Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti : Les transferts d'argent de la diaspora, premières pierres de la reconstruction

[tous les liens cités sont en anglais] Depuis la remise en service des lignes téléphoniques en Haïti, les transferts d'argent venant des familles vivant à l'étranger arrivent de nouveau et permettent déjà de reconstruire le quotidien, même lorsque l'aide internationale fait encore défaut.  Les sommes expédiées par les parents à l'étranger représentaient au moins 30% du Produit National Brut d'Haïti, avant le séisme du 12 janvier.

Les deux plus importantes communautés de la diaspora haïtienne vivent en République Dominicaine et aux États Unis. Ce sont entre 400 et 600 000 citoyens haïtiens qui résident dans l'une de ces deux pays voisins. On compte aussi entre 80 et 100 000 expatriés dans d'autres nations caribéennes ou en France. Selon ce tableau publié par la Banque Inter-Américaine de Développement et basé sur une étude datant de 2006, les Haïtiens vivant aux États-Unis enverraient près d'1.9 milliard de dollars chez eux chaque année.

Les difficultés rencontrées par le réseau téléphonique et l'effondrement, dans certains cas, des bâtiments qui abritaient banques et bureaux de transferts de fonds, ont temporairement  interrompu ces envois d'argent. Mais cette semaine, de longues queues ont fait leur apparition devant les bureaux de transfert d'argent, à l'image de ce bureau CAM dans le quartier de Carrefour, au sud-est de Port au Prince, photographié par Georgia Popplewell de Global Voices.

Remittances return

Bien que l'attention médiatique ait été principalement braquée sur la capitale haïtienne, les transferts de fonds des parents à l'étranger n'iront pas forcément à Port-au-Prince. En effet, l’Association internationale des réseaux de transferts de fonds, une association spécialisée qui représente les intérêts des sociétés qui assurent les transferts électroniques de fonds, explique que la moitié des sommes virées vers Haïti au départ des Etats-Unis (la plus importante source de transferts) est destinée aux zones rurales.  C'est un élément important car ces zones témoignent d'un afflut de personnes qui, suite au séisme, vont vivre avec parents et amis dans leurs villes d'origine ou des endroits qui ont subi moins de dommages.

Dilip Ratha, économiste à la Banque Mondiale, défend sur le blog de l'institution, l'idée que ces transferts pourraient prendre encore plus d’ importance dans le cadre de l’extension d'urgence du statut “temporaire protégé” d'immigrant (TPS) accordée à environ 200 000 Haïtiens résidant aux États-Unis.

Si le Statut Temporaire Protégé augmente de 20% la moyenne du montant des transferts par migrant, on peut s'attendre à ce qu'Haïti encaisse 360 million de dollars de plus en 2010! De plus, si le STP devait être encore repoussé au delà de la durée de 18 mois initialement prévue, ce qui se produira sûrement aux vues de l'histoire des extensions du STP pour le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, la Somalie et le Soudan, les sommes supplémentaires transférées excèderaient un milliard de dollars au cours des trois prochaines années. Il s'agira alors d'un milliard de dollars en aide financière couplée à la bonne volonté et à un accompagnement, à la hauteur des besoins des récipiendaires. L'aide financière que constituent les transferts de fonds venant des parents à l'étranger est toujours la première à arriver en temps de crise.  Ces transferts vers Haïti vont faire un bond cette année, comme ça a toujours été le cas après une crise ou une catastrophe naturelle.

1 commentaire

  • Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant. Il est vrai que le transfert d’argent effectué par les diasporas peut jouer un rôle crucial dans des circonstances d’urgence. Il est facile d’imaginer à quel point le soutien des familles et des proches des populations haïtiennes, d’où qu’il vienne, a été le bienvenu pour soutenir la reconstruction et la reprise de la vie quotidienne en Haïti cette année. Mais ces transferts continuent, et continueront bien au-delà de l’urgence de la reconstruction !

    C’est pour cela que le site http://www.envoidargent.fr/ a été créé : en proposant un comparateur de coûts d’envoi d’argent, ce site souhaite faciliter les transferts d’argent, et permettre à chaque migrant de consacrer une part minimale de ses envois aux frais de transfert, et une part maximale au développement effectif du pays. Par ailleurs, Envoi d’argent est aussi un site collaboratif, où chacun peut témoigner de son expérience personnelle, soutenir des projets dans le pays qu’il souhaite, ou tout simplement proposer des idées pour rendre les transferts d’argent plus efficaces. N’hésitez pas à rejoindre cette communauté d’aide au développement, et retrouvez le comparateur dédié à Haïti ici : http://www.envoidargent.fr/comparateur/HT.

    Vincent, pour l’équipe Envoi d’argent

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site