Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Santé mondiale : La Journée mondiale des toilettes vous met au parfum !

Certains pourraient croire à une mauvaise blague, pourtant la Journée mondiale des toilettes [en anglais, comme tous les liens de ce billet] du 19 novembre n’en était pas une. Elle traite d’un problème loin d’être drôle : près de la moitié de la population mondiale n’a pas accès à des toilettes et au tout-à-l'égout.

Les gens peuvent être trop embarrassés pour en parler ouvertement, mais toilettes ou pas, chacun doit se soulager. La Journée mondiale des toilettes vise donc à souligner l’importance de l’hygiène publique et à sensibiliser les populations au fait que 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des toilettes et ne disposent pas d’équipements d’assainissement des eaux usées. Cette vidéo, de l’association à but non lucratif WaterAid, explique que posséder des toilettes est en fait un luxe.

Il peut paraître stupide de célébrer nos WC, mais ne pas en avoir entraîne non seulement de l'embarras, une atteinte à la dignité et des problèmes de sécurité, mais aussi des maladies, parfois fatales. En l'absence de toilettes, les personnes sont obligées de se soulager dans les rues, les arrières-cours ou les champs. Cette pratique contamine l’eau potable et les sources d'approvisionnement en eau, multipliant les risques sanitaires. L'absence de strutures de tout-à-l'égout est la première cause mondiale d’infection et fait 1,8 million de victimes chaque année, principalement parmi les enfants. Même les pays équipés d’un grand nombre de toilettes doivent faire face à des problèmes, allant du manque d’hygiène dans les toilettes publiques à des problèmes liés aux systèmes d’évacuation des eaux usées.

Sur le blog Let’s Look At It This Way [en anglais], Vanilla, qui écrit depuis Singapour, explique que les gens devraient se soucier des toilettes :

Je sais que pour la plupart, il s’agit d’un sujet dégoutant. C’est dommage qu'il soit tabou et difficile d’en parler ouvertement car de nombreuses personnes n’ont pas connaissance de l’ampleur du problème. J’ai pourtant du mal à comprendre comment ce thème peut paraître sans importance alors qu’en moyenne nous allons aux toilettes 2 500 fois par année ou entre 6 et 8 fois par jour. On estime qu’au long d’une vie, nous passons près de 3 ans aux toilettes.

Lancée par l’organisation The World Toilet, la Journée mondiale des toilettes a été marquée dans le monde entier à travers divers événements. Dans un souci de sensibilisation, WaterAid a annoncé cette semaine le lancement de sa nouvelle application pour iPhone : ToiletFinder UK (Trouveur de toilettes UK). Cette application gratuite permet aux Britanniques de localiser les toilettes publiques les plus proches en leur rappelant qu’ils sont chanceux de disposer de toilettes propres et sûres. Le plus grand événement organisé pour cette journée, appelé The Big Squat, a encouragé les citoyens du monde entier à s’arrêter et à s’accroupir pendant une minutes dans un endroit public, toujours dans un but de sensibilisation. Ces photos montrent des personnes s’accroupissant en groupes, comme ces jeunes enfants à Singapour :


Depuis l'émirat de Brunei, le blog the world according to panyaluru …[en anglais] exprime également sa reconnaissance pour l'existence des toilettes, en imaginant leur absence :

Imaginez : vous vous promenez dans une rue pleine de magasins de Kiulap ou de Gadong. Tout à coup, votre estomac se met à gargouiller, tel un volcan qui bout. Il gargouille et gargouille sans vous laisser de répit. Le feu est orange, prêt à passer au vert et pas de toilettes en vue. Pas un endroit prévu pour se soulager aux alentours, pas d'eau, pas de mouchoirs, rien. Ça peut devenir le pire jour de votre vie, votre pire cauchemar, pire même que ceux que font les enfants du film Les griffes de la nuit. En ce jour, exprimons notre reconnaissance d'avoir des toilettes.

