le site et conduire des études pour voir de combien sont les besoins.” Et sur la page facebook de soutien à Kondesi, McDevis Kamande, un ancien enseignement d'école secondaire en mathématiques et géographie, et actuellement banquier de micro finance, a offert à Kondesi de l'aide par des leçons particulières pour le préparer aux examens de fin d'études secondaires du Malawi : “je donnerai 40 heures d'enseignement à temps partiel, en maths et géographie à Gabriel, pour qu'il puisse se présenter au MSCE au bout de trois ans.”

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site