Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Tunisie et Bahreïn bloquent des pages précises sur Twitter

Des gouvernements ont d'abord censuré Internet en bloquant l'accès à Blogspot, la plateforme de blogs de Google. Puis ils ont bloqué Facebook, et ensuite, Twitter. Lorsque les internautes dans le monde entier ont protesté, certains gouvernements ont affiné un peu plus leurs techniques de “filtrage” des médias en ligne (photos, vidéos, texte) et, plutôt que  bloquer toute une plateforme pour les transgressions d'un seul utilisateur, ils ont commencé à bloquer des comptes personnels. Ceci s'est vérifié dans le passé, en particulier, avec des vidéos publiées YouTube. Un gouvernement, au lieu de bloquer l'accès à tout le site de partage de vidéos à tous les utilisateurs, peut bloquer seulement une vidéo déterminée. La dernière mode est de bloquer des pages précises sur Twitter.

Au cours des dernières semaines, des signalements ont été publiés sur Herdict et sur Twitter, nous informant de l'impossibilité d'accéder à des pages Twitter individuelles en Tunisie et à Bahreïn (et très probablement en Chine). En Tunisie, les comptes de l'activiste Sami Ben Gharbia (@ifikra),de l’ ingénieur @Ma7moud, et du site indépendant d'informations sur la Tunisie Nawaat (@nawaat) ont été rendus inaccessibles, tandis qu'à Bahreïn, le compte @FreeBahrain a été fermé  le Jour de l'an.

ifikra and freebahrain ruminate on their Twitter accounts being blocked
@ifikra Quel est l'utilité de Twitter quand ma page web est bloquée en Tunisie et quand mes messages sur Twitter n'apparaissent pas sur la Time-Line générale de Twitter ? [Le Web] 2.0 est-il une perte de temps ?
@freebahrain Pour accueillir la nouvelle année, le gouvernement de Bahreïn a bloqué l'accès à mon compte Twitter.

Twitter n'en est pas à sa première expérience de cybercensure : la Chine et l'Iran ont fermé par le passé cette plateforme de communication et de microblogs, et l'Arabie Saoudite pourrait avoir fermé deux pages individuelles de Twitter à la mi-2009.

Ce qui est particulièrement inquiétant est que les gouvernements de la Tunisie et  de Bahreïn ont prouvé leur capacité et leur volonté de  bloquer [par l'utilisation de logiciels de censure] des pages individuelles précises sur Twitter, empêchant certains de s'exprimer, tout en laissant ouvert l'accès à une plateforme majeure de communication. Seule la suite nous dira s'il s'agit là d'une nouvelle tendance globale de cybercensure.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site