Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Australie : Guerre des mots autour des baleines

La chasse aux baleines semble avoir été oubliée dans le battage médiatique autour de la collision [en français] entre  le bateau Ady Gil de l'association écologiste Sea Shepherd avec un baleinier japonais [les liens suivants sont en anglais].

L'association de défense de la vie marine Sea Shepherd s'est jurée de continuer le combat contre la chasse aux baleines dans l'océan Arctique après qu'un baleinier japonais ait heurté un de ses navires. Sea Shepherd soutient que le navire Shonan Maru 2 des forces de sécurité japonaises a arraché la proue de l'Ady Gil, son trimaran ultra-rapide en fibre de carbone. Les baleiniers japonais sont aussi accusés d'avoir loué des avions australiens pour espionner les bateaux de l'association Sea Shepherd

Voir : ‘L'attaque préméditée intensifie la guerre de la pêche à la baleine”(en anglais)

L'attention des blogueurs en Australie s'est concentrée sur la collision et la manière dont elle a été présentée par les médias.

youngmarxist du blog Strange Times a été parmi les premiers à traiter de l'affaire, en émettant des doutes sur le reportage de la chaine ABC (radio-télévision publique australienne):

ABC a présenté comme des faits les allégations avancées par l'association Sea Shepherd que le baleinier japonais Shonan Maru 2 a délibérément heurté aujourd'hui l’Adi Gil de l'association Sea Shepherd.

…C'est clair qu'ABC n'a pas présenté une vision neutre de cette histoire et qu'elle agit dans ce cas comme un organe de propagande pour l'association Sea Shepherd au lieu de chercher à présenter les communiqués – qui figurent dans ce billet – et de donner à leurs auditeurs les informations dont ils ont besoin pour tirer eux-mêmes leurs conclusions personnelles.

Voir : Dernière heure : La vidéo de la collision entre l’ Adi Gil de l'association Sea Shepherd et le baleinier japonais (en anglais)

Tory Maguire de The Punch est préoccupé pour la vie des personnes lors de cette collision préméditée dans l'océan Arctique :

Nous ne sommes pas fort en matière de vigilance dans ce pays, qui a un système d'application des lois imparfait  – mais que l'on peut améliorer – , appliqué par une police financée par l'argent public. Et voici que, pour des raisons inconnues, des pitreries ridicules sont actuellement en cours dans l'Antarctique sans contrôle, qui font applaudir chez nous des jeunes en mal d'aventures.

Avec peut-être un peu d'ironie, étant donnée qu'elle travaille pour [le groupe de presse australien]  Murdoch, la rédactrice relève une absence d'objectivité dans la couverture par les médias traditionnels australiens de cet incident :

Finalement, qui que soit le responsable du naufrage d'hier après-midi de l’ Ady Gilh, c'était extrêmement irresponsable de la part de l'association Sea Shepherd de mettre ainsi en danger la vie de l'équipage. Mais la chaine ABC ce matin a félicité le capitaine Watson comme un héros de la protection des baleines contre les baleiniers japonais. Il était aussi l'invité de la radio Macquarie, et sans doute aussi de la radio de Fairfax, de la plupart des chaines de télévision ainsi que de tous les journaux.

Sea Shepherd va finir par provoquer la mort d'une personne (en anglais)

Graham Young, sur le site Ambit Gambit, est encore plus précis dans sa critique des médias. D'abord, il met en doute la précision des informations selon lesquelles le voilier Ady Gil était à “l'arrêt”:

L'association Sea Shepherd soutient que le trimaran Adi Gil était en train de virer lorsqu'il a été heurtée. C'est possible, mais c'est après qu'il se soit mis en travers de la trajectoire du navire Shonan Maru.

Que des journalistes présentent cela comme un collision avec le voilier provoqué par les Japonais est le résultat d'une habile manipulation de Sea Sheperds.

Graham dénonce aussi ce qu'il considère comme une autre déformation des faits :

Les journaux de Fairfax parlent d'une version selon laquelle les Japonais auraient loué des avions en Australie pour surveiller les bateaux de Sea Shepherds. Au lieu de demander pour quelles raisons l'association Sea Shepherds a été autorisée à utiliser les ports australiens pour effectuer des actes de piraterie dans l'Antarctique ouvertement, ou sans surveillance des autorités australiennes, les articles et les reportages, et la réaction du gouvernement australiens, condamnaient les Japonais.

Confirmation de la déformation des faits sur la collision avec les Japonais (en anglais)

Pendant ce temps, le débat en Australie  tourne autour de ce que devrait faire le gouvernement de Monsieur Rudd devant la présence continue de baleiniers japonais dans les eaux territoriales du pays:

L'AUSTRALIE devrait envoyer le navire Oceanic Viking pour surveiller les incidents entre les baleiniers et les bateaux de l'association Sea Shepherd qui agissent “à la limite de la loi”.

Un expert en droit international de l'Université nationale d'Australie, le Professeur Donald Rothwell, a déclaré à The Australian Online, à propos des accusations d'avoir percuté l’Ady Gil,  qu'il s'agissait de comportement clairement “provocateur” de la part des militants contre la pêche à la baleine.

Les bateaux des militants et les baleiniers agissent à la limite de la loi selon le Prof. Donald Rothwell (en anglais)

Le même article dans le journal The Australian a proposé un sondage “CONFRONTATION DANS LA PÊCHE A LA BALEINE : Qui est selon vous à blâmer dans la collision entre le baleinier japonais et le bateau ultra-rapide de l'association Shepherd ?

Les seules réponses proposées sont : “Les baleiniers” ou” les militants”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site