Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda : Dernières nouvelles de l'imminente loi contre l'homosexualité

L'imminente loi contre l'homosexualité en Ouganda, qui devrait criminaliser  l'homosexualité et [à l'origine] enfermer les homosexuels dans des prisons ou les condamner à mort, a soulevé des inquiétudes dans le monde entier. Les chances que la loi soit adoptée sont très élevées.

Quelques amendements ont été introduits par les législateurs et des partisans de la loi, comme le retrait de la peine de mort et de la prison à vie, et elle devrait être adoptée et faire partie du droit ougandais d'ici février 2010 (voir ci-dessous). Le texte qui contient des termes comme “homosexualité aggravée” et “promotion de l'homosexualité” et des provisions sur la tentative de “commettre, aider et assujettir, conspirer pour commettre, utiliser des menaces, séquestrer avec l'intention de commettre”[des actes homosexuels], feront partie du code pénal ougandais.

Après quelques révisions, le seul changement dans le texte de loi initial sera de “fournir des conseils aux gays”, selon le site Bloomberg.com [en anglais, comme tous les liens] :

Dec. 9 (Bloomberg) — L'Ouganda va retirer la condamnation à mort et à perpétuité pour les gays dans une version révisée du texte de loi prêt à être présentée au Parlement dans deux semaines selon M. James Nsaba Buturo, ministre de l'éthique et de l'intégrité.

Le texte de loi, qui est examiné par une commission parlementaire, va retirer ces deux condamnations pour avoir le soutien des leaders religieux qui s'y sont opposés, a dit M. Buturo aujourd'hui lors d'une interview au téléphone depuis la capitale, Kampala.

Le juriste ougandais David Bahati avait présenté un projet de loi d'initiative privée le 14 octobre qui visait à condamner les gays à la peine de mort ou à la perpétuité. Le gouvernement ougandais soutient le projet de loi  parce que “l'homosexualité masculine et le lesbianisme sont répugnantes pour la culture ougandaise,” a dit M. Buturo. Toutefois, le texte de loi prévoit des condamnations à des peines mieux ciblées”, a-t-il ajouté.

Outre des peines pénales pour les gays, le texte de loi prévoit aussi d'offrir des conseils pour “aider les personnes qui sont en train de se perdre à retrouver une orientation sexuelle acceptable”, a dit M. Buturo.

Il y a à peine un mois, le Président ougandais, Yoweri Museveni, a fait une déclaration contre les homosexuels et conseillé aux jeunes de ne pas se laisser entrainer par les Européens :

Le Président Musevenia rejoint la croisade anti-gay, en déclarant qu'il avait eu des informations selon lesquelles des “homosexuels européens” auraient lancé une campagne de recrutement en Afrique.

Il recommandait à la jeunesse de refuser ces avances. En exprimant son homophobie, Monsieur Musevenia a demandé aux jeunes de rejeter les orientations sexuelles divergentes.

“J'ai entendu que des homosexuels européens recrutaient en Afrique” a dit M. Museveni, samedi (13 décembre), s'adressant à une foule composée principalement de jeunes a l'hôtel Kampala Serena, en soutenant que l'homosexualité n'était pas naturelle.

“Traditionnellement, nous avions très peu d'homosexuels. Ils n'étaient pas persécutés, mais ils n'étaient pas non plus encouragés parce que c'était clair que ça ne correspondait pas à comment Dieu a fait les choses”.

Dans un billet intitulé “Spreading Homophobia” (Répandre l'homophobie) Sokari Ekine écrit:

Hier, c'était la Journée des droits humains et c'est le jour choisi pour organiser la manifestation contre la loi ougandaise conte l'homosexualité. Malheureusement, au vu des risques pour les LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) la participation a été très décevante. Cependant, le projet de loi fait l'objet de débats dans les médias traditionnels et au sein de la blogosphère, même si ce n'est pas toujours de manière positive. Cet article sur le site Gawker, “Ask an Expert” (Demandez à un expert) par un certain Andrew Rice qui vécu en Ouganda pendant quelques années. Il prétend être un expert et se surestime, de toute évidence.  Il semble croire que la condamnation à mort sera abandonnée et, comme plusieurs lois ougandaises, qu'elle “sera rarement appliquée et par hasard”. Il donne comme exemples de [lois non appliquées] fumer dans des lieux publics, la conduite imprudente, le vol de biens publics et la prostitution. A l'exception  des travailleuses du sexe, il n’ y a ni stigmates  ni zèle religieux derrière aucune de ces lois.

