Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chili : Une statue géante du pape Jean-Paul II retoquée à Santiago

Le projet d'érection d'une statue géante de feu le Pape Jean-Paul II, qui devait être installée sur une place de la capitale Santiago, a été refusé par le Conseil National des Monuments du Chili. Le Conseil a argué que les dimensions d'“El Papa Bicentenario” (le pape bicentenaire) viole et rompt l'harmonie historique du paysage urbain de cette place. Le Pape de bronze ferait dans les 13 mètres 50 de haut, et des Chiliens l'ont surnommé le “Papasaurio” (Paposaure).

A part la hauteur hyperbolique de la statue et son coût astronomique de 200 millions de pesos chiliens (environ 270.000 €), l'aspect le plus polémique est l'endroit choisi. Proposée par l'université privée San Sebastián (USS selon l'acronyme espagnol), la statue devait être érigée au centre de Santiago, face à la faculté de droit de l'Université du Chili. Il se trouve des blogueurs chiliens tels Cristian Cabalin pour commenter que l'université pourrait dépenser son argent pour de meilleures causes [en espagnol]:

Si esta Universidad estaba tan preocupada por devolver el favor a la municipalidad de Recoleta podría destinar 200 millones de pesos o más para que mejoren las escuelas o para que se entreguen becas a los estudiantes de menores ingresos de la comuna. Ahí sí que existiría un efecto favorable para los vecinos, a quienes el municipio dice defender.

Si cette Université était si préoccupée de compenser le service rendu par la municipalité de Recoleta (où se trouve le nouveau site de l'université), ils auraient pu consacrer 200 millions de pesos ou plus à améliorer les écoles ou à distribuer des bourses aux étudiants défavorisés de la commune. Il y aurait eu ainsi un effet positif pour les voisins que la municipalité dit défendre.

Le Conseil a ensuite déploré que la proximité de la statue au-dessus d'un parking souterrain manquait de dignité, et a critiqué l'absence de consultation publique pour le projet. Une autre question qui a alimenté la critique était le fait que le sculpteur, Daniel Cordero, soit le frère du directeur de l'USS. M. Cordero a déjà terminé le modèle en argile, qui est stocké à présent dans un entrepôt au centre de Santiago.

Pour The Clinic [en epagnol], l'opposition s'explique par “l'absence de concours public (qui) était l'une des principales critiques faite à la statue géante, réaliste et conventionnelle.” De plus, l'USS a négligé de solliciter une autorisation préalable du Conseil des Monuments, comme c'est l'usage pour de tels projets.

La discussion sur la blogosphère n'a pas tardé à retrouver les questions plus basiques concernant la relation entre laïcité et religiosité dans le système éducatif chilien et le pays en général. Sont aussi discutés les qualités et les défauts de Jean-Paul II, qui était un inébranlable opposant à l'avortement, une des questions brûlantes lors des prochaines élections.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site