Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Népal : Le processus de paix vacille

 

Manifestation nocturne des Maoistes. Photo izahorsky sur Flickr, utilisée sous licence Creative Commons

Manifestation nocturne des Maoïstes. Photo izahorsky sur Flickr, utilisée sous licence Creative Commons

Le fragile processus de paix népalais vacille sous les heurts qui se multiplient entre les Maoïstes et le gouvernement. Mécontents de la décision du Président Ram Baran Yadav de rétablir dans ses fonctions le commandant en chef de l'armée limogé Rookmangud Katwal (Katwal avait été limogé par le gouvernement alors dirigé par les Maoïstes), les anciens rebelles ont lancé des manifestations massives à travers le pays. Leur principale revendication est le “rétablissement de la souveraineté du peuple”, moyen pour eux de restreindre l'autorité du Président, qui n'a pas été élu. Ils viennent d'annoncer une troisième série d'actions de protestation, après l'échec des deux précédentes à produire le moindre résultat.

Le blog en népalais Mysansar esquisse le programme de manifestations que s'apprêtent à lancer les Maoïstes.

“राष्ट्रपतिको कदम सच्याउनु पर्ने माग गर्दै स‍ंसद र सडकमा आन्दोलन गरिरहेको माओवादीले आफ्नो अल्टिमेटम सकिएको भोलिपल्ट घोषणा गरेको कार्यक्रमले खुसी र चिन्ता दुवै ल्याएको छ। खुसी यस कारण कि माओवादीले सोमबार, म‌ंगलबार र बुधबार तीन दिन स‍ंसद खोल्न दिने भएको छ। बजेट पास गर्नका लागि उसले चार महिनादेखि ठप्प संसद खोल्न दिएको बताएको हो। तर उसले देश भने बन्द गर्ने कार्यक्रम पनि ल्याएको छ। त्यो पनि एक दिन हो र, तीन तीन दिन। तीन दिन बन्द हुँदा पनि माग पूरा भएन भने अनिश्चितकालका लागि बन्द गर्ने रे। तीन दिन बन्दका लागि पुस ५, ६, ७ गतेका लागि दिन तोकिएको छ।”

“Les Maoïstes qui manifestaient dans les rues et au parlement pour exiger du Président qu'il reconsidère sa décision ont annoncé des programmes qui ont apporté du soulagement et une certaine confusion. Soulagement, parce que les Maoïstes laisseront travailler le parlement lundi, mardi et mercredi. Ils laissent travailler le parlement pour que le débat budgétaire puisse être tenu. Mais ils ont aussi annoncé des grèves dans tout le pays. Cela de même pas pour un seul jour, mais pour trois jours entiers. Si leurs revendications ne sont pas satisfaites après les trois journées de manifestations, ils se mettront en grève illimitée. Ces trois journées commenceront le 5 Poush et se termineront le 7 (du 20 au 22 décembre)”

L'ONU a exprimé des inquiétudes, écrit le blogueur Mohan Nepali sur GroundReport, sur la façon dont le gouvernement et les Maoïstes semblent ignorer les promesses qu'ils se sont faites lors de la signature de l'accord de paix de 2006 [en anglais, comme les liens suivants].

“Le Bureau des Nations Unies du Haut Commissaire aux Droits de l'Homme (OHCHR) a vigoureusement exhorté aujourd'hui les forces politiques népalaises, y compris celles qui sont au gouvernement, à s'assurer que les droits humains de tous soient sauvegardés. Il a appelé tant le gouvernement népalais que les contestataires maoïstes à ne recourir à aucune violence car cela pourrait mettre en danger le processus de paix lui-même qui est en cours depuis 2006.

L'OHCHR a exprimé son inquiétude devant la probabilité de violences au nom des manifestations des Maoïstes et des mesures gouvernementales qui s'ensuivraient.”

Le Premier Ministre Madhav Kumar Nepal est sous fortes pressions pour résoudre le conflit avec les Maoïstes mais il paraît incapable jusqu'à présent d'apaiser les anciens guérilleros. Maila Baje du blog Nepali Netbook indique que la tentative la plus récente de M. Nepal de mettre fin à la confrontation avec les Maoïstes n'a eu aucun effet :

“Le Premier Ministre Madhav Kumar Nepal a mis en garde l'autre jour que l'assemblée constituante pouvait être dissoute. Mais le parlement que cette assemblée doublonne ne le serait pas, s'est-il empressé de clarifier. Si on s'attendait à ce que le premier conciliateur tente une voie médiane pour sortir de notre impasse toujours plus profonde, il n'a pas déçu. Surtout du fait qu'il a refilé la responsabilité au Président Ram Baran Yadav.”

Krishna Hari Pushkar, qui travaille au ministère népalais de l'Intérieur, impute en partie la responsabilité du processus de paix chancelant aux “acteurs étrangers” :

“On voit que tous les acteurs, intérieurs et extérieurs, de la paix jouent visiblement contre l'éthique du processus de paix et rebondissent au-delà de la limite de l'accord de paix général. Alors, comment le processus de paix au Népal peut-il dans ces conditions avancer normalement vers sa fin attendue ? Hélas, c'est désespérant d'écrire que pas le moindre acteur direct ni indirect ne s'est révélé sincère et dévoué dans la pratique au succès du processus de paix en cours au Népal. Si la situation se prolonge, il ne faudra pas s'étonner que les bataillons maoïstes décident de retourner dans la jungle ou que le gouvernement impose des opérations spéciales contre les combattants ethno-politiques. C'est malheureux que des politiciens investis déclarent que le retour à l'insurrection ou à l'état de guerre peut servir à la recherche de la paix, pourtant cela s'est prouvé une bévue d'inciter à “rompre la paix pour arriver à la paix”.

Jusqu'à présent, les manifestations ont été pacifiques, voire colorées et musicales. Voici une courte vidéo d'un de ces défilés de protestation.

Maintenant que les Maoïstes ont décidé de lancer une nouvelle série de manifestations et menacent d'entrer en grève illimitée si leurs revendications ne sont pas satisfaites, le drame n'est pas près de se dénouer.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site