Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Algérie : La marche des Kabyles pour l'autonomie

Mardi 12 janvier, les Kabyles, premiers habitants de l'Algérie, ont défilé dans la région nord-est du pays, la Kabylie, avant la célébration du Nouvel An Berbère (Yennayer), pour réclamer une plus grande autonomie de l'Etat central. Le Mouvement pour l'Autonomie en Kabylie (MAK) organisateur de la manifestation indique que ce qui avait commencé comme une marche pacifique s'est rapidement heurté à la main lourde des autorités qui ont imposé un black-out des médias. Alors que le monde avait les yeux tournés vers Haïti et les tragiques conséquences d'un affreux tremblement de terre, peu d'informations sur la manifestation ont filtré dans les médias traditionnels, ce qui a amené les manifestants et ceux qui les soutiennent à communiquer sur le Net.

La Kabylie a une longue histoire de confrontation avec le gouvernement algérien, les demandes indigènes ayant évolué d'appels à l'indépendance totale de l'Etat algérien à une récente proposition de plan d'autonomie, une histoire qui a culminé en 2001 dans ce qu'on appelle le printemps noir lorsque des émeutes ont éclaté dans toute la région aboutissant à des affrontements meurtriers entre les manifestants et l'armée algérienne.

Tilanum a publié cette vidéo sur le site de partage Youtube, qui montrerait une violente échauffourée entre des manifestants scandant “Pouvoir meurtrier!” et les forces de l'ordre :

L'événement était suivi par des micro-blogueurs comme Kabyle qui a tweeté la marche et posté des liens vers des photos de la manifestation :

Kabyle on Twitter

Saiduali qui blogue sur Le Portail des Hommes Libres a mis en ligne des photos d'une marche qui s'est déroulée dans la ville côtière de Bejaia:

Bejaia Marchers

Bejaia Marchers

Bejaia Marchers

Sur le site de réseau social Facebook, un groupe a été créé, qui a attiré dans les 800 membres et rassemblé partisans et opposants de l'autonomie en Kabylie. Lee Loo commente sur le Mur du groupe en expliquant que bien qu'elle-même Berbère, elle est contre l'autonomie. Elle écrit :

Vous nous faites honte. Je suis Amazigh mais mon pays reste l'algérie […] Vous n'avez aucune chance, alors là zero chance […] Tout le reste des Kabyles sont contre çà!

Allas Di Tlelli, qui blogue sur Kabyles.net s'inscrit en faux contre cette affirmation. Il écrit :

[L]es forces existantes en Kabylie sont, plus ou moins, acquises pour l’autonomie de la Kabylie avec une différence d’approche qui relève beaucoup plus de l’idéologie politique.

Ces événements s'inscrivent sur fond des récentes mesures prises par le Maroc voisin pour accorder à sa population Amazigh des droits accrus (les langues indigènes sont enseignées à l'école et une chaîne de télévision en langue berbère vient d'être lancée), à côté d'un programme plus vaste qui apportera, affirment les autorités marocaines, une plus grande autonomie à différentes régions y compris au territoire contesté du Sahara Occidental.

3 commentaires

  • Un Amazigh

    L’Algérie est une et indivisible. Nous sommes tous des Amazighs. Le MAK(AK) ne représente que les néos Harkis.

    • un autre amazigh

      L’Algérie est une et indivisible mais sur la base de l’arabité et l’islam. Tu peux exister en tant qu’éternel opposant.
      Mais entre une Algérie arabiste centralisée et une kabylie autonome je préfère la seconde option.
      Quant aux harkis, ce sont ceux qui considèrent que la seule organisation possible est celle jacobine et centralisée de la France… ancienne puissance coloniale.
      Les fédéralistes et autonomistes veulent rompre avec le modèle et l’héritage français. Nuance…
      Libère-toi du jacobinisme français et du nationalisme de bazar arabe et tu pourras ensuite venir voir si tu as ta place chez les imazighen.

  • numide

    vive le mak et vie la kabylie autonome

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site