Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine de l'avenir, façon Orwell

John Chan (陳冠中), un écrivain hongkongais qui vit actuellement à Pékin, a écrit un roman intitulé Les années grasses : Chine 2013 (盛世 – 中國, 2013) [en anglais]. L'histoire se passe en 2013, quand la Chine entre dans une nouvelle ère de prospérité matérielle et que tout le monde y est heureux, alors que le monde occidental tombe dans une nouvelle crise financière. On a rapproché ce roman de 1984, la fable politique classique de George Orwell. Il a déjà été publié à Hong Kong et va sortir à Taïwan, mais ne sera pas diffusé sur le continent.

La Chine en 2013

A quoi ressemblera la Chine en 2013 ? Zhang Tiezhi (张铁志) du site taïwanais China Times résume la situation sociale telle que la voit le roman, et qui, dans une certaine mesure, ne diffère pas de celle que nous observons aujourd'hui :

西方国家在2011年再度爆发经济危机,进入「冰火期」而陷入长期停滞。唯有中国安然无恙,比今日更为富强、更为自信;人民们充满幸福感,甚至很high。中国的盛世来临了。

Les pays occidentaux ont été confrontés à une nouvelle crise économique en 2011 et sont entrés dans une longue période de stagnation ‘glace et feu’. La Chine, indemne, n'en est que renforcée d'autant et plus sûre d'elle qu'aujourd'hui. Les gens sont heureux, voire ‘euphoriques’. L'Ere de la Chine est arrivée.

书中主角说:「我知道中国问题还很多,但你想想,以美国为祸首的发达资本主义国家自我摧残,二零零八年金融海啸后,稍有起色才没几年,又再度陷入滞胀期……,至今未能爬出谷底,唯中国能独善其身……不仅改写了国际经济的游戏规则,更重要的是社会没有动乱,反而更和谐。真不由你不服气。」

Le personnage principal dit : ‘Je sais que la Chine a encore beaucoup de problèmes. Mais réfléchissez, les pays capitalistes développés, les Etats-Unis en tête, se sont auto-détruits. Ils ne sont remis que pour quelques années de la crise de 2008, et sont à présent de nouveau dans de graves difficultés… Seule la Chine peut se protéger de la crise… Non seulement la Chine a réécrit les règles de l'économie mondiale, mais elle a aussi maintenu l'harmonie sociale. On ne peut que s'en féliciter.’

在书中的2013年中国,北京最重要的学术书店万盛书园倒闭了,自由派重镇刊物「南方周末」停刊,书店中任何关于反右、文革的书都消失了,曾经记载一段社会动乱时期的报纸现在也都消失了。而少数拒绝遗忘历史的人,成为与这个社会格格不入的边缘人,甚至被视为疯子。

En l'année 2013 décrite par le livre, la plus importante librairie de lettres et sciences humaines de Pékin, Wansheng, a fermé. Le magazine libéral de premier plan Southern Weekend n'existe plus. On ne peut trouver dans aucune librairie des ouvrages sur les campagnes anti-droitières ni la Révolution Culturelle. Les journaux qui rendaient compte des périodes passées d'instabilité sociale ont tous disparu. Les rares individus qui défendent la mémoire de l'histoire sont marginalisés, voire traités comme des malades mentaux.

Novlangue

En 2013, décrit le livre, la Chine va aussi promouvoir un ensemble de stratégies nationales, résumées en 10 points:

1. 一党领导的民主专政;

2. 稳定第一的依法治国;

3. 执政为民的威权政府;

4. 国家调控的市场经济;

5. 央企主导的公平竞争;

6. 中国特色的科学发展;

7. 以我为主的和谐外交;

8. 单民族主权的多族群共和;

9. 后西方后普世的主体思想;

10. 中华文明举世无双的民族复兴

1. Dictature démocratique sous la règle du parti unique ;    

2. Etat de droit avec la stabilité comme première priorité ;

3. Un gouvernement autoritaire qui gouverne pour le peuple ;

4. Une économie de marché sous le contrôle de l'Etat ;

5. Concurrence équitable dominée par les entreprises publiques ;

6. Développement scientifique à caractéristiques chinoises ;

7. Une diplomatie extérieure harmonieuse centrée sur elle-même ;

8. Une souveraineté mono-ethnique avec des ethnicités multiples ;

9. Des valeurs post-occidentales et post-universelles ;

10. La renaissance de l'inégalable culture chinoise

Tout cela rappelle la ‘Novlangue’, comme l'explique Liang Wendao (梁文道) :

