Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Le journaliste Maen Akel en détention depuis deux mois

Le journaliste syrien Maen Akel a été arrêté le 11 novembre 2009 [en anglais] par les services de renseignements syriens (Sécurité d'État) à Damas. Moins de 48 heures après son arrestation, il était également relevé de ses fonctions au journal Al-Thawra, contrôlé par l'État. Les motifs de son arrestation restent inconnus.

Maen Akel est célèbre pour le style provocateur, et souvent sarcastique, avec lequel il critique la corruption gouvernementale et les difficultés rencontrées par le citoyen moyen syrien dans sa vie quotidienne. Notons qu'il fut fait prisonnier politique pendant neuf ans du fait de son appartenance au mouvement communiste [Communist Labor Bond].

A la suite de sa mise aux arrêts, ses amis ont créé, et continuent d'alimenter, un blog [en arabe comme les liens suivants] qui consacré. Voici ce que dit le blogueur Ali Diob dans l'un des billets mis en ligne :

الصحفي عار، كعري كل أحد آخر، و كل شيء، في سورية، أمام سلطة عارية هي الأخرى أمام خوفها، الذي عكست صورته في شهوة مذعورة للتحكم الاستبدادي، حتى بالأموات.

Un journaliste est nu, tout comme quiconque et toute chose en Syrie, face à un pouvoir lui-même démuni lorsque confronté à sa peur. Une peur qui se reflète dans une soif affolée de contrôle absolu sur tout, y compris les morts.

Dans un autre billet, le blogueur Mazen Darwish commente la capacité, ou non, qu'ont les Syriens, en tant qu'individus, à faire avancer des réformes :

أخطأ معن حين صدق , كما صدقنا , و كما صدق الكثيرون . . . أنه رغم قانون الطوارئ من الممكن إحداث فرق ايجابي في الحياة السورية عندما يتعلق الموضوع بالمصلحة الوطنية

Maen se trompait lorsqu'il pensait, comme nous et bien d'autres le pensent, qu'il est possible, et d'intérêt national, d'impacter de manière positive la vie des Syriens, et ce malgré l'état d'urgence.

Le blog syrien حركشات (Harkashat) a mis en ligne un billet de Mazen Kom ElMaz dans lequel il écrit :

ما نزال بانتظار التهم التي ستوجه لمعن , كي نتمكن أكثر من فهم أين يقف معن اليوم من كل ما قاله بالأمس ومن حياته الجديدة ومن سجانيه ومما سيمكنه ( أو لا يمكنه ) أن يكتبه في الغد, لكن ما يبدو حتى الآن أننا أمام رجل انتهى إلى السجن لأنه اعتبر بيوت الفقراء التي فتحت أمامه أبوابها جزءا أصيلا من عالمه, تماما مثل بيته الخاص , لأنه لم يستطع التخلص منهم كجزء من أسرته الشخصية, لذلك يستحق معن منا تنهيدة عميقة, يستحق قلق انتظار صديق حميم

Nous attendons toujours de connaître les charges retenues contre Maen afin de pouvoir mieux évaluer dans quelle estime le tiennent ses geôliers et ce qu'il pourra, ou pas, écrire à l'avenir. Voici donc un homme qui a atterri en prison car il considérait que les maisons des pauvres gens, qui lui ouvraient grand leur porte, faisaient partie intégrante de ce monde, tout comme son propre foyer ; parce qu'il ne pouvait pas les abandonner. C'est pourquoi Maen mérite un signe fort de notre part. Il mérite l'angoisse et l'inquiétude qui accompagnent l'attente d'un ami cher.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site