Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : La très controversée présence des FARC sur Internet

[Les liens sont en espagnol, sauf mention contraire] Sur Twitter, @diegosolers a publié un un lien vers une vidéo qui semble être la bande-annonce d'un documentaire en vidéo produit dans l'intention de soutenir les FARC de Colombie au cours des rendez-vous internationaux. Les réactions visibles sur Twitter témoignent d'un grand scepticisme. Cependant, la présence en ligne de dizaines de vidéos soutenant les FARC fait de ce sujet, et du soutien ou de la condamnation sur le Web des groupes classés comme “groupes terroristes” un sujet qui n'est pas tout à fait blanc ou noir sur la blogosphère colombienne.

Cette vidéo présente une faction des FARC supposément chargée de cultiver des champs pour nourrir les combattants, où les protagonistes déclarent devant la caméra qu'il ne vivent pas aux dépens des fermiers ni ne les encouragent à cultiver des  cultures illégales, même s'ils ajoutent qu'ils ne les condamnent pas. La  marijuana est citée entre d'autres récoltes qu'ils n'approuvent pas, mais aucune mention n'est faite de la coca  qui a été décrite comme la source principale de financement des FARC, que ce soit par la culture de la feuille de coca [en anglais] ou la participation au trafic.

Sur Youtube, l'utilisateur Zuliaporto – qui vit en Suède d'après son profil -, a mis en ligne non seulement  la même bande-annonce du documentaire – il précise que la vidéo sera disponible en intégralité en Suède – mais également d'autres vidéos comme la suivante, où des membres des FARC parlent de l'utilisation et de la consommation de marijuana, de leurs règlements internes, et où il critiquent l'actuel gouvernement colombien, qu'ils jugent hypocrite dans ses politiques et ses règlementations en matière de drogues.

La vidéo suivante présente une faction des FARC dans un camp, se livrant à des activités culturelles comme des danses folkloriques :

Ces vidéos prennent totalement à contrepied ce que le grand public connait des FARC, les témoignages des enfants recrutés de force, les enlèvements et les meurtres. Elles présentent en effet un aspect de la situation très différent, ni forcément bienvenu, ni forcément crédible.

Sur Facebook, le journaliste et  blogueur Carlos Sanabria  a découvert que la vidéo avait déjà été signalée aux modérateurs, et il n'a pas pu la télécharger. Il l'a néanmoins publiée sur son blog. Non parce que, dit-il, il approuve ce qui est montré dans cette vidéo, mais parce qu'il croit en la liberté d'information et d'expression.

Le président colombien lui-même,  Álvaro Uribe, a rendu publique son opinion sur ce documentaire :

Ahora andan las FARC con un video que les ayudaron a hacer unos extranjeros para meterle otra mentira al mundo

Maintenant, les FARC se baladent avec une vidéo que des étrangers les ont aidés à faire, pour diffuser un autre mensonge au monde.

L'intégralité de sa déclaration sur la vidéo peut être trouvée ici.
Sur twitter, @Guapacho commente une déclaration entendue dans le documentaire :

“No vivimos de los campesinos” <— solo los masacramos y los desplazamos #peliculadelasfarc

“Nous ne vivons pas sur le dos des paysans” <– Non, nous les massacrons seulement et les chassons de leurs terres  #farcmovie

@ElReticente écrit :

No me ofende que sean las Farc, porque mejor si tenemos imagenes para ver, con más razón juzgar. Pero tan mal hecho y postizo.

Cela ne me choque pas que ce soit les FARC, parce que c'est mieux d'avoir des images, de juger sur pièce. Mais qu'est-ce que c'est mauvais et faux.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site