听起来好像没什么了不起,你仔细看他们好像每一样都是矛盾的。既然是央企主导,他又怎么能是公平公正呢?既然是科学发展,怎么还会有中国特色呢?但是无所谓,那个年代这些矛盾的词都被统一起来了。久而久之,大家就适应了,就没问题了,这是一些新词语嘛,对不对,然后至于我们现在很多人关心的什么人权问题,自由问题,那些东西到了那时候也不重要了。

A première vue, rien de spécial dans ces principes, mais en y regardant de plus près, chaque point s'auto-contredit. Si c'est dominé par les entreprises publiques, comment cela peut-il être équitable ? Si c'est scientifique, comment cela peut-il être chinois ? Mais peu importe, avec le temps ces termes contradictoires ne feront plus qu'un. Au bout d'un moment, ils deviendront plus familiers pour tous, n'est-ce pas ? Et alors les soi-disant questions de droits humains et de liberté seront devenues insignifiantes.

Le bonheur sans la liberté ?

La liberté et les droits humains seront-ils hors-sujet ? Lors d'une réflexion organisée sur Twitter par Du Ting (杜婷) ce mois-ci, l'auteur de ce billet et un professeur de l'Université Chinoise de Hong Kong, Zhou Baosong (周保松), ont abordé les questions de liberté :

周保松: 对历史的反思就是深化对问题的理解。盛世到底怎样,这样的盛世是否值得追求?我们需要思考。自由为何对我们重要?自由不是独立在幸福以外,自由就是幸福的一 部分。

Zhou : La réflexion sur l'histoire est essentielle pour approfondir notre compréhension des problèmes. Ce genre d'‘années grasses’, est-ce cela que nous voulons ? Il nous faut y réfléchir. Pourquoi la liberté est-elle si importante pour nous ? La liberté n'est pas indépendante du bonheur, la liberté fait partie du bonheur.

陈冠中: 幸福和自由不对等,剩下没有自由的幸福,世界是否可以自然持续?在內地可以看到,官话套话越来越厉害。历史上曾经有过,八十年代进行过反思,认为影响了中国的发展。巴金说了,说真话,但是这些年又回来了,没有了说真话的自由。

Chan: Avec l'inadéquation entre bonheur et liberté, avec pour résultat un bonheur sans liberté, le monde pourrait-il se maintenir naturellement ? Sur le continent, nous constatons que les ‘novlangues’ officielles sont de plus en plus courantes. Dans les années 1980, la société chinoise a traversé une période d'introspection. Ba Jin parlait, et disait la vérité. Mais ces dernières années, nous sommes retombés en arrière. Nous avons perdu la liberté de dire la vérité.

陈冠中: 为何只要用的词、字语不同,就不高兴。我们知道,如果只有正面的反馈,没有负面的反馈,是非常糟糕的。中国只有一个声音,丧失了纠正错误的能力。所以自由非常重要。

Chan: Pourquoi [le pouvoir] est-il mécontent dès que les mots utilises sont inappropriés ? Nous savons que ce serait terrible s'il n'y avait que des retours d'information positifs, et jamais négatifs. Si la Chine n'a plus qu'une seule voix, elle perdra la capacité à se corriger elle-même. C'est pourquoi la liberté est très importante.

Lord Patten, le dernier gouverneur de Hong Kong, disait [en anglais] que la Chine promeut l'idée que l'on peut s'enrichir sans avoir besoin de la démocratie. Mais il ne croyait pas que le modèle chinois de ‘proto-capitalisme autoritaire, anti-libéral’ l'emporterait, parce qu'il lui manque les ‘soupapes de sécurité’ assurées par les démocraties pendant les temps difficiles. Selon le mot célèbre de Winston Churchill, ‘la démocratie est la pire forme de gouvernement à l'exception de toutes les autres qui ont été tentées.’

[Note: publishingPERSPECTIVES contient des traductions plus étendues de l'actualité et des commentaires en rapport avec le roman.]

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site