Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ghana: Le Président Atta Mills contre son propre parti ?

Pendant les mois qui ont précédé l'élection de l'actuel Président John Evans Atta Mills [en français],  de nombreux Ghanéens, y compris ceux qui vivent à l'étranger, craignaient  qu'une victoire du New Democratic Congress (NDC) [Nouveau Congrès démocratique national] aboutisse à un nouveau règne du fondateur du parti, le militaire et ancien Président Jerry John Rawlings [en anglais]. La transition s'est faite en douceur et les relations entre les présidents Rawlings et Mills semblaient cordiales.

JJ Rawlings [en anglais, comme tous les liens suivants], un blog officieux créé pour faire connaitre les activités et les pensées de l'ancien Président a publié un article positif le 18 mai 2009 sur le voyage du Président Rawlings en Afrique du sud pour le compte du Président Mills. On pouvait lire :

Le Président Mills a remercié le Président Rawlings d'avoir représenté le Ghana à l'investiture et l'a assuré qu'un suivi serait mis en place pour profiter des opportunités de développement de relations mutuellement avantageuses entre le Ghana et l'Afrique du sud.

Mais, récemment, des tensions sont apparues entre le Président Mills et d'autres membres du parti NDC, y compris le Président Rawlings.

Ato Kwamena Dadzie a écrit récemment un billet sur son blog, A President Under Siege“ (Un Président assiégé) :

Le Président Mills est assiégé. Il est devenu une cible si facile qu'un nombre croissant de personnes le défient. Ce qui est plus curieux, c'est que les plus graves attaques proviennent de son propre parti. L'opposition peut aller en vacance.

La semaine dernière, c'était le leader de la majorité, M. Alban Bagbin. Il a dit que le président, qui aime se comporter comme un humble mouton, s'est entouré d'aides et de confidents qui agissent comme des renards, des hyènes et des lions. Ces personnes, selon M. Bagbin, ont tendance à intimider ou harceler quiconque essaie de donner des conseils utiles au président.

Quelques jours avant les critiques de M. Bagbin, l'homme qui a transformé Atta Mills de simple fonctionnaire des impôts en homme politique, M. Jerry John Rawlings, et un groupe de présidents de circonscriptions du parti au pouvoir, exprimaient leur indignation sur la manière dont le président se comportait dans l'exercice de ses fonctions.

M. Rawlings pense que son protégé a employé des “bâtards” incompétents qui ont profité de leur proximité du pouvoir pour satisfaire leurs intérêts égoïstes.

Un article publié plus tôt cette année sur Vibe Ghana rapportait :

M. Kwesi Pratt, un analyste et directeur général de The Insight, a été giflé par l'ancien Président Jerry John Rawlings pour avoir créé des difficultés dans le déroulement normal de l'administration du Président John Evans Atta Mills.

Selon lui, les critiques de M. Jerry Rawlings sur le style politique du président actuel ne sont pas seulement embarrassantes, mais aussi une offense à l'intelligence du professeur de droit.

Un commentaire en réponse à ce billet, publié par un dénommé Prince, dit :

Je pense que l'ex-Président Rawlings ferait beaucoup de bien à lui-même et au parti NDC s'il se comportait de manière plus responsable – après tout il ne s'agit que d'une période probatoire de 4 ans -. Toute tentative pour donner l'impression que le Président Atta Mills est un laquais comporterait un jugement négatif sur le parti NDC tout entier, et sur M. Rawlings en particulier.

Ghana Pundit a publié récemment un article concernant la réponse du Président Rawlings au débat actuel:

Ce serait déplacé pour le NPP, qui a été rejeté par les Ghanéens, de nous dire ce que nous devrions faire. Si tous les membres du NDC, voire tous les députés exprimaient clairement leurs sentiments, le NPP, qui a été rejeté, n'aurait rien à dire.

Le même billet incluait un commentaire de M. Kofi Adams, le porte-parole de l'ancien président :

M. Kofi Adams a dit que M. Rawlings estimait nécessaire que les membres du parti obtiennent des postes dans le gouvernement et que ces membres  du gouvernement doivent répondre de leurs actions et non de celles de leurs adversaires du New Patriotic Party (NPP).

Kofi Adams poursuit :

C'est dans l'intérêt du parti. Ce serait mauvais pour le NPP de nous dire ce que nous devons faire après qu'il ait perdu les élections et si tous les législateurs du parti et d'autres ont réalisé qu'il fallait faire savoir au Président Mills ce que les membres du parti et les Ghanéens pensent, c'est bon pour tout le monde.

C'est pour cela que si vous permettez au NPP de continuer à nous dicter ce que nous devrions faire, ce serait comme un diplômé universitaire qui se laisserait corriger par des élèves du primaire.

Ato Kwamena Dadzie a reçu plus de 70 réactions à son billet A President Under Siege?”. Essuman de Cape Coast, un des intervenants, écrit :

Nos journalistes ont failli. Quand le NPP a ouvert une agence pour l'emploi dans son bureau régional du Grand Accra, et l'a utilisé pour trouver du travail pour ses serviteurs, personne n'a posé de questions (à clarifier avec Kojo Asante-CDD). Contrôlez les noms des mauvais payeurs qui ont eu des facilités de crédit auprès de MASLOC et LEAP [Instituts de microfinance], et vous serez surpris de voir qu'ils sont tous détenteurs de cartes du parti NPP. Ce serait suicidaire pour le Président Mills d'ignorer ceux qui se sont battus durement pour qu'il devienne président. La manière dont M. Mills saura gérer les aspirations de ses propres partisans et des Ghanéens en général sera la solution de ces problèmes. Cependant, laissez-moi vous dire que certains gourous du NDC se comportent comme des enfants. Des mots comme médiocres, équipe B, et cupides bâtards, viennent de nous. Je suis bien payé, mais je ne suis pas prêt à laisser mon patron m'insulter chaque jour. Est-ce qu'il y a quelqu'un pour croire que, sous JJ, tous les militants étaient corrects ? Certainement pas, mais personne ne les a montés contre lui. Je peux convenir que M. Mills a été lent dans une chose uniquement, qui a été de ne pas arrêter les meurtriers de Molbila au début de janvier 2009 pour que pas un seul d'entre eux ne prenne la fuite. Le Président Mills va réussir et ce cycle de violence contre les partis qui ont perdu les élections va cesser.

Ato Kwamena lui a répondu :

Ce pays n'appartient à aucun groupe de soldats – qu'ils soient des fantassins ou pas ! Après tout les militants du NPP (qui ne savait pas que MASLOC et LEAP étaient faits pour ses partisans ?) se sont plaints que le Président Kuofuor n'en avait pas assez fait pour eux. Que veulent-ils ? Une concession de mine d'or ou des gisements de pétrole ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site