Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Une centenaire réalise son rêve, sauter en parachute

Il n'est jamais trop tard pour réaliser son rêve, même s'il faut pour cela faire son premier saut en parachute à l'âge de cent un ans. Le 19 décembre, Aida Gemaque Mendes, plus connue sous le nom de Vó Iaiá (Mamie Iaiá), a accompli un saut de près de 3.000 mètres dans le ciel de la ville où elle vit depuis 1959, Macapá, capitale de l'Etat brésilien d'Amapá.

“Je veux me promener dans le ciel, pour me sentir plus près de Dieu”. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permissionmission

“Je veux me promener dans le ciel, pour me sentir plus près de Dieu”. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission

Durant les quatre heures qu'a duré son attente avant de sauter, Vó Iaiá a raconté des blagues, s'est remémoré les épisodes de sa vie et a réconforté sa nombreuse famille et ses amis venus pour l'encourager, les assurant qu'elle était ravie et n'avait absolument pas peur. Parmi les spectateurs se trouvait la blogueuse Alcinéa Cavalcante [en portugais, comme tous les liens], qui a fait un reportage en photos des préparatifs ainsi que des suites du saut, puis a interviewé l'héroïque mamie :

Aos 100 anos, completados em novembro passado, ela dança, caminha, joga vôlei, basquete e futebol. “O que eu gosto mais é de dançar. Ihhhhh adoooro dançar”, diz com os olhos brilhando e dando uns requebros.
Falta alguma coisa? Faltava. Faltava saltar de paraquedas. Peraltice que ela realizou ontem em Macapá. “Quero passear no céu, me sentir mais pertinho de Deus”, disse.

[…]

Quando desceu, Vó Iaiá era o retrato da maior felicidade do mundo. Ergueu os braços para o céu e agradeceu a Deus. Deu entrevista coletiva contando que “foi bom demais”, que “é muito legal”, que não sentiu nenhum tantinho de medo, só uma “coisa estranha no ouvido por causa do vento forte” e que quer saltar de novo.

Elle a 100 ans depuis novembre, et elle danse, marche, joue au volley-ball, au basket-ball et au football. “Ce que je préfère, c'est danser. Ahhhhh j'adooore danser,” dit-elle en se tortillant, les yeux brillants.
Qu'est-ce qui lui manquait ? Encore une chose. Elle n'avait jamais sauté en parachute. Un exploit qu'elle a accompli hier à Macapá. “Je veux me promener dans le ciel, pour me sentir un peu plus près de Dieu,” a-t-elle dit.   

 […]

En atterrissant, Mamie Iaiá était l'image même du bonheur suprême sur terre. Elle a levé les bras vers le ciel et a rendu grâces à Dieu. Elle a donné une conférence de presse, confiant que “c'était trop bon,” que “c'est trop cool”, qu'elle n'avait pas ressenti le moindre soupçon de peur, rien que “quelque chose de bizarre dans les oreilles à cause du fort vent” et qu'elle veut de nouveau sauter.

Préparatifs de décollage. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission

Préparatifs de décollage. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission

Emanuel Costa donne un aperçu de sa vie centenaire et raconte comment son rêve s'est réalisé, un cadeau de Noël de son petit-fils Josivaldo dos Santos :

O sonho de Aida Mendes, também conhecida como “vovó Iaiá”, que nasceu em 20 de novembro de 1909 em uma fazenda no interior do município de Chaves (PA), sempre foi salta de paraquedas, mas tudo começou quando Josivaldo dos Santos, o Vavá, neto de “vovó Iaiá”, que também é paraquedista, perguntou se ela teria coragem de saltar de paraquedas.

Depois de aceitar o desafio “vovó Iaiá” passou por uma série de exames médicos antes de realizar o salto. E na presença de vários amigos e familiares, além de vários jornalistas a dona Aida Gemaque Mendes realizou a proeza. A queda livre durou 13 segundos e a navegação foi de 15 minutos.

Agora “vovó Iaiá” pode entrar para o Guinness Book (o livro dos recordes) como a mulher mais velha do mundo a saltar de paraquedas. O feito vai se avaliado para entrar nos registros do Guinness Book. Título de mulher mais velha do mundo a salta de paraquedas pertence à dona Encarnação Olivas, quando aos 82 anos fez um salto histórico no aeroporto de Marília (SP), em 1992.

