Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Qui sont les gentils ? Qui sont les méchants ?

Ma Caméra par Marcin Wichary

"Ma Caméra" photo Marcin Wichary

Des internautes colombiens confrontés à des crimes, des violences et à un conflit armé, ont choisi de partager directement en ligne leurs opinions sur des affaires où il est extrêmement difficile de reconnaitre les “bons” des “méchants”.

Pour commencer, des mères et des proches de personnes disparues ont manifesté [les liens sont en espagnol] contre l'impunité de l'armée colombienne, tenue pour non responsable de l'assassinat d'hommes jeunes dans des affaires qui sont appelées les “faux positifs”. Dans la dernière en date de ces affaires de “faux positif”, des soldats de l'armée régulière auraient enrôlé de jeunes hommes contre la promesse d'un travail dans des régions rurales, où ils ont été ensuite assassinés, et déclarés comme “membres de la guerrilla tués au combat”.  Pourtant,  les dix-sept militaires impliqués dans l'affaire ont été libérés pour vice de procédure quand la date limite fixée pour les juger a été dépassée.

Autre groupe qui a choisi de s'exprimer en ligne : celui  des indiens Nasa qui ont lancé leur chaine vidéo sur Youtube pour pouvoir diffuser leur version des faits dans une affaire que les médias traditionnels évitent de couvrir. Dans ce cas précis, des mines anti-personnel et des munitions sont cachées ou abandonnées sur leur territoire par des groupes armés des deux camps (l'armée et les rebelles, dans une région que les deux se disputent). Le service de sécurité mis en place par la tribu doit fréquemment  “balayer” la région et l'intérieur des maisons, pour saisir ces armes et munitions laissée sur place soit par l'armée nationale, soit par les groupes rebelles armés. Dans cette vidéo, ils demandent à l'armé d'arrêter de semer des mines anti-personnels et de veiller à au moins ramasser les munitions non explosées avant que des membres de leur communauté marchent dessus.

Dans cette troisième vidéo, un journal de quartier interroge un policier sur ses statistiques de fin d'année.   Dans cet interview , titré “Attention au mauvais voisin”, l'officier de police parle d'une affaire ou les membres d'un gang qui vivaient dans un immeuble cossu, vendaient en fait des armes en les cachant dans des sacs de raquettes de tennis. Le plus surprenant est le conseil que donne l'officier de police aux citoyens : gardez un œil sur vos voisins, et si vous croisez des jeunes qui vivent seuls et semblent disposer de revenus confortables, et particulièrement si ce sont des femmes qui ressemblent à des call girls, il pourrait bien s'agir de mafieux.

Si vous connaissez des communautés en ligne ou des organisations qui utilisent la vidéo en ligne pour couvrir des affaires que la presse ne traite pas ou pour partager leurs opinions, n'hésitez pas à les signaler via les commentaires sous ce billet ou à m'envoyer directement un courriel via l'onglet sous mon profil.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site