Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : Polémique sur l'achat de devises par l'ex-président Kirchner

La récente révélation parue dans la presse argentine sur l'achat de deux millions de dollars par l'ex-président Néstor Kirchner en octobre 2008, à une époque où la crise financière internationale venait de débuter, a eu un gros retentissement dans les médias, blogs, et réseaux sociaux. Quelques jours après la diffusion de l'information, M. Kirchner a expliqué que la transaction de change devait servir à l'acquisition d'un hôtel et qu'elle avait été enregistrée et était conforme aux limites légales fixées pour l'achat de dollars.

Toutefois, l'opposition et certains organes des média se demandent si le gain financier a été obtenu grâce à l'accès à une information privilégiée, dans la mesure où M. Kirchner est l'époux de la Présidente actuelle de l'Argentine, Cristina Fernández. Souvent, ceux qui achètent des dollars le font dans la crainte d'une dévaluation de la monnaie locale. L'affaire a aussi été rapprochée de la querelle politique opposant le gouvernement à l'entreprise de médias Clarín, qui a divulgué l'information.

Le gouvernement a affirmé que l'information sur les 2 millions de dollars n'avait rien de nouveau, puisqu'elle figurait dans la déclaration de patrimoine effectuée par M. Kirchner l'an dernier. Ladite déclaration lui avait valu en son temps une plainte pénale pour enrichissement illicite. Toutefois, un juge avait rejeté l'affaire – bien que cette décision judiciaire ait été critiquée par l'opposition. Il y a à présent des demandes en justice pour rouvrir une enquête sur le patrimoine du couple Kirchner.

Lex-Président Nestor Kirchner. Photo Mariano Pernicone utilisée sous licence Creative Commons

L'ex-Président Nestor Kirchner. Photo Mariano Pernicone utilisée sous licence Creative Commons

Selon Jorge Omar Alonso du blog La Historia Paralela [espagnol, comme tous les liens de ce billet]:

lo grave de esta situación es que supera incluso el delito que se conoce como tráfico de influencias. Es decir utilizar el acceso a una información sensible como la cotización del dólar por el desempeño de un cargo público (…) para beneficio personal.

ce qui est grave dans cette situation c'est qu'elle outrepasse le délit connu sous le nom de trafic d'influence, c'est-à-dire, faire usage de son accès à une information sensible telle que le cours du dollar grâce à l'exercice d'une charge publique (…) à son bénéfice personnel.

Une critique plus poussée se trouve sur le blog de Germán Angeli, qui écrit sur le “drame” des Kirchner et le manque de transparence s'agissant du couple. En complément, Eduardo Castillo Páez du blog Periodismo y Opinión écrit :

En medio de sospechas, acusaciones, explicaciones y los repugnantes obsecuentes de siempre, Cristina Fernández y su esposo siguen evidenciando un desinterés absoluto por la transparencia y ética que deberían guardar en sus conductas. No les importa un rábano de nada, hacen sus inversiones y negocios con la tranquilidad propia solamente de los que están convencidos de su absoluta impunidad.

Au milieu des soupçons, accusations, explications et des habituelles conséquences répugnantes, Cristina Fernández et son époux continuent à montrer un désintérêt absolu pour la transparence et l'éthique qu'ils devraient manifester dans leur conduite. Cela ne leur importe pas le moins du monde, ils font leurs investissements et leurs affaires avec la tranquillité propre à ceux qui sont convaincus de leur absolue impunité.

Abel Baldomero Fernández de El Blog de Abel écrit que “l'honnêteté personnelle, malheureusement, n'est pas un indice valable de la qualité d'un dirigeant.”

Par ailleurs, Teodoro Boot du blog Blog del Ingeniero, écrit qu'il s'agit d'“une transaction effectuée en octobre 2008″, qui figure dans sa déclaration sous serment de ses revenus personnels et était soumise à des rapports en justice.

Lástima que se trate de una transacción del mes de octubre del 2008 que el matrimonio Kirchner, sin advertir ni amenazar a nadie, reveló en su declaración de bienes de ese año, y que en su momento provocó las consabidas indignaciones y las correspondientes denuncias por enriquecimiento ilícito, seguidas del oportuno proceso… y la reciente absolución de los acusados, que lograron demostrar que su patrimonio corresponde a la valorización inmobiliaria de las propiedades que adquirieron hace más de veinte años.

C'est une honte qu'il s'agisse d'une transaction remontant à octobre 2008, que le ménage Kirchner, sans mise en demeure ni menace de quiconque, a indiquée dans sa déclaration de revenus personnels de cette année, et qui, en son temps, a provoqué les indignations familières et les dénonciations correspondantes d'enrichissement illicite, suivies du procès opportun … et du récent acquittement des accusés, qui ont réussi à démontrer que leur patrimoine correspond à la valorisation immobilière des propriétés qu'ils ont acquises depuis plus de vingt ans.

On trouvera d'autres opinions défendant le gouvernement sur La Cosa y La Causa et Banya08. Ce dernier blog insiste sur le fossé séparant le gouvernement et le groupe Clarin, ce qui est un sujet traité par Mme Fernández dans sa dernière conférence de presse où elle a défendu son mari et déploré que tout ce qu'il fait soit ainsi examiné à la loupe. De plus, lors de cette conférence de presse, Mme Fernández s'est étonnée que le groupe Clarín ne fasse pas l'objet lui-même d'une enquête pour évasion fiscale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site