Le rêve d'Aida Mendes, aussi connue sous le nom de “Mamie Iaiá”, née le 20 novembre 1909 dans une ferme de la circonscription de Chaves (Etat de Pará), a toujours été de sauter en parachute, mais tout a commencé quand son petit-fils Josivaldo dos Santos, ou Vavá, qui est aussi parachutiste, lui a demandé si elle avait vraiment le courage de le faire.   

Après avoir relevé le défi, “Mamie Iaiá” a passé une série d'examens médicaux préalables. Puis, en présence de nombreux amis et membres de sa famille, ainsi que de plusieurs journalistes, Mme Aida Gemaque Mendes a accompli l'exploit. La chute libre a duré 13 secondes et la navigation 15 minutes.

Désormais “Mamie Iaiá” peut faire son entrée au livre Guinness (des records) comme la femme la plus âgée du monde à faire du parachutisme. Son haut fait sera validé pour entrer dans les registres du Livre Guinness des Records. La tenante du titre de la femme la plus âgée au monde à sauter en parachute est Encarnação Olivas, âgée de 82 ans lors de son saut historique à l'aéroport de Marília (São Paulo) en 1992.

Ce record a toutefois été battu deux ans plus tard. Gavin, un lecteur du blog Notícias Daqui, déplore dans la section des commentaires du blog que Vó Iaiá n'ait pas réussi finalement à entrer au Guinness Mondial des Records pour le saut en parachute en tandem à l'âge le plus avancé (féminin). Pas encore :

Por muito pouco, a Dona Iaiá não entrou no Guiness Book. O record para salto de paraquedas feminino “tandem” (junto com instrutor) é de Estrid Geertsen da Dinamarca com 100 anos e 60 dias, no dia 30 de setembro de 2004. Sendo que Dona Iaiá fez 100 anos no dia 20 de outubro, ela deixou de quebrar o recorde por poucos dias. Mas ainda assim, um feito impressionante e inspirador. Parabéns para ela!

Il s'en est fallu de très peu pour que Mme Iaiá entre au Guinness. La tenante du titre du saut féminin en parachute en tandem (avec un instructeur) est Estrid Geertsen, du Danemark, à l'âge de 100 ans et 60 jours, le 30 septembre 2004. Comme Mme Iaiá a eu 100 ans le 20 octobre [NdT : son anniversaire était en réalité en novembre], elle a n'a manqué le record que de quelques jours. Mais elle a tout de même accompli un exploit impressionnant et exaltant. Compliments !

Iaiá embrasse Vavá, son petit-fils qui a organisé lexploit, après le saut. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission.

Iaiá embrasse Vavá, son petit-fils qui a organisé l'exploit, après le saut. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission.

Le saut de Vó Iaiá a inspiré de nombreux blogueurs en mal d'idées de cadeaux de Noël pour leur grand-mère, tels que Emerson Batista, qui écrit, mi-sérieux :

Estava pensando que presente deveria comprar para minha avó neste natal. Agora estou na dúvida entre os saltos de paraquedas ou de bang-jump. Vou pensar um pouco mais… Após o salto a vovó Iaiá agradeceu: “Obrigada meu Deus. É bom demais.” Imagino que o agradecimento não seja apenas pelo salto realizado. Vovó Iaiá tem muito a agradecer…

Je réfléchissais à ce que je devrais acheter à ma grand-mère ce Noël. A présent j'hésite entre des sauts en parachute ou à l'élastique. Je vais encore un peu réfléchir … Après le saut, Mamie Iaiá a dit : “Merci mon Dieu. C'est trop bien.” J'imagine que sa gratitude ne concerne pas seulement la réalisation du saut. Mamie Iaiá a beaucoup de quoi remercier…

Mme Iaiá projette maintenant de réaliser d'autres rêves, comme d'apprendre à rouler en bicyclette ou même de faire de la moto. Non seulement elle a, incroyablement vu son âge, assez de forces et de santé pour cela – elle n'a même pas besoin de lunettes – mais encore elle déborde de vie et d'énergie. A la question, lors d'un entretien par téléphone avant son saut, de savoir à quoi elle attribue sa longévité et son courage, elle a répondu à Altino Machado :

Trabalho. Trabalhei muito na minha mocidade. Agora, na velhice, estou jovem para tudo.

Le travail. J'ai beaucoup travaillé dans ma jeunesse. Maintenant, dans la vieillesse, je suis jeune pour tout.
Toujours jeune à 100 ans. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission

Toujours jeune à 100 ans. Photo Alcinéa Cavalcante, publiée avec sa permission

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site