Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti-Japon : Les Japonais se souviennent du tremblement de terre de Kobe

Alors que les images de la dévastation à Haïti font le tour du monde, les habitants d'une autre zone séismogène du globe se souviennent d'un tremblement de terre qui a semé le chaos dans leur propre pays il y a 15 ans presque jour pour jour. Le 17 janvier 1995, un séisme de magnitude 7.2 [en français]  a frappé la ville de Kobe et ses environs, tuant plus de 6400 personnes et causant des dégâts estimés à 10 milliards de Yens. Quinze ans après le tremblement de terre de Kobe, nous donnons la parole à ceux qui ont vécu cette catastrophe.

Photo sur Flickr par PapiGiulio

Photo sur Flickr par PapiGiulio

Le blogueur Bokuwakuma décrit ce qu'il a vu :

当時、「ぼくはくま♪」は団地の5階に住んでいました
のでその揺れ方は大阪でも半端じゃなかったですよ。
余震も何日か続いていたことを覚えてます。
しかしその日は会社の仲間でやっていたサッカーの
朝練習日だったので集合場所の公園にとりあえず行った
誰も来ていないだろうなって思ってたら10人程度集まっていました。
まだテレビではあんな神戸が悲惨な状況になっているとは
全く知らずのんびりサッカーの練習とは・・・・
そして「ぼくはくま♪」の人生でもターニングポイントとなった
初のボランティアの経験

A l'époque, j'habitais au 5ème étage d'un immeuble, et j'ai senti de violentes oscillations même d'Osaka où je me trouvais. Je me souviens que les répliques se sont poursuivies pendant quelques jours. Ce jour là, mes collègues et moi avions décidé de jouer au foot le matin, et la première chose que j'ai faite est d'aller au parc où nous étions supposés nous rencontrer. Seulement 10 personnes sont venues, et je me demandais pourquoi les autres n'arrivaient pas. Nous avons quand même continué à jouer, parce que nous ne savions rien de la tragédie qui était en train de se dérouler à Kobe, comme on l'a vu plus tard à la télé…Ce fut un tournant de ma vie. Ma première expérience en tant que bénévole.

Le blogueur Onezero a été lui aussi un témoin :

私も震災直後、弁当と水筒を持ち、親族の家に行きましたが、電車は途中まで、道路はビルや家の倒壊でふさがれていて、歩いて10時間かかって現場に着きま した。親族の家は全壊していて、みなさん、運よく助かり遠い親戚の家に避難したあとでした。近くに傾いた10階建てのマンションの入り口で老人夫婦が配ら れた水を上に運ぶのに難儀していましたので、運んであげました。

Dès que les secousses ont cessé, j'ai pris ma gamelle et ma bouteille d'eau et je suis allé à la maison de mes parents, mais les rues étaient bloquées par des immeubles et des maisons qui s'étaient écroulés. Le train avait du s'arrêter à un endroit donné et je ne suis arrivé qu'après 10 heures de marche.La maison de mes parents était complètement détruite, mais, heureusement, tout le monde avait déjà trouvé refuge dans les maisons d'autres membres de la famille.

Je me souviens qu'il y avait un couple de personnes âgées à l'entrée d'un immeuble de 10 étages. Ils avaient du mal à transporter de l'eau jusqu'aux étages alors je les ai aidés.

「こんな傾いたマンションに住んでいるんですか?」と聞くと、「行くところがないんです」と哀しそうに言いました。
途中で見た光景は一生忘れないでしょう。いずれの家も、まともに建っている家などないのですから。

Je leur ai dit : « Est-ce que vous vivez dans cet immeuble ? On dirait qu'il va tomber ! ». Ils m'ont répondu avec tristesse : « Nous n'avons nulle part où aller ».Je ne peux pas oublier le spectacle qui s'offrait à mes yeux ce jour-là. Il n'y avait plus une maison intacte.
Photo sur Flickr

Photo sur Flickr de mah_japan

La blogueuse Sakanayaraku décrit ce qu'elle a vécu :

当時 神戸のホテルに勤めていて震災を体験した一人なので今回は当時の様子を書きたいと思います。
あの日は自宅で寝てたら突然凄い地響きがして、体が宙に浮いた後、ものすごい横揺れ。
どこかに隠れるなんて考えてる間もないほど揺れの大きさに恐怖でパニックになりました。
幸いにも怪我もなく、建物も無事でしたがしばらく大きな余震が続き生きた心地がしませんでした。
自分が住んでた場所はあまり被害がなく、しばらくして仕事場のある三ノ宮に車で向かいましたが、崩れ落ちたビルに潰れた家そして寒い中パジャマ姿で道端で座りこんでる人々

Comme j'ai connu moi-même le tremblement de terre, alors que j'étais employée dans un hôtel à Kobe, j'aimerais vous raconter un peu comment ça c'est passé.Quand le tremblement s'est produit, j'étais à la maison en train de dormir, et tout à coup le sol a commencé à s'ébranler violemment. Mon corps a été soulevé et j'ai commencé à être balancée d'un côté et de l'autre. Les secousses étaient si fortes que j'ai complètement paniqué, et je n'ai même pas eu le temps de penser à me cacher quelque part.

Heureusement, je m'en suis sortie et l'immeuble ne s'est jamais écroulé, mais à ce moment-là, je ne pensais vraiment pas que j'allais survivre aux violentes répliques.

Les maisons de la zone où j'habitais n'étaient pas endommagées, si bien qu'après un moment j'ai pris ma voiture pour aller à Sannomiya, le quartier où je travaillais. Mais tout ce que j'ai vu, ce sont des immeubles et des maisons effondrées, et des gens assis sur le bas-côté de la route, dans le froid, n'ayant que leurs pyjamas sur le dos .

[…]

仕事場のホテルも幸いな事に無事 ですが電気、ガス、水道全てストップしばらく営業出来ない状態になり、地震の後すぐに沖縄に戻る事にしました空港に向かう車の窓から 壊れた街並みを見て凄く寂しい気持ちになった事を今でも思い出します。
あれから15年、すごい早さで復興し神戸の街もすっかり変わったそうでいつか変わった神戸の街を見てみたいもんです。

L'hôtel où je travaillais était intact mais il n'y avait plus d'électricité, de gaz ni d'eau, et comme j'allais me retrouver sans travail pour un moment, j'ai décidé de retourner à Okinawa. Sur le chemin vers l'aéroport, je voyais de ma voiture une ville en ruines, et je me souviens encore aujourd'hui de l'affreux sentiment de tristesse qui m'a envahi.15 ans ont passé, et la ville de Kobe a été reconstruite à une vitesse surprenante. Il paraît qu'elle a beaucoup changé. J'aimerais vraiment voir un jour à quoi elle ressemble aujourd'hui.

Un autre blogueur a publié des photos de Kobe prises juste après les premières secousses.  L'utilisateur de Flickr  mah_japan a également publié une série de photos, voir sa galerie de photos Great Hanshin Earthquake (1995/01).

Enfin, bien que la réaction du gouvernement japonais [en anglais ] ne le reflète pas, beaucoup de Japonais ont profité de cette journée à la mémoire de ceux qui sont morts à Kobe pour adresser des messages de solidarité au peuple haïtien.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site