Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Le tribut des ouvriers au développement

Une deuxième vague de cas de pneumoconiose a été rapportée parmi des ouvriers du forage et des travaux à l'explosif dans la ville méridionale de Shenzhen.

Un article du Beijing Youth Daily annonce 119 cas soupçonnés de pneumoconiose chez des travailleurs migrants originaires de Leiyang, dans la province du Hunan, qui s'étaient engagés pour du travail de forage et de minage à Shenzhen, dans le Guangdong. C'est la deuxième fois que cela se produit cette année à Shenzhen parmi les travailleurs migrants de Leiyang. En mai, 100 ouvriers de cette activité étaient suspectés de souffrir de cette maladie [tous les liens de ce billet sont en chinois].

La pneumoconiose est une maladie incurable contractée par l'inhalation de micro-particules de fer, de charbon, d'amiante ou de poussière de carbone. C'est une maladie professionnelle des poumons, de par la fréquence des cas constatés chez les travailleurs du bâtiments et des mines.

Beijing Youth Daily rapporte que 26  des 119 ouvriers ont été reconnus par leur employeur comme ayant une “relation de travail” avec la firme et ont subi des examens médicaux. Sur les 26, quatre se sont vus confirmer être atteints de pneumoconiose ; quatre ont été diagnostiqués comme étant au stade initial de la maladie.

Quant aux 93 salariés restants, dont on pense qu'ils sont atteints par cette maladie, une information sur le Réseau de Diffusion Chinois conclut que de nombreux ouvriers ne bénéficient d'aucun suivi médical parce qu'on leur refuse des contrats en bonne et due forme avec leurs employeurs.

深圳一部分农民工,从上世纪90年代开始便在深圳的各大建筑工地从事孔洞爆破工作,至今已有10多年。由于常期吸入大量粉尘,多人经普通医院检查被疑患有尘肺病,但职业病医院却拒绝给他们做进一步检查和治疗。原因是,这些工人没有劳动合同,用人单位也不给他们出具职业病检查委托书。

Un certain nombre d'ouvriers migrants à Shenzhen ont effectué des travaux à l'explosif sur des chantiers de construction à travers la ville depuis le début des années 1990. Suite à une inhalation sur une longue période de particules de poussière, on pense, après leur avoir fait passer des examens médicaux de routine, que de nombreuses personnes souffrent de pneumoconiose, pourtant on leur a refusé des examens complémentaires et un traitement. La raison en est que certains ouvriers n'ont pas de contrats de travail et que les employeurs ne leur accorderont pas de certificat pour des examens de maladies professionnelles.

Un reportage sur Sina.com décrit ces travailleurs migrants et l'essor de leur activité et de la pathologie consécutive à Shenzhen.

维权代表钟家泉、向杰等人说,他们从上世纪90年代就在深圳打钻搞爆破,这种工作收入较其他工种高、技术要求低,所以他们通过老乡介绍结伴而来。由于当时防护措施不到位,很多人患上尘肺病而没有觉察,近几年陆续发病,已经有3人死亡。

Zhong Jiaquan et Xiang Jie—représentants pour l'application des droits prévus par la loi—ont indiqué qu'ils se sont engagés dans les travaux de forage et de minage à Shenzhen depuis les années 1990, car c'était mieux payé et moins exigeant en technicité. Ils sont arrivés par groupes [à Shenzhen] grâce à des relations dans leur ville d'origine. A cause de mesures de protection insuffisantes, ils ont été nombreux à contracter sans le savoir une pneumoconiose et tombaient sans cesse malades. Trois sont déjà morts.

Un article sur 21CN.com donne une description directe des conditions de travail des ouvriers du forage et du minage à Shenzhen.

炮工们说,这份工作诱惑力太大,一天能赚一两百块钱,但工作环境却十分恶劣:“这基本上都是拿命换的钱。到了8米、9米、10米以下的深孔,能见度很低,没有排风系统,灰完全排不上来。我们一般要工作将近10个小时左右,等孔中的炮眼全部打好以后,下面的石粉至少有十厘米厚。”在井下十多米的深度干活,人上来以后,感觉鼻孔、耳朵里面都被灰硬硬地塞住了,咳嗽咳出来的痰都带着灰、泥土。

Les ouvriers aux explosifs disent que le travail, payé 100-200 RMB par jour, est trop attrayant. Mais les conditions de travail sont effroyables : ‘Cela revient en fait à vendre votre vie pour de l'argent. A huit ou dix mètres sous terre, la visibilité est très faible, il n'y a aucune ventilation, il n'y a aucun moyen d'éviter la poussière. Nous travaillons habituellement une dizaine d'heures, jusqu'à ce que toutes les explosions soient terminées et qu'une couche de poussière de roches d'au moins dix centimètres d'épaisseur se soit déposée en-dessous de nous.’  Après avoir travaillé dix mètres sous terre, ils remontent avec l'impression que leur nez et leurs oreilles ont été bourrés de poussière compacte. Ils toussent et leurs crachats sont mêlés de poussière et de terre.