Selon Gay Uganda blog (le blog des gays ougandais), ce week-end, le ministre ougandais et activiste contre le SIDA Martin Ssempa [en anglais]  – qui a des relations étroites avec le pasteur baptiste américain Rick Warren (qui a finalement pris position contre cette loi) -voyageait à travers l'Ouganda pour conseiller aux habitants de soutenir le texte de loi pleinement. Cet évangeliste américain  qui a été décrit comme “un charismatique qui peut capturer l'attention de ses audiences”, a organisé des séminaires en Ouganda pour assurer aux participants que les homosexuels voulaient conquérir le pays et que toute personne qui ne soutenait pas la loi contre les gays devait être elle-même homosexuelle.

Il semble avoir menacé les dirigeants qui pensaient s'opposer à cette proposition de loi. Il a demandé aux internautes de faire campagne pour la soutenir dans les réseaux sociaux en ligne:

Selon la dernière information que j'ai reçue hier, Sempa a dit à l'église que le texte de loi sera approuvé en février 2010 et qu'elle a été amendée.

Il a demandé à l'assistance combien de personnes avaient des ordinateurs portables. Il y  en avait 13. Il a demandé combien de personnes avaient accès à Internet, elles ont toutes baissé la main. Alors, il a demandé combien avaient des ordinateurs au bureau, la majorité a levé la main, mais personne n'avait accès à Internet. Il a ensuite continué en disant que nous tous (les gays) avions des ordinateurs portables avec Internet.

Il a insisté en disant que l'année prochaine (2010) le Jan Campus (l'université de Makerere) aurait un accès sans fil à Internet. Il leur a demandé de s'inscrire sur Facebook et de faire campagne pour soutenir le projet de loi.Il leur a dit que si elles n'avaient pas accès à Internet de dépenser 500 Shillings (environ 25 centimes de dollars) pour aller dans les cyber-cafés pour faire campagne en ligne.

Le  but unique de cette proposition de loi est de protéger les valeurs familiales et la culture africaine, mais en éliminant les homosexuels en Ouganda. M. Nsaba Butoro, le Ministre de l'éthique et de l'integrité, insiste sur le fait que les Ougandais devaient protéger leur identité, et utiliser [cette loi] comme moyen de coercition. New Vision, l'un des principaux journaux ougandais, le cite :

Inflexible Buturo
Le ministre de l'éthique et de l'intégrité, le Dr. Nsaba Buturo, ne mâche pas ses mots à l'égard des pays occidentaux en ce qui concerne l'homosexualité. En s'adressant à des chrétiens lors d'un séminaire organisé par le Workplace Network Fellowship (un réseau de boursiers) au Parlement, la semaine dernière, le Dr. Buturo a dit : “Si je vous disais combien de diplomates étrangers continuent à venir me voir concernant le projet de loi contre l'homosexualité, vous seriez choqués. Mais je continue à leur dire que l'intégrité de notre pays et de nos valeurs sont plus importantes que l'aide. Nous ne permettrons pas aux Occidentaux de définir notre identité et notre destiné. Dans leurs pays, le Christ n'a plus d'importance. Il est de notre responsabilité de définir notre identité et de la défendre.”

