Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Venezuela : Réflexions au sujet d’un possible conflit avec la Colombie.

Ce texte a été traduit par Thomas Prévot, élève de classe préparatoire du lycée Ozenne de Toulouse, sous la direction de son professeur d'anglais Audrey Lambert.

La blogosphère vénézuélienne s’est également exprimée au sujet des nouveaux désaccords qui émergent entre les gouvernements vénézuélien et colombien [en anglais]. Comme c’est souvent le cas dans le climat politique du pays, les avis sont divisés sur le conflit actuel. D’une part, ce clash est vu comme un nouveau moyen de détourner l’attention des problèmes que rencontre le pays alors que d’autres le voient comme une manœuvre destinée à préserver la souveraineté face à la présence militaire américaine en Colombie.

[Photo du drapeau vénézuélien en fumée de Mango Verde con Sal, publiée sous licence  Creative Commons]

Les opinions publiques internationale et vénézuélienne se demandent encore si les intentions de guerre du président vénézuélien Hugo Chavez sont sérieuses, alors qu’elles explorent la réelle possibilité que le Venezuela entre dans un conflit armé auquel la nation ne semble pas préparée. En attendant, les incidents violents le long de la frontière suscitent des tensions et obscurcissent la situation, rendant une réconciliation à court terme entre les deux pays difficile. Toutefois, l’opinion la plus répandue dans la blogosphère montre clairement qu’une guerre dans cette région serait un conflit entre des populations dont les arrière-plans historiques sont très proches et l’attachement culturel très profond.

Daniel, sur son blog Venezuela News and Views cite un ex-président vénézuélien très controversé [en anglais] et donne son point de vue :

« … Traduire ce communiqué et le publier montre que je suis quelqu’un qui n’ira pas en guerre contre la Colombie. Si la Colombie nous attaquait, ce serait différent mais il me faudrait des preuves puisque, par politesse pour les FARC et même l’Armée de libération nationale, Chavez pourrait inventer un prétexte pour donner l’impression d’une attaque colombienne.
En d’autres mots, à moins de démontrer qu’en effet les USA et la Colombie préparent une invasion du Venezuela, dont la probabilité est selon moi autour de 0,01%, je refuse ouvertement cette thèse et par conséquent je suis un traître pour les pro-Chavez. Sans compter que je suis un pacifiste, un objecteur de conscience, et je ne peux justifier aucune guerre à moins qu’une agression ouverte ne soit clairement prouvée. Et même dans ce cas là, je ne pourrais pas tenir une arme et tirer, et je ne serais d’aucune utilité mis à part dans un hôpital ou un service semblable (…) »

Gandica du blog Enigma press donne une idée originale :

Ahora bien esta es mi posición: Si estalla la guerra entre Venezuela-Colombia invito a la comunidad virtual de blogs de Venezuela a salir con la bandera colombiana. Y a toda la tribu electrónica colombiana a salir con la bandera de Venezuela. Y combatiremos -en esta guerra entre Venezuela y Colombia- a punta de balas de aguardiente y balas de ron en una zona temporal autónoma bajo los explosivos tonos del vallenato y nuestros joropos llaneros. Y después del combate, ebrios de felicidad, nos abrazaremos y reiremos como nunca antes. Que los políticos de Venezuela y Colombia y sus poderosos intereses y los perros de la guerra-Venezuela-Colombia se despedacen entre ellos.

« Voici ma position : si une guerre éclate entre le Venezuela et la Colombie, j’invite la communauté des internautes vénézuéliens à descendre dans les rues avec le drapeau colombien… et toute la communauté internaute colombienne à descendre dans les rues avec le drapeau vénézuélien. Nous combattrons – dans cette guerre entre le Venezuela et la Colombie – avec des balles imbibées d’eau-de-vie et de rhum dans une zone temporairement autonome soumise au bruit explosif du vallenato et des joropos llaneros (styles musicaux). Et après la bataille, ivres de bonheur, nous nous étreindrons et rirons comme jamais auparavant. Laissez les hommes politiques vénézuélien et colombien et leurs puissants intérêts et les chiens de la guerre Venezuela-Colombie se déchirer entre eux. »

Facebook a également été un outil pour exprimer le rejet de ce conflit grandissant. Le groupe “Paz entre Colombia y Venezuela [en espagnol] (Paix entre Colombie et Venezuela) » recherche des personnes en ligne pour se réunir et discuter.
Voici leur objectif principal :

« Ce groupe n’a pas pour but de déterminer si Chavez est bon ou mauvais, ou si Uribe fait ce qu’il faut ou non, mais,  indépendamment des idées politiques des membres de ce groupe, nous nous unissons pour REJETER FERMEMENT UNE POSSIBLE GUERRE ENTRE DES PEUPLES FRERES ! ».

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site