Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine, Japon : Le militant des droits Feng Zhenghu bloqué à l'aéroport de Narita

Le militant des droits humains de Shanghai Feng Zhenhu vit et attend dans le hall de l'aéroport japonais de Narita depuis le 4 novembre, jour où pour la huitième fois il a été interdit d'entrée dans son propre pays par les services d'immigration de Shanghai.

Feng est un économiste et militant des droits humains. Après le massacre de Tiananmen en 1989, il a ouvertement critiqué la répression et a été pendant plus d'un an l'objet d'une enquête des services chinois. En 1991, il est allé étudier au Japon et en 1998 il est rentré en Chine pour se lancer dans les affaires, mais il a été arrêté par la police de Shanghai et condamné à 3 ans de prison pour publication illégale en 2000 d'un livre électronique sur les investissements japonais à Shanghai .

A ce jour, les autorités chinoises n'ont pas officiellement expliqué pourquoi elles n'autorisaient pas Feng à entrer dans le pays.

Feng a refusé d'entrer au Japon et  a déclaré à un journaliste du Financial Times [en anglais, sur inscription gratuite] que “l'enlèvement d'un Chinois pour être envoyé au Japon de cette manière est une humiliation pour moi et une humiliation pour la Chine.” Il a aussi décliné la suggestion d'un agent du comité des Nations Unies pour les réfugiés de “demander le statut de réfugié politique”. Il veut simplement rentrer chez lui.

Depuis le 7 novembre, il tient à jour sa situation par google documents, et il a commencé le 12 novembre à poster des mises à jour sur twitter [en chinois].

Voici la traduction d'un choix d'extraits :

7 novembre – Une déclaration de renonciation au visa de travail japonais

现在,这份2010年6月12日到期的日本工作签证已成为我回国的障碍物,也是中国上海当局利用非法手段禁止我入境回国的 障眼法。利用企业为了经济利益屈服权力的弱点,上海当局可以轻易地要求航空公司拒载或参与非法绑架,不惜一切非法手段将我强行滞留在日本…

A présent, mon visa japonais (expirant le 12 juin 2010) est devenu un obstacle à mon retour dans mon pays et un prétexte pour les autorités de Shanghai pour m'interdire l'entrée. L'autorité de Shanghai a frappé au portefeuille et a exigé de la compagnie aérienne qu'elle paye pour cet enlèvement illégal.

2009年11月2日我乘全日本航空公司NH0921航班已回国,虽然没有办理入境手续,但已在中国本土,晚上住在上海浦 东机场宾馆。第2天,即11月3日上午约9;45,十几个违法的上海警察又将我强行送至全日本航空公司NH0922航班的停靠处,企图又一次非法“遣送” 一个本国公民去外国。我强烈抗议,他们使用暴力手段将我绑架至飞机上,我竭力抵抗,死守飞机的登机口,与这些绑匪搏斗了近二个小时。最后,全日空航空公司 上海经理饭田屈服于绑匪的威胁,协助他们的暴力绑架行动,四个年轻力壮的便衣警察硬将我拖至机仓底部的座位,全日本航空公司的一位身材高大的上海职员也与 我搏斗,并将我压在座位上,这时我已经筋疲力尽,无力抵抗他们的违法犯罪行为。航班上乘客亲眼目睹他们的暴力绑架场面,飞机也由此延误一个多小时起飞。 我第一次被非法强制遣送回日本,被抛在远离东京的关西机场 …

Le 2/11/2009, j'étais rentré dans mon pays par le vol NH0921. Bien que n'ayant pas passé le contrôle de l'immigration, je m'étais enregistré à la réception de l'Hôtel à l'aéroport de Putung à Shanghai. Le lendemain (3/11) vers 9h45, une douzaine de policiers de Shanghai m'ont emmené de force à l'embarquement du vol NH0922 et ont tenté de “renvoyer” un concitoyen dans un pays étranger. Je proteste énergiquement contre leur rapt par la violence. J'ai résisté à l'entrée du vol et me suis battu contre les ravisseurs pendant deux heures. A la fin, le directeur d'ANA à Shanghai, sous la menace des ravisseurs, a été forcé de prêter main forte à l'enlèvement. Quatre jeunes policiers en civil m'ont traîné jusqu'à un siège au bout de l'avion, un agent d'ANA Shanghai les a aussi aidés à me pousser sur le fauteuil. J'étais si épuisé que je n'ai plus résisté à leur acte criminel. Les autres passagers étaient témoins de la scène et le vol a été retardé de plus d'une heure. C'est la première fois que j'ai ainsi été expulsé de force vers le Japon et abandonné à l'aéroport de Narita près de Tokyo.

2009年11月4日被绑架到日本,至今11月7日没有入境日本,三夜四天住在入境审查大厅,晚上躺在长椅上,白天忍受饥 饿的折磨。日本成田机场出境的大厅及通道上有很多商店及吃食店,还有饮料的自动贩卖机,但是入境大厅及通道什么也没有。我三天仅吃了三个饭团,当我正式向 成田机场出入国管理局的承办官员铃木先生提出,希望他从人道的角度请入管局的职员代我购买几个饭团,但遭到拒绝。而且,我妹妹送来的食品,他们也拒收了。 他们企图通过饥饿的变相虐待方式逼我入境日本,这是不言而明的。但我会坚持下去,因为我清楚,日本官僚并非人道,不仅冷漠,甚至有点残忍。或许,友爱的国 家仅是日本鸠山总理的理想而已。如果这些事发生在中国,中国人决不会这样对待外国人,中国人内斗很残忍,但对外国人总是很客气…