Un  révérend zambien catholique, le Révérend Kapya Kaom, a décrit dans ses travaux comment les attitudes homophobes en Afrique ont été alimentées par des organisations américaines qui exportent l'homophobie.  Anengiyefa a reproduit sur son blog l'intégralité d'un communiqué sur une rencontre aux Nations Unies où il s'est exprimé, intitulée :  Landmark Meeting Denounces Rights Abuse Based on Sexual Orientation, Gender Identity (Nations Unies:  une conférence qui fait date sur la dénonciation des abus en matière de droits humains fondés sur l’orientation et l'identité sexuelles ) :

Les discussions ont porté, entre autres, sur la législation discriminatoire et draconienne “anti-homosexualité” en cours de préparation par le Parlement ougandais et sur le rôle des organisations religieuses américaines dans la répression en Afrique. Dans une initiative sans précédent, un représentant du Saint-Siège a lu une déclaration condamnant avec véhémence la criminalisation du comportement homosexuel […] Lors des discussions durant les tables rondes, le Révérend Kapya Kaoma, un prêtre anglican de Zambie, qui exerce les fonctions de directeur du projet “Political Research Associates” (PRA) dans le Massachusetts, a présenté son dernier rapport “Globalising the Culture Wars: U.S. Conservatives, African Churches, and Homophobia”. [Mondialisation de la culture de la guerre: les Conservateurs américains, les églises africaines et l'homophobie]. Le révérend Kaoma dit que les attitudes homophobes à travers l'Afrique sont alimentées activement par des organisations américaines qui exportaient l'homophobie. Il a invité les leaders religieux américains qui faisaient la promotion de la haine et de la peur de l'homosexualité en Afrique de dénoncer sans équivoques le projet de loi ougandais et d'apporter leur soutien aux droits humains de toutes les personnes, indépendamment de leur orientation sexuelle et de leur identité sexuelle. Citant leur devoir moral de prévention de la violence, il leur a aussi demandé de faire ces déclarations en Afrique, et pas seulement devant le public américain.

Gay ougandan a reproduit  une discussion en ligne sur son blog avec un député, l'Honorable révérend Benson Obua Ogwal (parti UPC), député de la circonscription de Moroto, dans ce billet, intitulé Conversation avec un  législateur ougandais :

Benson : Cher Gay Anonyme, et vous pensez que cette loi va nous dissuader ? Il y a très peu d'aspects de cette loi sur lesquels nous pouvons faire des concessions, comme la condamnation à mort et la juridiction extra-territoriale, mais les gays n'auront pas un jour de répit dans ce pays, testez notre détermination. Ce n'est pas un militant gay en particulier qui est attaqué par des médias.  Il s'agit de l'Ouganda. Si seulement les gays se contentaient de le faire derrière des portes fermées sans chercher à attirer de pauvres jeunes innocents, ç'aurait été différent. Mais ils deviennent de plus en plus visibles. Benson.

Benson : Salut,  homo pervers, que dites-vous de ceci, ç a vient des leaders religieux de tout le pays : voir www.monitor.co.ug/artman/publish/news/Church_leaders_back_govt_on_anti- gay_Bill_95758.shtml. Nous aimons les gays, mais détestons l'homosexualité qui n'a aucune place ici. Ne comptez pas sur un retrait du projet de loi, il sera adopté au moment voulu. Honorable Député Benson.

Gay Ougandan : Oui, j'ai remarqué le terme péjoratif que vous avez utilisé.

Personnellement, je pense que cela démontre qu'il vous manque quelque chose dans la tête. Mais, je ne peux pas le dire. Je suis le pervers n'est-ce pas ?

Vous, Monsieur, et tous ceux à qui vous avez copié cette lettre, vous faites honte à mon beau pays face au monde entier. Oui, je suis gay. Et je suis Ougandais. Et vous faites honte au pays devant le monde entier.
[Le pasteur américain]  Rick Warren s'est rétracté [de son soutien au Ministre]  Sempa, et s'est exprimé contre le projet de loi. L'église catholique s'exprimera aussi contre ce projet de loi. Tandis que vous, vous continuerez à me traiter de pervers, cher Honorable député.

N'imaginez pas que cela demande beaucoup d'intelligence de savoir quelle personne est déshonorée et laquelle ne l'est pas. Merci de vos aimables commentaires, très honorable député.

Suivez le reste de la conversation et les commentaires ici.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site