La loi chinoise sur le contrat de travail de 2007 impose aux employeurs de signer des contrats avec les salariés dans le mois qui suit l'embauche ou, à défaut, de payer le double du salaire mensuel. L'article ne dit pas si les ouvriers à qui ont été refusés les “examens de maladie professionnelle” ont été payés double salaire.

Un article du Worker’s Daily analyse la situation actuelle de tels travailleurs migrants à Shenzhen.

如今,用人单位处于强势地位,相当多的劳动者无法冒着失掉工作的风险,要求用人单位与自己签订劳动合同,而用人单位拒签劳动合同则是为了逃避法律责任。从深圳的这起事件中我们可以看到,尽管有了劳动法、劳动合同法,但在一些无良用人单位的面前,由于法律没有得到严格执行,劳动者是多么的无奈。

De nos jours, les employeurs sont en position de force. Un relativement grand nombre d'ouvriers n'ont aucun moyen d'échapper au danger sur leur lieu de travail ni d'imposer à leurs employeurs la signature de contrats. Les employeurs refusent de signer des contrats afin de restreindre leur responsabilité juridique. Nous pouvons déduire de cette affaire à Shenzhen que malgré l'existence de lois sur le travail et de lois sur le contrat de travail, du fait que ces lois ne sont pas rigoureusement appliquées, le travailleur est complètement impuissant face à l'employeur indélicat.

Dans un article paru dans Southern Weekend, Liang Wendao examine le contexte entourant la pneumoconiose chez les travailleurs migrants paupérisés. Il écrit que le poids de la maladie dépasse les affections physiques et impose un lourd tribut psychologique à ses victimes.

这么痛苦的过程如果用财务的角度来理解的话,就是“欠债”二字。得了肺尘病的工人最担心的通常不是自己还能活多久,而是死后家人的负担有多重。有些人考虑过自我了结,可是一想到已经累下的欠债,念及寡女自此之后工作只为还债,幼儿交不出学费上学,他就不能安心寻死了。怎么办?他们一次又一次地上访,希望政府出面协助。假如政府爱莫能助,他们就只好回到那个死不成但也活不了的困境了。

Pour faire comprendre un processus aussi douloureux d'un point de vue financier, un seul mot suffit : endettement. Ce qui inquiète le plus les ouvriers qui ont contracté la pneumoconiose, ce n'est pas toujours le temps qui leur reste à vivre, mais plutôt le fardeau qui va peser sur leur famille après leur mort. Certains envisagent de se suicider, mais dès qu'ils pensent à leur dette [médicale] accumulée, au remboursement de la dette par leur veuve, à l'incapacité de leurs enfants à payer leur scolarité, ils ne peuvent attenter à leur vie sans inquiétude. Que peuvent-ils faire ? Ils lancent un appel après l'autre dans l'espoir que l'administration vienne à leur secours. Supposant que l'administration a les mains liées, ils n'ont d'autre choix que de retourner à une situation dans laquelle ils ne peuvent ni vivre ni mourir.

Liang trouve que l'expression “prix mortel” est lancée trop à la légère par ceux qui n'ont nulle intention de le payer. Il demande qui est celui qui détermine le “prix du développement” et pourquoi ce sont les travailleurs migrants qui paient ce prix alors qu'en fait ils  récoltent si peu des fruits du développement.

曾有一位政府工作人员对着聚集上访的工人说:“这是历史的欠账,是发展的必然代价。”这是所有报道里头最刺痛我的一句话,虽然我对这种说法十分熟悉。这么多年以来,我们一而再、再而三地听到有人把枯竭的水源、污染了的土地,乃至于贫富差距的恶化形容为“发展的代价”;但我还是第一回听见官员将一群待死之人也说成是“发展的代价”。

Un fonctionnaire a déclaré un jour à une assemblée d'ouvriers : ‘Ceci est une dette de l'histoire. Ceci est le prix inévitable du développement.’ Bien que ce genre de formulation me soit extrêmement familier, cette information m'a plus piqué au vif que toute autre. Depuis tant d'années on nous parle de l'assèchement de nos ressources en eau, de la pollution de notre terre, même de l'élargissement du fossé entre riches et pauvres, que l'on utilise pour définir le ‘prix du développement.’ Mais là, c'était la première fois que j'entendais un responsable appeler un auditoire—attendant la mort—le prix du développement.

Si Shenzhen a été un point chaud mondial de la construction dans les trente dernières années, les travaux de forage et de minage sont monnaie courante dans les villes moyennes et grandes à travers toute la Chine. Les entreprises du bâtiment ne peuvent qu'espérer que des cas analogues de pneumoconiose ne vont pas se multiplier à travers tout le pays à mesure que la Chine avance dans une décennie de développement rapide.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site