C'est le 4 novembre que j'ai été expédié à l'aéroport au Japon. Aujourd'hui 7 novembre, je ne suis pas entré sur le sol japonais. Depuis 4 jours et 3 nuits, je vis dans la salle de contrôle de l'immigration. La nuit je me couchais sur le banc. Je souffrais de la faim. Il y a des boutiques et des distributeurs dans le hall des arrivées, mais rien à l'intérieur du contrôle de l'immigration. Pendant ces 3 derniers jours, je n'ai mangé que trois petits pains au riz. J'ai demandé au fonctionnaire responsable du service d'immigration de respecter les principes humanitaires et de permettre aux agents de m'aider à acheter des petits pains au riz. Il a refusé. Ils ont même refusé de transmettre de la nourriture apportée par ma soeur. Il ne fait pas de doute qu'ils ont essayé de me torturer en m'affamant afin de me forcer à entrer au Japon. Cependant, je persistais. Les bureaucrates japonais sont inhumains, indifférents et cruels. Le soi-disant pays ami n'est qu'une vue de l'esprit du Premier ministre japonais. Si la même chose se produisait en Chine, jamais les Chinois ne traiteraient les étrangers de la sorte. Les Chinois sont très cruels avec leurs concitoyens dans la lutte interne, mais très amicaux envers les hôtes étrangers…

14 novembre – Bienvenue à Obama pour sa visite au Japon et en Chine

美国总统奥巴马昨天访问日本。我又自制了一件英文广告衫,前面的请愿文字:“Chinese citizen has been refused to return to China for eight times.”,背后的文字:“Chinese Human Right 中国人権,回国 帰国 Return to China”…

Hier, le Président américain Barack Obama est venu en visite au Japon, j'ai fabriqué un T-shirt de protestation en anglais. Sur le devant, on lisait : Un  Chinois se voit refuser huit fois de rentrer en Chine”, et sur le dos : Droit humain chinois, le retour en Chine…

 2009 年11月15日奥巴马总统访问中国,而且首站是上海。如果奥巴马总统知道一个中国国民八次被上海当局拒绝入境回国的事件,当他见到中国政府或上海领导人 时,应该会问:“您们热烈欢迎我一个外国人,为什么无情地拒绝自己的一个国民回国呢?容纳百川的上海大城市为什么容纳不下自己的一个小小的市民呢?”一个 国民不能回国,外国人无法理解,连普通的中国人都无法相信,强大的中国无法容纳自己的一个国民。

Obama sera en visite en Chine le 15 novembre 2009 et sa première étape est Shanghai. Si Obama savait qu'un citoyen chinois s'est vu refuser huit fois l'entrée dans son propre pays et ayant l'occasion de rencontrer le gouvernement chinois ou les autorités de Shanghai, il demanderait : Pourquoi accueillez-vous aussi chaleureusement un étranger alors que vous empêcher votre propre concitoyen de rentrer ? Une ville aussi grande que Shanghai ne pourrait pas permettre à un de ses citoyens d'y rester ?” Un étranger ne pourra pas comprendre pourquoi un citoyen ne peut pas rentrer dans son propre pays. Même les Chinois ordinaires ne pourraient pas croire qu'une Chine forte ne puisse accepter ses propres citoyens.

18 novembre  – Feng ZhengHu et son compte twitter

有 人说,我一个在进行一场为争取中国公民回国权的战争。但是,我觉得,我背后始终有强大的中国民众。当我处于饥饿的绝境时,中国国内、香港民众以及海外华人 纷纷向我空运食品;当我处于电脑无法上网的封闭困境中,一些不相识的国内网络专家主动提供技术支持,帮助我建立并编辑推特,我可以通过手机邮件中转的方 式,及时报道我的实况,让国内民众知道事件真相及我每天在日本国门外的流浪生活。

Certains disent que je me bats seul pour mon droit de citoyen à rentrer en Chine, mais je sais que beaucoup de Chinois sont derrière moi. Quand j'étais affamé et désespéré, de nombreux Chinois du continent, de Hong Kong et d'outre-mer m'ont envoyé de quoi manger. Lorsque ma connexion internet a été coupée, des professionnels d'Internet de Chine continentale m'ont donné une assistance technique et m'ont aidé à ouvrir un compte twitter. A présent je peux utiliser mon téléphone mobile pour mettre à jour ma situation et faire savoir aux gens de Chine continentale ce qui se passe ici.

18 novembre

我 的答复:“首先我感谢联合国难民机构对我的关心。但是,我不考虑申请难民。因为我有自己的国家,中国是我的祖国。我是中国人,是中国的知识分子,我应该对 中国负有责任。现在,我需要回国,这是中国人最基本的人权。中国当局不让中国国民回国的行为,不仅违反联合国宪章、国际人权条约,也违反中国宪法法律。中 国政府至今没有宣布不让我回国。我知道,在中国有许多许多的苦难,但我还是愿意留在中国。中国难民越来越少,中国就会变得越来越好。”

Ma réponse : “Avant tout je veux exprimer ma gratitude envers l'organisation des Nations Unies pour les réfugiés. Mais je n'ai pas l'intention de demander un statut de réfugié car j'ai mon pays. La Chine est ma mère-patrie. Je suis Chinois, et un intellectuel chinois. Je devrais être responsable de la Chine. A présent j'ai besoin de rentrer dans mon pays et c'est le droit humain de base. L'acte de l'autorité chinoise d'empêcher les citoyens de retourner dans leur propre pays viole non seulement la Charte des Nations Unies et la Convention Internationale des Droits de l'Homme, mais aussi la Constitution chinoise. Le gouvernement n'a encore fait aucune déclaration officielle sur mon exil. Je sais que noous avons beaucoup de souffrance en Chine, mais je veux tout de même y vivre. Moins il y aura de réfugiés chinois, meilleure sera la Chine.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site