Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti : Après l'évaluation des dégâts, cartes et photos-satellite orientent les secours

Voici quelques sources de données que les responsables de l'aide humanitaire utilisent pour communiquer sur l'évolution de la situation dans la partie de Haïti touchée par le séisme. Près d'une semaine après le désastre – et des répliques d'une violence équivalente à celle d'un séisme – les cartes et les images par satellite restent les sources d’ informations les plus fiables.

L'outil en ligne de suivi de crise  Ushahidi a créé une carte en ligne interactive très détaillée fournissant des  informations en temps réel sur les menaces, les personnes ayant besoin d'une aide d'urgence, de soins médicaux, de nourriture et toute autre aide, classées par type d'urgence. La carte est mise à jour au fur et à mesure que les informations affluent par SMS (envoyés à un numéro court et gratuit haïtien ) ou courriels vers l'outil en ligne Ushahidi.

Crisis Commons, un réseau de professionnels des nouvelles technologie de l'information, qui a créé la réaction d'urgence, a  annoncé qu'il a entrepris de réaliser un projet similaire avec la réalisation d'une carte sur les interventions des secours dans la capitale de Haïti, Port-au-Prince,  à l'usage des organisations humanitaires. Le projet vient de commencer.

A New York, la bibliothèque de la ville propose une série de cartes en ligne qui indiquent les camps d'urgence où des survivants peuvent trouver un abri, et d'autres qui cartographient les zones et les bâtiments endommagés. Elles sont révisées et mises à jour en permanence.

La plupart des autres ressources visuelles en ligne ne sont pas interactives, mais elles donnent certainement une meilleure vision générale de la situation. Cette image du  Centre de données satellite sur les crises [en anglais] montre les distances de l'épicentre aux centres urbains et ruraux où vivaient des personnes avant le séisme. Différentes couleurs reflètent la densité de la population.

D'après la carte, le département et la ville de Leogane, bien que n'ayant été cité nommément dans aucun reportage, a été l'épicentre du séisme, et représente une zone densément peuplée. Le quartier de Carrefour, une grande banlieue de Port-au-Prince, est en réalité plus proche de la limite de Leogane que sur cette carte. La ville de Jacmel, sur la côte, est aussi touchée que Leogane. Sérieusement endommagée, elle est plus proche de l'épicentre que ne l'est Port-au-Prince. Jusqu'à hier (17 janvier), des routes coupées et des ponts effondrés empêchaient les secours d'atteindre la zone.

L'Institut américain de géologie (USGS) a publié des informations colorées d'après l'intensité du séisme sur un graphique très facile à lire des villes, avec leur densité de population. Le résultat est une illustration rapide du nombre de personnes qui vivaient dans les zones les plus touchées par le désastre.

L'USGS a aussi publié une carte basée sur les messages téléphoniques reçus sur le séisme. Elle donne la perception et le ressenti des personnes qui ont appelé l'USGS pour témoigner de ce qu'elles avaient vu.

Le New York Times a élaboré une carte tri-dimensionnelle très utile pour comprendre où se trouve Port-au-Prince par rapport à la géologie de Haïti. Elle montre la ville située sur une zone côtière plane, au pied d'une chaine de montagnes qui complique l'accès des secours. La carte du journal permet aussi de visualiser très clairement l'emplacement de plusieurs localités avoisinantes où les secours médicaux et la distribution de nourriture ont commencé, et où des abris sont disponibles.

Des images par satellite sont disponibles ici. Des photos satellites prises sur orbite, très récentes, sont comparées avec celles de Port-au-Prince et de ses environs avant le séisme, comme celle-ci.

La visualisation par photo-satellite peut permettre de situer les dégâts et les besoins dans les zones qui n'ont pas encore des moyens de communication sûrs. En théorie, des images nocturnes pourraient nous révéler des informations sur l'absence d'électricité ou ou contraire sa disponibilité, ainsi que, peut-être, la disponibilité de carburant. Mais si ces images sont utilisées, elles n'ont pas été rendues publiques encore.

Pour plus d'informations sur le séisme en Haïti, notre dossier spécial.

L'image en médaillon, Day 15 – Small World, est de kylebaker, publiée sous Creative Commons license. Visitez la galerie photos de kylebaker sur flickr .

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site