Malgré le sérieux du sujet, beaucoup ont choisi l’humour pour célébrer la Journée mondiale des toilettes. Au Royaume-Uni, le blog London City Drains a publié un quizz de 10 questions sur le thème des toilettes et dans cette vidéo, Matt Cheplic, professeur de lycée, traite le sujet en chanson.

Certains blogueurs attirent l’attention sur le fait la solution ne réside pas dans les toilettes en elles-mêmes. Sandhya, du blog indien Maradhi Manni, explique [en anglais] que beaucoup d’hommes n’utilisent pas les toilettes dont ils disposent :

Dans une ville comme Chennai, où il fait chaud presque 10 mois par année, je vois des hommes qui urinent au bord de la route tout le temps. Si les femmes peuvent attendre d’être à la maison pour se soulager, je me demande pourquoi les hommes ne peuvent pas en faire autant. Pour commencer, les gens devraient recevoir de lourdes amendes pour ce délit (oui, c’est un délit). J’ai même vu des hommes se soulager contre le mur des toilettes publiques ! A Srirangam, j’en ai vu uriner contre l’enceinte du temple alors qu’il y a des toilettes dans toutes les rues voisines, des toilettes propres, mais payantes !

Si l’absence d’un bon système d’évacuation des eaux usées entraîne les mêmes problèmes pour tous, le tabou qui entoure le thème des toilettes touche parfois les femmes de manière disproportionnée. Dans certains pays, la pudeur pousse les femmes à se soulager dans les champs avant le lever du soleil ou à attendre que celui-ci se couche pour le faire, avec les risques que cela entraîne au niveau de la sécurité et de la santé. Joanne Sprague, du blog indien Overturning Bouldera, observe que les femmes participent rarement aux sorties ” toilettes matinales” à Chennai. Le blog An Adventure in Addis remarque que la situation est la même en Éthiopie:

J’ai tellement entendu parler du manque de toilettes pour les femmes ou du manque de toilettes en général. J’ai entendu dire que des adolescentes se levaient à 4h du matin pour aller se soulager de nuit afin de ne pas être victimes des moqueries des garçons à l’école ou ne pas devoir aller aux toilettes de l’école ensemble. Les hommes urinent n’importe où, une cigarette à la main et il y a une croyance que les femmes n’ont pas de besoins naturels. J’aimerais voir un grand panneau publicitaire en Amharique [langue principale en Ethiopie] avec la phrase « Les filles y vont aussi » accompagnant la photo d’une Barbie sur des toilettes.

Pour cette Journée mondiale des toilettes, le blogueur Jonathan Stray offre à ses lecteur un tour du monde des toilettes qu’il a visitées, de la Thaïlande au Royaume-Uni en passant par l’Afrique de l’ouest et Oman. Il conclut :

En Occident, nous avons des toilettes munies de chasses d’eau, du papier de toilette et des cabines de douche étincelantes, mais nous sommes une exception. Pour le reste du monde, une salle de bain est une pièce humide et puante. Avoir de bonnes toilettes est très souvent synonyme d’une bonne qualité de vie, alors profitez des vôtres. Joyeuse Journée mondiale des toilettes !

Photo « Tiled Toilet » de nedrichards sur Flickr, publiée sous licence Creative Commons.

1 commentaire

  • L’article repose intégralement sur le postulat qu’il faut l’eau courante et un tout-à-l’égout pour avoir des toilettes, mais c’est oublier les toilettes sèches⁽¹⁾⁽²⁾.

    L’absence d’eau courante est évidemment éminemment regrettable, mais c’est une grave erreur d’encourager son usage pour les toilettes au 21ème siècle, compte tenu des problèmes écologiques que cela pose.

    ⁽¹⁾ http://fr.wikipedia.org/wiki/Toilette_s%C3%A8che
    ⁽²⁾ Christophe Élain, Un petit coin pour soulager la planète, éd. Éditions Eauphilane, 2007.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site