Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Indonésie : La Cour Suprême blanchit Prita des accusations de diffamation sur Internet

Ce texte a été traduit par Damien Blanc et Thibault Greffier, élèves de classe préparatoire du Lycée Ozenne de Toulouse, sous la direction de leur professeur d'anglais Audrey Lambert.

Prita Mulyasari, une femme au foyer indonésienne qui avait écrit un e-mail critique à l’encontre d’un hôpital international privé, a été jugée non coupable de diffamation par la Cour Suprême de Tangerang le mardi 29 décembre 2009 dans l'après-midi.
La Cour a considéré le mail de Prita comme une simple critique, et non comme une diffamation.

Les internautes indonésiens ont commenté le procès en temps réel et ont publié des commentaires sur Twitter sous les mots-clés #sidangprita (le procès de Prita) et #freeprita (Libérez Prita)[les liens sont en indonésien] :

Enda: http://twitpic.com/vomos Sudah di Sidang Prita PN Tangerang. Ramai oleh media dan relawan koin #sidangprita #freeprita

Suis arrivé ici, à la Cour Suprême de Tangerang pour le procès de Prita. Bondé de médias et de volontaires de l’association Une pièce de monnaie pour la Justice. »

Ade_Novita : Kita relawan koin yg hadir aja deg2an, ga kebayang perasaan prita.

Nous, les volontaires, dont les cœurs s’emballent, ne pouvons imaginer ce que ressent Prita.

ndorokakung : Vonis: prita tidak terbukti melanggar hukum. Membebaskan prita dari segala dakwaan

Verdict : Prita n’a pas enfreint la loi. Elle est (donc) acquittée de toutes les charges.

tikabanget : TEPUK TANGAN..!!! “HIDUP..!! HIDUP..!!” teriak orang-orang di #sidangprita

Ils applaudissent. ‘Longue vie à Prita ! Longue vie à Prita ! ’ clame la salle entière in #sidangprita

arijuliano : Jaksa masih mau pikir2 utk mengajukan banding putusan bebas Prita #sidangprita

Le procureur envisage toujours de faire appel.

ndorokakung : Kalau jaksa banding atas putusan bebas murni itu namanya kelewatan #sidangprita

Si le procureur veut toujours faire appel de ‘l’acquittement de toutes les charges’, ce sera scandaleux.


Photo sur Flickr de Enda 001
Quelques semaines plus tôt, le tribunal d’instance de Banten l'avait reconnue coupable de diffamation  envers l’hôpital et exigeait qu’elle acquitte d'une amende de 204 millions de roupies, soit environ 16200 euros (plus d’informations sont disponibles ici et ici en français).
L’amende fixée par le tribunal d’instance a déclenché une vague de protestations via une campagne menée sur le Net et dans la vie réelle pour collecter des pièces auprès des internautes et des citoyens en général. Ce mouvement, qui a débuté sur le Net, a suscité l’intérêt de nombreux Indonésiens, issus de divers milieux sociaux et a fini par devenir l’un des plus importants mouvements populaires de l’année.
Selon le journal local Kompas, jusqu’au 20 décembre, les dons à l’attention de Prita atteignaient 825 millions de roupies (en indonésien, soit environ 65 500 euros). Les dons provenaient des quatre coins de l’archipel indonésien, de virements effectués sur Internet par des Indonésiens d’outre-mer, et même de la recette d'un concert donné par une multitude de stars.
La libération de Prita est perçue par beaucoup  comme une victoire du “pouvoir du peuple”.
Marihot Purnomo a écrit [en indonésien]sur le blog Kompasiana :

Putusan bebas Pengadilan Negeri Tangerang terhadap Prita adalah kado hukum akhir tahun 2009. Kegembiraan dan kebahagian tidak hanya dirasakan oleh Prita saja, namun juga ikut dirasakan oleh segenap rakyat Indonesia. Kepedulian dan perhatian masyarakat sungguh luar biasa terhadap kasus ini , dan barangkali ini sejarah bagi proses hukum di negara kita.
[…]
rakyat akan tahu dan merasakan walaupun tidak langsung terlibat dalam proses-proses hukum tersebut, apabila proses hukum tersebut penuh permainan dan atau direkayasa atas permintaaan pihak2 tertentu sekedar memenuhi “seleranya” atau keinginannya,dan apalagi persoalan hukum tersebut menyentuh rasa keadilan masyarakat.

Le verdict de la Cour Suprême de Tangerang est en quelque sorte un magnifique cadeau de fin d’année pour Prita. Mais Prita n’est pas la seule à ressentir de la joie et de la gaieté, le peuple indonésien aussi. Le souci et l’attention des gens à l’égard de Prita sont surprenants, peut être est-ce un événement clé dans le processus judiciaire de notre pays.
[…]

Les gens sauront et sentiront les choses, même s’ils ne sont pas directement impliqués dans ce processus juridique, même s’il fourmille d’intrigues et/ou s’il est modifié pour satisfaire le « goût » ou la volonté de certains groupes, (les gens réagiront) surtout si on les provoque par une injustice.

L’espoir d’un système judiciaire plus sain
L’acquittement de Prita est aussi perçu comme une lueur d’espoir dans la mise en place d’un meilleur système judiciaire dans le pays, qui se bat actuellement pour éradiquer la “Mafia judiciaire”[en anglais], un groupe d’officiers de police, de juges et de procureurs corrompus.
Petrus Rampisela a écrit sur son blog un article poignant au juge de la Cour Suprême de Tangerang :

Bukan saja palu BAPAK telah menghancurkan tembok-ketidak-adilan, tapi PALU itu telah menghancurkan perasaan frustrasi dari 250 juta rakyat indonesia.
Alangkah hebatnya Pak putusan itu, bukan saja putusan ini telah membebaskan PRITA, tapi putusan ini telah membebaskan seluruh rakyat kita dari PUTUS ASA.
[..]
Untuk MAJELIS HAKIM YANG MULIA, saya menundukkan kepala.

Votre marteau de la justice n’a pas seulement brisé le mur de l’injustice, ce même marteau a fait voler en éclats la frustration de 250 millions d’Indonésiens.
C’est une décision remarquable qui n’a pas seulement libéré Prita, mais qui a libéré tout votre peuple du désespoir.
[…]
Devant le jury ainsi honoré, je m’incline.

La réforme des lois sur Internet
Le combat de Prita restera gravé dans l’esprit de tous les blogueurs indonésiens. Beaucoup ont déclaré que le procès de Prita ne serait pas le dernier à faire les gros titres. Les internautes indonésiens comptent réclamer une révision de la loi sur l’information et les transactions électroniques (UU ITE).
Le paragraphe 2 de l’article 27 de cette loi indonésienne sur Internet est notoirement considéré par l’opinion publique comme une loi draconienne visant à réduire la liberté d’expression.
Le jour où le procès de Prita a eu lieu, Tifatul Sembiring, le ministre de la communication et de l’information, a annoncé à la presse que le gouvernement avait accepté de revoir la loi sur Internet [en indonésien], qu’il était prêt à discuter et à recevoir des propositions de la part du peuple. Tifatul Sembiring n’a cependant pas été en mesure de dire quand exactement commencerait cette réforme.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site